Les jardins d'Hélène

Asymétrie – Lisa Halliday

25 Octobre 2018, 08:50am

Publié par Laure

Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Hélène Cohen

 

Alice a vingt-cinq ans, elle est assistante d’édition, vit à New-York, et tente de lire sur un banc quand elle est abordée par un homme bien plus âgée qu’elle. Ainsi débute sa relation amoureuse avec Ezra Blazer, de près de cinquante ans son ainé, célèbre écrivain que la critique a identifié ici comme étant Philip Roth, l’auteure ayant eu une relation avec lui pendant quelques années. Cette première partie, intitulée Folie, est fraiche, tendre, drôle, on sourit aux propos d’Ezra Blazer, à ses difficultés liées à l’âge, on apprécie son humour, sa gentillesse et son érudition. L’asymétrie du titre serait-elle celle de ce couple ?

 

Arrive une deuxième partie – autre asymétrie du monde ? – intitulée Furie, qui n’a strictement rien à voir avec la première. Amar Jaafari est docteur en économie, de double nationalité irako-américaine, et il se rend en Irak pour retrouver son frère qu’il n’a pas vu depuis des années. Il est arrêté à l’aéroport d’Heathrow, à Londres, où il devait faire une escale de quelques jours chez un ami. Malgré l’attention aimable avec laquelle il est traité, on devine aisément qu’il est soupçonné de terrorisme et que son séjour sur le sol britannique est compromis. Le récit alterne les faits vécus à l’aéroport et le récit de sa vie jusque-là.

 

Une troisième et brève dernière partie vient clore le roman, sous la forme d’une interview retranscrite d’Ezra Blazer, sur sa défense de sa vie privée et, clin d’œil à Roth, son amertume d’avoir toujours été recalé au Nobel de Littérature.

La critique a souvent loué la construction brillante de ce roman, et si la 4ème de couverture annonce que l’interview d’Ezra Blazer « fournit la clé de ce puzzle littéraire bouleversant », j’avoue peiner à comprendre en quoi cette partie réunit et explique les deux précédentes.

 

Je suis restée perplexe, tout en reconnaissant le plaisir que j’ai eu à lire chaque partie séparément.

 

 

Sans doute faut-il mieux connaître les romans et les idées de Philip Roth, ainsi que la littérature américaine (Blazer cite et offre à Alice de nombreuses références), sans quoi il peut être difficile de vraiment comprendre ce roman.

J’ai imaginé dans la deuxième partie une critique de la politique américaine envers l’Irak, et le décalage avec la vie amoureuse d’Alice, asymétrie entre son bonheur simple et la réalité du monde ?

 

 

Piquant, intéressant, plaisant, mais un peu déroutant.

 

 

 

Gallimard, coll. Du monde entier, août 2018, 341 pages, prix : 21,50 €, ISBN : 978-2-07-272879-2

 

 

 

Crédit photo couverture : © éd. Gallimard

Commenter cet article

Corinne 11/05/2019 20:14

Je n'ai pas du tout aimé ce livre. La première partie est assez ennuyeuse. La description des parties de base ball, qui revient tel un leitmotiv est fatigant à la longue. La deuxième partie, seule est intéressante. Cette partie pourrait, rien qu'en elle-même, faire l'objet d'un roman digne d'attention. Quant à la dernière partie qui est censée relier entre elles les deux autres.... Il faut manifestement un décodeur... Je n'ai pas compris, et je me suis contentée de faire des suppositions, ce qui est très déstabilisant. Je suis restée sur ma frustration. Je suis profondément déçue.

FERDIN 11/05/2019 20:07

Je n'ai pas du tout aimé ce roman. La première partie est ennuyeuse. Les parties de base-ball, au bout d'un moment, ça fatigue. La deuxième partie est beaucoup plus intéressante. Elle pourrait à elle seule et en étant plus développée faire l'objet d'un roman intéressant. La troisième partie qui est censée faire le lien entre les deux autres n'explique rien du tout. Elle reste à décoder. Pour essayer de comprendre le lien qui les unit j'ai tiré mes propres conclusions, mais je ne suis pas sûre du tout d'avoir trouvé les bonnes réponses. Très décevant donc, je ne recommande ce livre à personne, à moins d'avoir envie de rester sur une immense frustration.

Nathalie 01/11/2018 21:57

Je suis comme vous, je n'ai pas compris en quoi la dernière partie liait les deux autres... Il paraît que la 2ème partie est écrite par Alice et qu'Ezra explique ça dans son interview... Un peu trop opaque pour moi et vraiment pas grand public !

Laure 03/11/2018 14:12

J'y ai pensé au moment de la lecture en effet, pour la deuxième partie qui serait celle écrite par Alice, mais je n'ai pas souvenir d'en avoir eu l'explication non plus dans la dernière partie. Sans doute un livre à offrir d'abord aux fans (et experts) de Roth !

Autist Reading 30/10/2018 14:56

Je pense que j'en sortirais aussi perplexe que toi, n'étant pas du tout familier avec l’œuvre ou la vie privée de Roth...

Laure 31/10/2018 16:29

J'ai lu quelques uns de ses romans mais ça ne m'a pas servi plus que cela pour cette lecture ! (quant à sa vie privée, à vrai dire je ne m'intéresse pas à la vie des auteurs !) :-)