Les jardins d'Hélène

Le courage de revenir - Didier Jean

19 Août 2007, 12:48pm

Publié par Laure

courage-de-revenir.jpgC’est l’histoire presque banale d’un adolescent ordinaire qui fait une fugue ordinaire. Yoan en a assez des remarques désobligeantes des profs : « insuffisant », « peut mieux faire » et des exigences démesurées de ses parents. On ne pourrait pas le laisser vivre un peu ?!

Il marche vers Paris, sans un sou en poche, et va rencontrer diverses personnes qui vont (un peu trop miraculeusement) l’aider. Yoan sortira plus fort de cette expérience et trouvera le courage (pas si simple !) de revenir. On pourrait trouver un peu trop gentillette et idéaliste cette histoire de fugue où finalement tout se passe bien, mais un peu de douceur ne fait pas de mal non plus : c’est vrai que des histoires sordides, on en a tous les jours à la pelle. Alors la leçon que retiendra Yoan, c’est que grandir, c’est aussi faire avec la vie qu’on a, et qu’il faut essayer de la composer plutôt que de la subir en ronchonnant.

Un style parfois soutenu qui ne cadre pas trop avec le profil que l’on veut faire d’un ado, à moins justement qu’on veuille le sortir des clichés, une fable plutôt qu’un fait divers, alors à offrir à un garçon de 13-14 ans qui se pose inévitablement beaucoup de questions ?

 

Syros jeunesse, coll. Les uns les autres, sept. 2005, 106 pages, prix : 7,50 €

Ma note : 3/5

Crédit photo couverture : éd. Syros et © François Supiot

Commenter cet article

Anne-Sophie 21/08/2007 10:26

Tu n'as pas tort... Ca fait du bien !

Anne-Sophie 20/08/2007 19:14

Bonjour Laure,je t'avoue être moyennement convaincue par cette histoire... Penses-tu vraiment qu'un ado s'identifierait à cette histoire où tout se passse bien ?...

Laure 20/08/2007 19:27

toutes ces aides qui tombent du ciel ne sont bien sûr pas réalistes. (même s'il est quand même victime de qqs sales coups dont il se sort (trop) bien).  L'idée est certainement de faire comprendre à un ado qu'il y a d'autres solutions aux problèmes que la fugue... oui, je suis sceptique aussi, mais parfois on se dit tout simplement que allez, un peu de littérature douce, ça fait du bien aussi.