Présentation

  • : Les jardins d'Hélène
  • Les jardins d'Hélène
  • : 45 ans, bibliothécaire, mère de 3 enfants de 23 ans, 21 ans et 16 ans 1/2. Je dépose ici les marques que mes lectures ont tracées.
  • Contact

Des livres, et plus encore

Je suis tombée dans la lecture à l’âge de 6 ans, je n’en suis jamais ressortie.

Je suis tombée dans les fils de la Toile en 1999, et j’y ai fait de belles rencontres. Des échanges sur feu le libraire en ligne bol.fr repris ensuite par Amazon, des jurys littéraires à la pelle, des plumes magnifiques sur les premiers journaux intimes en ligne initiés par Mongolo et la Scribouilleuse, …, dix-huit ans (?!) plus tard, il en reste une belle toile joliment tissée, des amitiés nées ici ou là, et toujours, l’envie de partager mes lectures.

Bienvenue à vous,

 

Recherche

Et la vie dans tout ça

Je n'arrive plus à trouver de temps pour le blog, alors je poursuis ... à mon rythme !

Archives

12 juin 2017 1 12 /06 /juin /2017 13:38

(Dessins de Robin)

 

 

Je ne suis pas un auteur jeunesse écrivain bordel ! C’est ainsi que Vincent Cuvellier m’a dédicacé son ouvrage à Saint Malo le 05 juin, et il a bien raison !

 

Je ne suis pas un auteur jeunesse - Vincent CuvellierObjet littéraire non identifié : récit autobiographique publié chez Gallimard Jeunesse Giboulées mais qui plaira avant tout aux grands, Vincent Cuvellier raconte son parcours d’écrivain depuis l’âge de ses 17 ans, ses galères, son idée d’une littérature pour la jeunesse. Il dialogue avec les morts en convoquant le Général de Gaulle, Claude François, Lino Ventura, ajoutant ainsi recul et humour à son propos.

 

Il nous embarque avec lui dans les coulisses des salons du livre et des rencontres scolaires (à bien y regarder les « auteurs jeunesse » sont avant tout payés par des fonds publics, Education Nationale et bibliothèques territoriales) et on ne manque pas de sourire à la justesse des propos.

 

Il ne théorise pas mais lance quelques bonnes pistes : la médiation de la littérature jeunesse, confiée aux prescripteurs (auxquels la bibliothécaire que je suis appartient), et celle de la littérature vieillesse générale valorisée par les attachés de presse et les médias ; la théorie d’une littérature jeunesse à deux branches en France, celle du Petit Prince, et celle du Petit Nicolas, il se sent bien plus proche de la seconde évidemment.

 

A lire juste pour le plaisir, parce que j’aime la simplicité du propos (dans son expression, pas dans son fonds, plus sérieux qu’il n’en a l’air !), l’humour, la sincérité, le style qui fait que c’est du Cuvellier, proche et un peu impertinent, drôle et familier.

 

A rapprocher du très beau « Mon fils » publié en même temps, illustré par Delphine Perret, un bel album poétique sur la relation père-fils.

 

Les deux sont un peu « bruts » dans l’objet, du blanc, du carton non pelliculé ni glacé, du trait noir pour les dessins, des aplats de couleur pour mon fils, des choix qui renforcent l’intensité du texte.

 

 

Gallimard Jeunesse Giboulées, mars 2017, 123 pages, prix : 15 €, ISBN : 978-2-07-065372-0

Etoiles :

Crédit photo couvertures : © Robin et éd. Gallimard Jeunesse

Je ne suis pas un auteur jeunesse - Vincent Cuvellier
Je ne suis pas un auteur jeunesse - Vincent Cuvellier
Je ne suis pas un auteur jeunesse - Vincent Cuvellier
Je ne suis pas un auteur jeunesse - Vincent Cuvellier
Je ne suis pas un auteur jeunesse - Vincent Cuvellier

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -