Présentation

  • : Les jardins d'Hélène
  • Les jardins d'Hélène
  • : 44 ans, bibliothécaire, mère de 3 enfants de 22 ans, 20 ans et 16 ans. Je dépose ici les marques que mes lectures ont tracées.
  • Contact

Des livres, et plus encore

Je suis tombée dans la lecture à l’âge de 6 ans, je n’en suis jamais ressortie.

Je suis tombée dans les fils de la Toile en 1999, et j’y ai fait de belles rencontres. Des échanges sur feu le libraire en ligne bol.fr repris ensuite par Amazon, des jurys littéraires à la pelle, des plumes magnifiques sur les premiers journaux intimes en ligne initiés par Mongolo et la Scribouilleuse, …, dix-sept ans (?!) plus tard, il en reste une belle toile joliment tissée, des amitiés nées ici ou là, et toujours, l’envie de partager mes lectures.

Bienvenue à vous,

 

Recherche

Et la vie dans tout ça

Je n'arrive plus à trouver de temps pour le blog, alors je poursuis ... à mon rythme !

Archives

2 janvier 2017 1 02 /01 /janvier /2017 12:34

Danser au bord de l'abîme - Grégoire DelacourtC'est l'histoire d'une femme, Emmanuelle (qu'on appelle Emma le plus souvent), mère de trois enfants (deux filles et un garçon), mariée à Olivier, concessionnaire BMW. C’est l'histoire d'une rencontre dans une brasserie le midi, avec Alexandre, et la naissance d'un désir irrépressible. Et tout ce qui va suivre...

 

Grégoire Delacourt renoue avec l'écriture au féminin, se mettre dans la tête d'une femme lui réussit très bien, comme dans la liste de mes envies. La première partie est construite à rebours, le premier chapitre est numéroté 72, et cela va decrescendo vers zéro, le twist inattendu (et qu'il convient de ne pas révéler pour ne pas gâcher la lecture) qui conduit à une deuxième et troisième partie qu'on n'avait pas vues venir de la sorte.

 

J'ai beaucoup aimé la première partie, cette naissance du désir, cette attirance, ce dilemme à surmonter, faut-il partir ou non, ce n'est pas parce qu'elle n'aime plus qu'elle a besoin d'aimer ailleurs, Emmanuelle, elle a besoin d'aimer davantage. L'amour s'ajoute et ne remplace pas.

Cette première partie décrit les sentiments et les analyse avec justesse et réalisme. Sur un sujet moult fois traité, c'est une réussite. Le parallèle avec la Chèvre de Monsieur Seguin, d'Alphonse Daudet, dont le conte est reproduit in extenso à la fin après avoir parsemé le roman d'extraits, est très bien vu.

 

C'est au cours de la deuxième partie que ça se gâte, un peu longuette, ennuyeuse et répétitive. La troisième partie m'a encore bien plus déçue, basculant dans trop de bons sentiments, si peu crédible dans ses descriptions du traitement de la maladie et des choix faits autour, quant au dernier twist, n'en jetez plus, sortez les mouchoirs ou éclatez de rire, et c'est fort dommage, tant la première partie était prometteuse.

 

C'est un roman qui plaira aux amateurs de belles histoires tristes mais finalement positives, aux histoires d'amour pleines de bons sentiments.

 

L'équilibre sur le fil est fragile, entre la danse joyeuse exprimée par le titre et le danger de l'abîme qui la côtoie. C'est l'équilibre permanent de la vie, dont Grégoire Delacourt sait saisir les instants avec beaucoup de justesse, mais hélas ici, beaucoup d'inégalités et des choix trop romanesques qui m'ont fait finir le livre dans la déception.

 

 

Extraits :

 

p. 23/166 (numérique) : « Le désir ne tient pas toute une vie, m'avait-elle dit.

L'amour non plus, lui avais-je répondu. Moi, je crois au premier regard, maman. Je crois à la première impression. Je crois au langage de la chair. Au langage des yeux. Au vertige. À la foudre.

- Ce à quoi tu crois, ma petite fille, cela aboutit au chagrin. »

 

p. 38/166 (numérique) : « Et j'avais deviné ce jour-là sa peine d'être restée, sa colère jamais éclose et ses appétits jamais comblés. Ma mère s’était sacrifiée, elle avait préféré la prudence de la paix à la fureur des chagrins d'amour.

Elle avait plongé dans les livres plutôt que dans les bras des hommes. »

 

p. 39/166 (numérique) : « (…) et que tous deux se laissent emporter par cette vague, haute et puissante, qui charrie soudain les rancœurs, les silences, toutes les frustrations d'un couple dont la fantaisie s'est gangrenée avec le temps. »

 

 

 

 

JC Lattès, 02 janvier 2017, 320 pages, prix : 19 € (existe en numérique : 13,99 €)

Etoiles : 3 étoiles

Crédit photo couverture : © éd. JC Lattès et Clifford Coffin / Condé Nast via Getty Images pour le bandeau de couverture.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Noukette 04/01/2017 18:06

Rien ne presse mais je suis curieuse de découvrir ce nouveau titre de l'auteur ! Il m'avait étonné avec son précédent alors que j'avais détesté La liste de mes envies...

Leiloona 03/01/2017 07:38

Oh marrant de voir ton ressenti et de le comparer au mien. Du coup, quelqu'un peut-il vraiment aimer ce roman de bout en bout ? :)

Laure 03/01/2017 11:33

C'est ce qui est intéressant, cette divergence de perception :-) Mais sur ce titre il semble que les inégalités sur l'ensemble reviennent chez tous !
Néanmoins je le proposerai en médiathèque parce que je sais qu'il plaira à pas mal de lectrices.

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -