Présentation

  • : Les jardins d'Hélène
  • Les jardins d'Hélène
  • : 45 ans, bibliothécaire, mère de 3 enfants de 23 ans, 21 ans et 16 ans 1/2. Je dépose ici les marques que mes lectures ont tracées.
  • Contact

Des livres, et plus encore

Je suis tombée dans la lecture à l’âge de 6 ans, je n’en suis jamais ressortie.

Je suis tombée dans les fils de la Toile en 1999, et j’y ai fait de belles rencontres. Des échanges sur feu le libraire en ligne bol.fr repris ensuite par Amazon, des jurys littéraires à la pelle, des plumes magnifiques sur les premiers journaux intimes en ligne initiés par Mongolo et la Scribouilleuse, …, dix-huit ans (?!) plus tard, il en reste une belle toile joliment tissée, des amitiés nées ici ou là, et toujours, l’envie de partager mes lectures.

Bienvenue à vous,

 

Recherche

Et la vie dans tout ça

Je n'arrive plus à trouver de temps pour le blog, alors je poursuis ... à mon rythme !

Archives

3 novembre 2014 1 03 /11 /novembre /2014 20:07

Debout-payé est le terme employé dans le milieu professionnel de la surveillance pour qualifier les vigiles noirs et baraqués des grands magasins. Gauz (qui donne son nom complet et quelques explications autobiographiques à la fin) choisit de relater ici le quotidien de ces hommes, émigrés d'Afrique noire, et souvent cantonnés dans ce métier : vigile.

 

L'auteur alterne les réflexions, pensées et aphorismes d'un vigile ivoirien, propos et situations d'observation en activité, dans un magasin de prêt-à-porter Camaïeu et dans le magasin Séphora des Champs-Elysées. Cela en dit beaucoup sur notre société, et le comportement de l'homme en général – ou la femme ! On sourit parfois, on trouve quelques paragraphes inutiles, ou un peu déplacés. Ces courts morceaux se lisent vite. Entrecoupés de trois grandes parties, plus longues, plus construites, qui relatent l'histoire économique et politique de la Côte d'Ivoire, et le parcours de ces hommes venus à Paris en quête d'un eldorado qui se révèle miséreux, squats, sans-papiers, réseaux, risques de reconduite à la frontière, etc.

 

L'ensemble, hétéroclite de par sa construction et son écriture, a le mérite de l'originalité mais cette forme particulière peut parfois gêner. Curieux assemblage pas toujours convaincant et pourtant bien plus riche qu'il n'y paraît, pas inintéressant mais il manque quelque chose pour que je sois pleinement enthousiaste.

 

 

Le nouvel Attila, août 2014, 172 pages, prix : 17 €

Etoiles :

Crédit photo couverture : © Denis Darzacq / Cheerie / éd. Le Nouvel Attila

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -