Présentation

  • : Les jardins d'Hélène
  • Les jardins d'Hélène
  • : 45 ans, bibliothécaire, mère de 3 enfants de 23 ans, 21 ans et 16 ans 1/2. Je dépose ici les marques que mes lectures ont tracées.
  • Contact

Des livres, et plus encore

Je suis tombée dans la lecture à l’âge de 6 ans, je n’en suis jamais ressortie.

Je suis tombée dans les fils de la Toile en 1999, et j’y ai fait de belles rencontres. Des échanges sur feu le libraire en ligne bol.fr repris ensuite par Amazon, des jurys littéraires à la pelle, des plumes magnifiques sur les premiers journaux intimes en ligne initiés par Mongolo et la Scribouilleuse, …, dix-huit ans (?!) plus tard, il en reste une belle toile joliment tissée, des amitiés nées ici ou là, et toujours, l’envie de partager mes lectures.

Bienvenue à vous,

 

Recherche

Et la vie dans tout ça

Je n'arrive plus à trouver de temps pour le blog, alors je poursuis ... à mon rythme !

Archives

27 juin 2014 5 27 /06 /juin /2014 20:36

A Toulouse, le commandant de police Florent Pagès enquête sur le meurtre d'un prêtre. La victime a été atrocement et symboliquement mutilée, mais que peuvent bien signifier ces atroces rituels ? Car la victime n'est que la première d'une série de meurtres mystiques frappant des religieux du séminaire pendant la semaine sainte. En parallèle, le lecteur découvre la « vie d'un orphelin », de 3 à 33 ans, personnage qu'il est tenté peu à peu d'identifier comme le coupable. (Mais reste à savoir pourquoi et si tel est bien le cas). Pagès est aidé dans son enquête par une amie psychiatre, spécialiste des troubles hystériques, et un professeur de français féru de théologie. Mais le roman va bien au-delà d'un simple thriller qui tient en haleine jusque dans ses derniers revirements.

 

Si je redoutais un peu le côté savant de l'ouvrage, j'ai été happée tant il est brillant, tant dans sa construction que dans son intrigue et dans les thèses énoncées qui revisitent la Bible de façon passionnante. Le vent d'Autan que les gens du sud-ouest connaissent bien (il a la réputation de rendre fou) et qui est omniprésent tout au long du roman ajoute une atmosphère singulière à l'intrigue.

 

J'avais découvert Solenn Colléter avec Je suis morte et je n'ai rien appris (Albin Michel, 2007), qui m'avait déjà bluffée, elle confirme ici tout son talent. Cet « évangile noir dans la ville rose » mérite d'être plus largement découvert, et nul n'est besoin de connaître Toulouse ou la Bible, l'auteur sait conduire son lecteur sans jamais le perdre. Un très bon moment de lecture, avec à l'issue l'espoir discret que le couple Florent Pagès / Alix Vanier reprenne du service, même si l'aboutissement intérieur des personnages est tel qu'il sera sans doute difficile de les confronter à une nouvelle intrigue du même acabit. Mais c'est tout le mal que je leur souhaite.

 

Ed. Wartberg, coll. Polars en régions, mai 2014, 408 pages, prix : 12,90 €

Etoiles :

Crédit photo couverture : © Éditions Wartberg

Partager cet article

Repost 0
Publié par Laure - dans Polars - Thrillers
commenter cet article

commentaires

Solenn Colléter 29/06/2014 19:25

Bonjour Laure,
Je viens de découvrir votre commentaire sur La semaine des sept douleurs, tout d'abord via Amazon qui m'a menée jusqu'ici. Merci infiniment. J'avais été très marquée par le commentaire assez décoiffant que vous aviez fait de Je suis morte et je n'ai rien appris, aussi avais-je hâte de savoir ce que vous penseriez de mon petit dernier. J'ai la réponse, et elle me fait plaisir.
Excellente continuation à vous.
Cordialement.
Solenn C.

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -