Les jardins d'Hélène

Simple - Julie Estève

23 Août 2018, 14:27pm

Publié par Laure

« Antoine Orsini est mort et le soleil n’y peut rien » : tel est l’incipit du roman. Antoine, on l’appelait surtout le baoul, traduction phonétique de baullu en corse, autrement dit le simplet, l’idiot du village. Après l’enterrement le récit fait un retour en arrière pour donner la parole à Antoine, qui en parlant à sa chaise cassée ramassée au bar du coin, va raconter son histoire et le drame principal de sa vie. Il a fait quinze ans de prison pour un meurtre qu’il n’a pas commis, celui d’une adolescente de seize ans et demi assassinée dans la forêt, qu’il a lui-même retrouvée. Mais accuser le baoul, c’était si facile et arrangeant…

 

J’ai trouvé l’intrigue un peu longue à se mettre en place et ma première réflexion fut : c’est un exercice de style. Et sur la longueur, un exercice de style, ça peut être lassant. Il n’en est rien cependant, car peu à peu l’histoire va se reconstituer, et le langage sans filtre, tantôt naïf tantôt violent, participe autant de l’exercice que de la réussite du fond du roman.

On se surprend parfois à éclater de rire sur une formule inattendue, mais derrière cette « simplicité », c’est le drame d’un homme qui est dépeint, et celui de la nature humaine tout entière dans les relations, mensonges et manipulations des habitants de ce village. La place de la différence qu’on interroge aussi dans la société.

 

Le roman est bref et se lit quasi d’une traite, laissant un sentiment d’exercice réussi (il fallait le tenir ce style, toujours ce fameux exercice, où la forme prend toute la place) mais qui ne suffit pas à faire de son histoire une œuvre tout à fait originale.

 

 

 

 

 

 

Pourquoi je l’ai lu : parce qu’il est proposé en lecture commune au club lecture de septembre auquel je participe.

 

 

Où et comment je l’ai lu : en service de presse numérique via la plateforme Netgalley, sur ma liseuse les 15 et 16 août, dans mon lit.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le premier roman de l'auteur sur ce blog également : Moro-Sphynx, éd. Stock, 2016

 

 

 

Stock, août 2018, 208 pages, prix : 17,50 €, ISBN : 978-2-234-08324-0

 

 

 

Crédit photo couverture : éd. Stock

 

Commenter cet article

krol 24/08/2018 13:40

Tiens, un billet plus nuancé que tous ceux que j'ai lus jusqu'à présent. C'est intéressant.

Laure 24/08/2018 21:25

Ça reste un très bon livre, qui marque, mais plus je lis plus je suis exigeante, trop peut-être ?