Les jardins d'Hélène

La mise à nu - Jean-Philippe Blondel

5 Février 2018, 11:32am

Publié par Laure

« C’était très étrange. Je savais que j’étais chez Alexandre Laudin. Qu’il dessinait mon visage sous tous les angles à grands coups de fusain. Que j’avais cinquante-huit ans. Que j’étais divorcé, père de deux filles adultes. Que j’enseignais l’anglais depuis plus de trente-cinq ans. J’étais conscient du mur blanc en face de moi. De l’éclat de lumière que renvoyait la porte vitrée. Et pourtant, je n’étais plus tout à fait présent. (…) »

 

A quelques années de la retraite, Louis Claret, prof d’anglais, dresse le bilan de sa vie, et revient sur ses souvenirs lors de ses séances de pose pour un ancien élève devenu peintre, Alexandre Laudin.

 

On retrouve ce qui fait le cœur des romans de Jean-Philippe Blondel, un récit intimiste qui fouille les émotions, les souvenirs, les désirs et les joies. Mais de joies pas tant que cela dans cette mise à nu. Une très grande mélancolie, un peu de nostalgie, un récit très personnel, trop peut-être, j’ai le sentiment final de ne pas avoir saisi le projet de l’auteur dans ce roman, si déprimant (je suis encore assommée par la fin).

 

J’avais cette intuition en lisant les premières critiques que ce roman n’était pas pour moi. Il ne me tentait pas, moi la fidèle de toutes les publications de Blondel.

 

Ça arrive, je n’ai pas réussi à ressentir quoi que ce soit pour Louis ou Alexandre, et j’imagine que ce que j’aime dans le roman de l’intime, c’est l’effet miroir. Ces émotions universelles qui font résonance en soi. Je reste étrangère ici à tous les personnages et à leur histoire, le tableau des couleurs chapitrées ne me parle pas. Une mise à nu trop singulière ?

 

 

 

Extraits :

« On connait si peu ses propres enfants, au fond. On connaît si peu les autres, en général. On ne fait que projeter sur eux les fantasmes qu’ils nous inspirent. »

 

 

« […] ce que je cherche avant tout, à cette période de ma vie, c’est de la douceur. Une lucidité tendre, si vous voulez. Sans doute en raison de la fatigue et de l’émoussement. D’un affadissement général de ma personnalité. »

 

 

 

Buchet-Chastel, janvier 2018, 249 pages, prix : 15 €, ISBN : 978-2-283-03022-6

 

 

 

Crédit photo couverture :  ©  éd. Buchet-Chastel

Commenter cet article

Autist Reading 07/02/2018 18:43

aïe.. Je viens de lire juste avant le tien un billet où il était déclaré "best of the best of JPB"... comme quoi, les ressentis.Mais comme mes deux comparses l'ont dit avant moi, je sais que je le lirai tout de même parce que JPB

Laure 13/02/2018 14:31

je surveille ton avis à venir ... :-)

Saxaoul 06/02/2018 11:39

Je ne l'ai pas encore lu par peur de passer à côté mais je le ferai forcément, parce que c'est JPB !

Laure 06/02/2018 11:49

ah ah toi aussi, on est toutes pareilles ;-) "Parce que c'est JPB" !

Vero 05/02/2018 22:07

Je tenterai, parce que c'est du JP Blondel... ;-) Je te dirai si cette Mise à nu m'a interpelée. Bises.

Laure 06/02/2018 11:38

Oui, je savais aussi que je le lirais quand même :-) je surveillerai ton avis :-)