Les jardins d'Hélène

Le petit poussé - Etienne Beck

18 Janvier 2008, 10:39am

Publié par Laure

petit-pousse.jpgLe petit Poucet, vous connaissez tous : on vous l’a lu enfant, ou vous l’avez lu vous-même à vos enfants. Mais le petit Poussé, vous connaissez ? C’est presque le même mais revu de façon joliment impertinente. Et moi j’adore. Ça commence ainsi : « il était un bois… » [page suivante] « où coupaient du bois un bûcheron et une bûcheronne qui s’étaient reproduits à une allure vertigineuse. » Ce couple de bûcherons a 7 enfants, et pas de bol, 7 garçons. Le tout dernier, c’est le Petit Poussé, surnommé ainsi car tout le monde le pousse tout le temps, même les animaux. (et Petit, parce qu’il est petit, voyons). Après, on retrouve l’histoire plus classique : les vilains parents les abandonnent dans la forêt, mais comme les chutes du Petit Poussé ont laissé des traces, les enfants retrouvent leur maison. Au deuxième essai, ça se gâte : « Mais malheureusement, les sangliers s’étaient roulés partout et avaient effacé toutes les traces. Zut alors ! » Après, ça se complique. Y a un ogre, des lieus noirs (les poissons) qui foutent le souk avec les bottes de sept lieues, le Petit Poussé (le nôtre) qui rencontre le Petit Poucet (l’Autre), et si c’est délirant, faut quand même réussir à suivre hein J

Un bel album, au format carré adéquat, avec plein de pages (circa 156 p. dit ma notice bibliographique, y en a un qui a dû s’amuser à les compter vu que le livre n’est pas paginé), des dessins très colorés, plutôt modernes et stylisés, et qui répondent parfaitement au texte. Si j’aime moyen les illustrations, j’adore le conte détourné ! Mais l’ensemble est d’une cohérence telle qu’on est obligé d’aimer le tout !

Cet album s’adresse à des enfants déjà grands, parce qu’il suppose des connaissances : le conte classique d’abord (et pas seulement le Petit Poucet, d’autres aussi !), c’est mieux pour apprécier le coup de balai, et puis un tas d’autres référentiels, l’orthographe entre autres (Poussé/Poucet, lieu/lieue) et le vocabulaire des cours de récré, pour exemple cet extrait : « Il nous suffit de suivre les traces provoquées par mes chutes répétées et nous arriverons chez nos géniteurs. Devant l’incompréhension générale, il leur tint à peu près ce langage : suivez-moi, je connais le chemin ! – cool… firent les frères, qui étaient bien braves, mais un peu limités au niveau du vocabulaire. » Sur ce la chouette pique sa crise dans son tronc d’arbre : « c’est pas bientôt fini ce boucan ! Bande de débiles ! »  (Car elle a, elle aussi, un vocabulaire assez limité).

Bref, impertinent vous disais-je. Et en cela génialissime. Bravo M. Beck ! J’en veux encore !

 

Ed. Naïve, 2007, prix : 15 €

Ma note : 4,5/5

Crédit photo couverture : éd. Naïve et Amazon.fr

Commenter cet article

cathulu 19/01/2008 09:32

je  vais regarder d'urgence s'il est à la médiathèque !

Martine Galati 18/01/2008 17:25

Merci pour cette belle invitation à rencontrer ce fameux Petit Poussé! ;o) Martine

Clarabel 18/01/2008 11:32

hmm, les éditions naïve : une caverne à trésors !!! :)))

Gambadou 18/01/2008 11:15

J'aime beaucoup les contes revisités et je ne connaissais pas celui là, je note