Les jardins d'Hélène

Rétro 2009

31 Décembre 2009, 08:38am

Publié par Laure

Un coup d'œil dans le rétro avant de tourner la dernière page de l'année, comme il en est de coutume un peu partout...

Que s'est-il passé dans ma vie en 2009?... j'ai perdu 2 points sur mon permis, j'ai dormi avec l'eau de Camille tout l'été, en plus de la porter le jour, j'ai adopté des cochons d'Inde, à la bibli j'ai reçu Jean-Paul Nozière et Frédérique Deghelt, Jean-Philippe Blondel et Mosquito ont fait connaissance au Salon du Livre de Paris, j'ai rencontré Karin Serres deux fois dans l'année, et Arnaud Cathrine une seule, j'ai réussi le pari fou de partir en vacances à 10 000 km d'ici toute seule avec mes enfants, j'ai refusé tous les jurys littéraires  proposés parce que je suis trop mauvaise élève, j'ai juré presque tous les jours de l'année de ranger la maison et je ne l'ai toujours pas fait, ma PAL a définitivement passé les 500 (pour les novices : PAL = nombre de livres en attente de lecture quelque part dans la maison), ma LAL aussi (nombre de livres notés pour un éventuel achat ou emprunt), mon fils de 15 ans mesure 1m78 et ma fille de 13 ans 2 cm de plus que moi, aujourd'hui, une bénévole m'a offert des chocolats alors que ce serait plutôt à moi de remercier l'équipe, j'ai lu seulement 119 livres, et s'il faut en garder quelques souvenirs, je surlignerai ceux-ci :


en 2010je vais essayer de lire encore un peu, de dire autre chose en allemand que Wer reitet so spät durch Nacht und Wind ? Es ist der Vater mit seinem Kind (Goethe, Le Roi des Aulnes) sinon la correspondante de ma fille va me prendre pour une folle (Möchtest du nach Paris gehen devrait faire l'affaire), Mosquito va partir en classe de mer à Douarnenez en février parce que c'est en février que ça coûte le moins cher et qu'il fait sûrement le plus froid, je vais devoir me faire à l'idée que mon grand choisira l'internat à la rentrée de septembre parce que 6h du matin – 19h30 tous les jours c'est un brin fatigant (ah la jeunesse … !), je réviserai aussi mon anglais pour partir en Norvège (maybe) ou à défaut je rangerai enfin ma maison au fin fond de la Sarthe (sans apprendre le patois), et je continuerai de vous lire sans forcément vous écrire...

 

Avec quelques bulles, que 2010 vous soit douce et belle !

 

viscumalbum.jpg

 

 

 

 


Voir les commentaires

L'origine de la violence - Fabrice Humbert

30 Décembre 2009, 07:42am

Publié par Laure

origine-de-la-violence.jpgLors d'un voyage scolaire en Allemagne, en visite au camp de concentration de Buchenwald, le jeune professeur qui accompagne ses élèves reste stupéfait par la photographie d'un détenu qui ressemble trait pour trait à son père. Pourtant son nom est différent et l'homme sur la photo est décédé en 1942. Obsédé par cette ressemblance, de retour en France, il va enquêter sur ce déporté, et reprendre l'histoire de sa famille. A l'Histoire avec un grand H va se mêler une histoire plus intime, celle de sa famille et de ses secrets, pas si cachés que cela, mais dont on n'aime pas parler.


J'ai failli abandonner la lecture de ce roman, car très vite j'ai eu l'impression de lire un ouvrage très documenté et très précis sur les camps de concentration, non pas que je refuse cette lecture, mais je pensais m'embarquer dans un roman et je me retrouve dans un long documentaire. Ce n'est pas ce que j'attendais, pas ce que je voulais lire. Sans compter qu'avant cela il m'a fallu passer par un arbre généalogique complexe (j'ai dû le reconstituer sur un carnet à côté pour y comprendre quelque chose dans les amours de jeunesse et les filiations), qui lui, relevait bien de la fiction. C'est cette cassure roman / documentaire qui m'a gênée. Et puis la partie romanesque reprend... et j'ai suivi jusqu'à la fin, pour reconnaître que c'est un roman habile et bien construit, moins artificiel qu'il n'y paraît, complexe et exigeant, qui pose les questions de la filiation, du souvenir et de l'acceptation.


p.264 : « L'essentiel c'est l'oubli, tout savoir pour oublier parce que la vie est dans l'oubli, la vie est dans l'oubli et pas le ressassement. »


Quelques lectures : Clarabel, Cathulu, Cuné, Fashion, ….


Le Passage, février 2009, 314 pages, prix : 18 €

Etoiles : stars-4-0__V7092073_.gif

Crédit photo couverture : Jean Grisoni et éd. Le Passage

Voir les commentaires

Le contrat - Donald Westlake

28 Décembre 2009, 22:00pm

Publié par Laure

Traduit de l'américain par Daniel Lemoine.


le-contrat.jpgEn plein divorce houleux et financièrement éprouvant, Bryce Proctorr, écrivain célèbre et à succès, peine à fournir un nouveau manuscrit à son éditeur. Wayne Prentice, lui, va bien en amour, écrit toujours des romans, mais sa notoriété n'est plus aussi bonne depuis que ses livres se vendent mal, et son éditeur ne veut plus le publier. Que vont donc faire deux écrivains dont l'un a un éditeur mais pas de roman et l'autre un roman mais pas d'éditeur ? Passer un contrat bien sûr ! C'est l'offre que va faire Bryce Proctorr à son « collègue » : publier son manuscrit sous son nom, en partageant le copieux à-valoir. Il y a tout de même une clause inattendue au contrat : Wayne devra tuer l'embarrassante femme de Bryce.


Et le lecteur plonge dans un univers noir mâtiné d'humour, où les choses semblent aller d'elles-mêmes, sauf dans les réactions des auteurs.... Dès lors s'amorce un renversement que l'on sent venir et qui n'offre au final que peu de surprise. Malgré une première partie très prenante et assez instructive sur les ventes de romans aux Etats-Unis, on espère davantage de l'intrigue et reste donc un peu dans l'attente. Mais le rythme est prenant, on avance donc vite quand même !


C'est le premier roman que je lis de Westlake, décédé au début de l'année 2009. Il y a un paquet d'autres titres à découvrir, c'est une bonne chose ! Et je découvre également dans les pages liminaires que l'auteur a publié aussi sous le pseudonyme de Richard Stark, de quoi faire sourire quand on repense à l'intrigue et à la stratégie de Wayne Prentice pour renaître vierge de tous chiffres de ventes !


Les avis d'Amanda, et de Cuné


1ère publication en 2000.


Rivages / Noir, novembre 2007, 315 pages, prix : 8,40 €

Etoiles : stars-3-5__V45687331_.gif

Crédit photo couverture : Pix, et éd. Rivages.

Voir les commentaires

La trêve des confiseurs

22 Décembre 2009, 13:24pm

Publié par Laure

J'abandonne la blogosphère quelques jours pour descendre dans le Tarn fêter Noël. Et comme je rêve de repos et de lectures, je n'emporte pas d'ordi. Je veux une vraie coupure. Juste un rattrapage de tous les podcasts de France Inter dans mon Ipod, et quelques livres. Enfin pas trop, les jours de fête sont peu propices à la lecture, pas plus que les mille six cents kilomètres que je vais me farcir toute seule. Retour le 28, 2009 toujours.
Et avant d'aller porter les choupis chez la nounou, d'enquiller le repassage et les bagages, on a bien travaillé, avec Mosquito

(clic sur les photos pour voir en plus grand)

confiseries noel 4



confiseries noel 3

confiseries noel 1


confiseries noel 2


truffes au cacao, à la noix de coco, à la pistache, petites boules pralinoises croquantes, petites boules croquantes au chocolat blanc et cranberries, sablés au chocolat, sablés au citron, sablés aux amandes....

(distribution assurée ce matin aux courageux collègues qui travaillent, à la nounou, et quelques boîtes de reste dans le monospace)

Bonnes fêtes à tous !

Voir les commentaires

Le Messager - Eliette Abécassis & Mark Crick

19 Décembre 2009, 16:44pm

Publié par Laure

le-messager.jpgRésumé : « Sur le port, une jeune femme croise la route d'Anaël, un voyant. Celui-ci lui raconte son itinéraire et lui confie sa vision, révélant les secrets de son étrange pouvoir. Sans savoir pourquoi, elle accepte de le suivre pour une traversée qui la conduira vers un monde où le réel et l'imaginaire se rejoignent, pour laisser place au merveilleux et à la légende. »


Comme la jeune femme du livre (Eliette Abécassis elle-même), bien que je ne sois ni philosophe ni très rationaliste, je suis assez hermétique aux histoires de voyance, mais le livre est court, et les illustrations somptueuses… La naissance de ce messager est étonnante : après la publication de son roman Qumram, Eliette Abecassis reçoit le courrier d’un lecteur, Anaël Dellière, qui dit se reconnaître dans son livre. Elle apprend qu’il est voyant, et malgré ses réticences accepte de le rencontrer. Elle s’inspirera d’abord de leur rencontre pour écrire une nouvelle publiée avec le magazine Elle en 2004 : le voyant, et écrit ce nouveau texte illustré par Mark Crick, lui-même écrivain (la soupe de Kafka, La baignoire de Goethe)

J’avoue avoir été freinée par le côté mystique du livre que je goûte peu, mais il y a néanmoins quelques beaux passages, de même l’aspect mi conte mi réel mi imaginaire ne permet pas bien de se situer, il faut se laisser embarquer tout simplement, et pour cela, les illustrations de Mark Crick sont une invitation réussie.


Lily (dont je partage tout à fait l’avis) en parle très bien, et vous propose quelques illustrations.

 

Ed. BakerStreet, novembre 2009, 91 pages, prix : 16 €

Etoiles : stars-3-0__V7092079_.gif

Crédit photo couverture © Mark Crick et éd. BakerStreet

Voir les commentaires

Le petit Nicolas, un film de Laurent Tirard (2009)

17 Décembre 2009, 18:33pm

Publié par Laure

Avec Maxime Godart (le petit Nicolas), Valérie Lemercier, Kad Mérad, Sandrine Kiberlain, Daniel Prévost, Anémone, …

 

petit nicolasLe synopsis d’Allociné : Nicolas mène une existence paisible. Il a des parents qui l'aiment, une bande de chouettes copains avec lesquels il s'amuse bien, et il n'a pas du tout envie que cela change...Mais un jour, Nicolas surprend une conversation entre ses parents qui lui laisse penser que sa mère est enceinte. Il panique alors et imagine le pire : bientôt un petit frère sera là, qui prendra tellement de place que ses parents ne s'occuperont plus de lui, et qu'ils finiront même par l'abandonner dans la forêt comme le Petit Poucet...

 

Ce n’est certes pas le film du siècle, mais c’est quand même un bon moment à passer en famille, car ce film est l’archétype même du film familial et tout public. Quelques gros gags, trop de caricatures, tant dans le scénario que dans le physique, les costumes, le décor et le jeu des acteurs, que ça en devient agaçant ou qu’on y reste indifférent, c’est un peu « lourdingue » par moments, mais c’est aussi ce qui parfois réussit à faire rire (la scène du créneau par Valérie Lemercier qui passe son permis !). Même le clin d'oeil aux Choristes avec Gérard Jugnot qui ne peut rien faire pour la chorale de l'école est "gros". Pétri de bons sentiments et de quiproquos, sans surprise, un film divertissant sans doute pas à la hauteur des romans de Goscinny et Sempé, mais pour un moment sympathique en famille, ça se laisse voir. 1h30, ça passe vite, il n’eut pas fallu que ça dure plus longtemps.


petit nicolas photo 


A noter : le film sera disponible en DVD et en Blu-Ray le 02 février 2010. On peut aussi attendre son passage à la télé…

 

Etoiles : stars-3-0__V7092079_.gif

Voir les commentaires

Le chat-réveil

13 Décembre 2009, 19:12pm

Publié par Laure

 

 

Je suis une dormeuse du dimanche. Salariée en week-ends décalés, je n'ai pas de « vrais week-ends » avec possibilité de deux grasses matinées puisque le lundi, il faut se lever comme d'habitude pour emmener les enfants à l'école, faire les courses, etc. Alors le dimanche, souvent, je récupère des nuits trop courtes de la semaine, surtout quand je n'ai pas les enfants. (qui entre parenthèses, grève des cheminots oblige, sont coincés dans le Nord chez leur père, et ça va être galère pour arriver avant l'école demain, un dernier espoir pour 23h ce soir gare du Mans, sinon on avisera)

  SL370769

Mais il y en a toujours un qui surveille mes nuits, c'est le chat … Quand il estime que j'ai assez dormi, il vient se poster au coin du matelas, et assis, très digne, il me donne un petit coup de patte sur les yeux. Délicat, pas la grosse attaque, mais avec les griffes sorties juste comme il faut pour me réveiller. En général je marmonne, un grommellement qui se traduirait par « ça va j'suis pas morte, fiche-moi la paix ! ». Mais la bête a de la suite dans les idées, et insiste. Je marmonne de plus en plus en fort. J'ai bien essayé de ruser, m'enfouir sous la couette ou tourner la tête, mais la bête attend sagement, ou que je réémerge, ou elle change elle-même de côté pour son opération « bon, tu les ouvres tes yeux ! » La bête finit toujours par gagner, je me lève, un coup d'œil dans sa gamelle de croquettes, rarement vide, sur le niveau d'eau de l'aquarium (seul endroit où la bête boit), et quand elle m'entend enfin vaquer à mes occupations , elle part à son tour, … se coucher.

  SL370774

Grmmpfffflll...

 

Voir les commentaires

Dessine-moi le bonheur

10 Décembre 2009, 10:29am

Publié par Laure

dessine-moi-le-bonheur.jpgA l’origine de cet album un projet vraiment original et inhabituel (du moins pour le peu que je connaisse de la BD en général) avec pour résultat une anthologie bien sympathique, colorée et contrastée. Pauline Bignon, fille d’Alain Bignon, auteur de BD subitement décédé alors qu’il travaillait sur le dernier album de la voix des anges avec Rodolphe, a eu l’envie de voyager à vélo en Amérique du Sud, avec son équipier Franck Cédolin, et de rencontrer des dessinateurs et scénaristes de BD, et de leur demander 3 ou 4 planches sur le thème du bonheur.

C’est quoi pour vous le bonheur ? Réponses en bande dessinée. L’ouvrage se compose de deux parties : l’Europe avec de grands noms de la BD franco-belge, et l’Amérique du Sud avec des créateurs que je ne connaissais pas. Chacun a joué le jeu, pour un album composite étonnant, plaisant, varié. D’emblée on repère les dessins avec lesquels on « accroche », ceux qu’on aime moins, et quant aux scénarios et aux réponses, on sourit ici ou là à la sensibilité, on écarquille les yeux à la fantaisie, on fronce les sourcils à une réponse un peu surréaliste ou fantastique.

Chaque série de planches est précédée d’une présentation des auteurs, scénaristes et illustrateurs. J’ai aimé cette découverte et l’envie d’aller plus loin en retrouvant les productions de certains d’entre eux.

Encore un heureux hasard de bibliothèque, pour un ouvrage peu médiatisé, et qui méritait qu’on s’y attarde.


extrait bonheur 

Le site officiel, avec présentation détaillée du projet

 

Dargaud, août 2008, 47 pages, prix : 10,40 euros

Etoiles : stars-4-0__V7092073_.gif

Crédit photo couverture : © Emmanuel Lepage et Dargaud éd.

Voir les commentaires

Love - Hélène Brüller

4 Décembre 2009, 06:36am

Publié par Laure

J’avoue, j’ai craqué avant la fin : je n’ai pas terminé cette BD. D’Hélène Brüller je gardais un bon souvenir de son premier tome de je veux le prince charmant, le deuxième m’avait déçue, et j’avais dû survoler ses derniers titres. J’ai eu envie de tenter à nouveau avec Love, à la couverture vive et pétillante, explosive, qui augure bien des explosions intérieures d’ailleurs. Car Hélène aime ses amis, surtout quand ils sont nuls, dit la quatrième de couverture. Et ça balance à tout va chez Brüller ! Tout les potes y passent, sous leur vrai nom, y compris son Philippe / Zep de mari et son Charles de fils. Tout le monde en prend pour son grade : la bombe au QI de mouette, l’hyperactive, la nounou, la copine parfaite, le hype gay, etc. Le principe est bien vu : page de gauche, une planche qui présente le personnage avec ses tares, à droite, une planche qui l’intègre dans le dîner, l’individu se mêle aux autres invités et vive l’interactivité.

Alors pourquoi avoir abandonné au bout de 40 pages sur les 63 que compte l’album ? Parce que je n’ai que trop peu souri (« testostérone man » et « l’homam, homme ok mais avec modération », oui allez), le reste est caustique, méchant, et presque toujours limite vulgaire. Le « premier de classe »  lui dit page 40 : ton personnage dit « va te faire voir, et je pense que c’est mieux s’il dit : va te faire bourrer le fion », et si on mettait sur la couverture de ton album un sticker avec écrit « par la fille qui suce l’auteur de Titeuf ?». C’est sûr, c’est d’une élégance rare. Mais c’est de l’huuuumooouuuur. P. 37, son Philippe de mari dit : « on reconnaît bien l’humour d’Hélène : même ses compliments sont des saloperies », la réponse vient sans tarder : « Philippe, t’avais pas prévu de baiser ce soir j’imagine … », alors désolée mais les enc*l*s à longueur de pages, l’humour a bon dos… Et la créativité dans tout ça ? et l’imagination, et la fantaisie ? A moins que ce ne soit prévu seulement pour apaiser la testostérone des préados mâles friands de ce vocabulaire ?

Décevant, donc.

 

Lu aussi par Clarabel

 

Merci quand même à

 

Drugstore, novembre 2009, 64 pages, prix : 13,90 €

Etoiles :

Crédit photo couverture : © Hélène Brüller et éd. Drugstore.

Voir les commentaires

Le chagrin du roi mort - Jean-Claude Mourlevat

3 Décembre 2009, 09:44am

Publié par Laure

Sur l’île de Petite Terre dans la froidure du Grand Nord, le roi Holund est mort. Les jumeaux Aleks et Brisco vont rendre un dernier hommage à son corps exposé à la foule. Peu après, Brisco est enlevé dans la grande bibliothèque de la ville …
Je n’en dis pas plus, mais l’histoire est riche de thèmes et de rebondissements, 400 pages qui se savourent  sans voir le temps passer. Il y est question de famille, d’enfance, de séparation, de premier amour, de prophéties, de guerre, de vengeance, de luttes et de courage, de secrets, comme dans le précédent roman de Mourlevat, le combat d’hiver, on est ici dans une littérature jeunesse de grande qualité, à l’imagination fertile et riche qui plaira autant aux adultes qu’aux adolescents. Un grand roman d’aventures aux très légers soupçons de fantastique.

 

Les lectures de Clochette, Cuné, Clarabel, Fashion, et tant d’autres sans doute !

Gallimard Jeunesse, mai 2009, 402 pages, prix : 16 €
Etoiles :
Crédit photo couverture : © Joëlle Jolivet et éd. Gallimard

Voir les commentaires

1 2 > >>