Les jardins d'Hélène

Marée noire - Brigitte Giraud

5 Juin 2007, 14:51pm

Publié par Laure

 

maree-noire.jpg Ils sont en vacances sur la côte Atlantique, leurs premières vacances ensemble, lui, veuf avec son fils adolescent Vincent, elle, quittée par son mari avec ses deux filles, Dorothée et Emilie. Les enfants se chamaillent, jouent, et la narratrice aimerait tant se rapprocher de ce nouvel homme qu’elle aime, si fuyant, si mélancolique, encore bien trop empreint du fantôme de son épouse défunte. Tristesse, difficulté de la reconstruction, sans vouloir prendre la place de l’autre, la narratrice ne réussit pas à trouver sa place, à s’en faire une petite… Amoureuse, mais pas heureuse. Elle a baissé les armes, lui pas encore. Pendant qu’au large des côtes un bateau largue des milliers de tonnes de pétrole, qui ne vont pas tarder à noircir les plages.

J’aime l’écriture de Brigitte Giraud, mais là, je n’ai pas totalement adhéré à l’histoire qui je trouve, tourne un peu en rond. Sans doute ce couple n’a-t-il pas encore eu le temps de guérir de tous ses fantômes et la déception est grande pour la femme qui espérait tant de ces vacances…. C’est triste, mélancolique, dramatisé par la marée noire réelle et métaphorique...

 

Extrait p. 127 : « Et je t’ai laissé envahir ma vie, grignoter jour après jour l’espace dans lequel je m’étais glissée pour me protéger du monde et des hommes. Je t’ai permis d’entrer. Je t’ai ouvert grand la porte. Je ne me suis pas méfiée. J’ai pensé que le grand jour était arrivé : j’allais sauver un homme, j’allais sauver l’humanité entière. J’allais devenir l’être le plus exceptionnel qui soit et enfin supporter mon image dans le miroir. Je serais autre chose qu’une femme abandonnée, une mère de famille usée. »

 

L’avis de Clarabel , qui a été plus sensible que moi sur ce livre (en bas de page, au-dessus des commentaires).

Stock, fév. 2004, 135 pages, prix : 13,05 €

Existe en poche

Ma note : 3/5

Crédit photo couverture : le livre de poche et Amazon.fr

Commenter cet article

Clarabel 07/06/2007 10:05

Oui, ce livre m'avait touchée... peux pas expliquer, sans doute c'est personnel ? Voilà, c'est tout ! :)

Laure 07/06/2007 10:12

oui, je crois que pour chaque lecture, la résonance intérieure est très importante !

Chicorée 06/06/2007 12:14

erreur dans l'intitulé du site, merci

Chicorée 06/06/2007 12:09

Bonjour Hélène, Je me permet d'apporter mon grain de sel, avec des excuses si cela a déjà été dit. C'est vrai que Brigitte Giraud ne fait pas trop rigoler dans ce récit, c'est le moins que l'on puisse  dire !!! Par contre son tout dernier recueil de nouvelles est un réel petit bijou "l'amour est très surestimé" . Je le recommande chaudement .Je vais inscrire ce blog lectures dans mes favoris, il me correspond tout à fait. Je n'ai nullement  l'habitude d'en consulter 36 par manque de temps donc je sélectionne avec exigence .Moi même je suis  bibliothécaire, mais frustrée chronique car plus souvent plongée dans le planning pour les ARTT et les budgets . Ton blog , Hélène, est plaisant  et j'y reviendrais pour me rappeler qui je suis et ce que j'aime!!!Chicorée

Laure 06/06/2007 14:21

bonjour Chicorée ! et bienvenue ici ! tous les bibliothécaires sont frustrés  : tant à lire et si peu le temps ! Mais c'est vrai que selon les postes on est plus ou moins loin du livre.  Pour l'amour est très surestimé, je l'ai en attente, bien au chaud, acheté dès sa sortie, au salon du livre de Paris, donc qqs mois déjà ! Je crois qu'il va me plaire, alors je fais durer... Pour marée noire, j'ai écrit ma note qqs jours après lecture, et je me suis dit "mais c'est déprimant ce que je raconte là, personne ne va avoir envie de lire ce bouquin !" alors que je ne l'ai pas perçu si plombant à la lecture !

cathe 05/06/2007 16:53

Ben ça n'a pas l'air gai ;-))))  (comme d'hab chez Brigitte Giraud...). Mais c'est vrai que Clarabel avait bien aimé !