Présentation

  • : Les jardins d'Hélène
  • Les jardins d'Hélène
  • : 44 ans, bibliothécaire, mère de 3 enfants de 22 ans, 20 ans et 16 ans. Je dépose ici les marques que mes lectures ont tracées.
  • Contact

Des livres, et plus encore

Je suis tombée dans la lecture à l’âge de 6 ans, je n’en suis jamais ressortie.

Je suis tombée dans les fils de la Toile en 1999, et j’y ai fait de belles rencontres. Des échanges sur feu le libraire en ligne bol.fr repris ensuite par Amazon, des jurys littéraires à la pelle, des plumes magnifiques sur les premiers journaux intimes en ligne initiés par Mongolo et la Scribouilleuse, …, dix-sept ans (?!) plus tard, il en reste une belle toile joliment tissée, des amitiés nées ici ou là, et toujours, l’envie de partager mes lectures.

Bienvenue à vous,

 

Recherche

Et la vie dans tout ça

Je n'arrive plus à trouver de temps pour le blog, alors je poursuis ... à mon rythme !

Archives

21 février 2014 5 21 /02 /février /2014 07:18

De David Foenkinos, j’avais beaucoup aimé Les souvenirs, Le potentiel érotique de ma femme, et en cas de bonheur.

J’ai donc tenté avec confiance La tête de l’emploi, qui ne m’a pas autant séduite.

 

Ce dernier roman se veut sociétal et bien ancré dans la morosité actuelle due à une crise économique qui n’en finit pas. Bernard (prénom prédestiné semble penser le personnage qui en est affublé), la cinquantaine, connaît successivement un licenciement et une séparation d’avec sa femme. Condamné à survivre sans le sou, il retourne vivre chez ses parents.

On croirait là regarder pour la énième fois un reportage de Zone Interdite ou Capital, dont les chaines multiplient les exemples en ce moment. C’est un fait de société, certes.

La cohabitation avec des parents âgés engoncés dans leurs habitudes n’est pas de tout repos, quelques passages ensuite prêtent à sourire. Hélas la suite se veut sans grande surprise, c’est une lecture reposante, facile, rapide, mais dont on ne garde pas grand-chose sinon l’idée que l’auteur a voulu coller à son époque. Peut-être une pièce d’anthologie des années 2010 en France dans un demi-siècle ? Mais aujourd’hui ça manque un peu de singularité.

 

Ah et puis, on mange à quelle heure chez les parents de Bernard ? :

 

p. 118 : « Avant de quitter la chambre, ma mère marmonna qu’on m’attendait pour dîner à 20 heures précises, et me lança un sourire que je n’arrive pas à qualifier. »

Une note de bas de page précise à propos du 20 heures précises : « Il faut savoir que tout retard est passible de peine de mort ».

 

p. 154 : « Écoute, si tu veux vivre ici, tu es le bienvenu. Mais tu respectes nos règles. Et le soir, la règle, c’est que nous dînons à sept heures précises.

- oui, je sais. Excuse-moi.

- Tu sais bien qu’il faut éviter de contrarier ton père. », ajouta ma mère.

 

Moi je suis perdue dans la précision ! :-)

 

Avantages quand même : un format semi-poche à un prix raisonnable, et un format plus maniable qu’un gros broché. Une attention pour les lecteurs en temps de crise !

 

 

 

J’ai Lu, janvier 2014, 285 pages, prix : 13,50 €

Etoiles :

Crédit photo couverture : © Ute Mans / Plainpicture et éd. J’ai Lu

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -