Les jardins d'Hélène

Les belles choses que porte le ciel - Dinaw Mengestu

31 Mars 2008, 13:59pm

Publié par Laure

Traduit de l’américain par Anne Wicke

 

Ils sont trois amis immigrés dans ce quartier noir et pauvre de Washington : Sépha Stéphanos, éthiopien, Kenneth le Kenyan et Joseph, le Congolais. Stepha tient une petite épicerie qui le maintient tant bien que mal en vie. L’arrivée d’une nouvelle voisine, blanche, Judith, et de sa petite fille métisse, Naomi, va bouleverser sa vie.

 

Ce très beau livre de Dinaw Mengestu (premier roman !) prend le temps de s’installer lentement, dans une sorte de douceur apaisante alors que les événements passés ou présents n’ont rien du bonheur. Avoir fui les dictatures africaines et mis le pied en terre d’Amérique ne garantit pas un bonheur salvateur. Ils sont là, liés par une amitié et se laissent porter par la vie, luttant avec le peu qu’ils ont.

L’écriture poétique est pour beaucoup dans la qualité de ce livre. Comme on aimerait que tout soit possible entre Judith et Sépha ! Les passages avec la petite fille Naomi sont d’une pure beauté ! Comment deux êtres peuvent-ils s’apporter autant l’un l’autre qu’en partageant la lecture à voix haute des frères Karamazov, un livre choisi par la petite fille pour sa longueur, pour faire durer le plaisir…
On regrettera toutefois un peu trop de longueurs, que les passages lumineux ne suffisent pas toujours à faire oublier. Une belle découverte quand même que ce roman sur l’exil et le déracinement, d’une maturité étonnante pour le jeune âge de l’auteur (30 ans).

Le titre est un extrait de l’enfer de Dante. 

 Lu dans le cadre du Grand Prix des Lectrices de Elle 2008, sélection romans.
 Albin Michel, août 2007, 303 pages, prix : 21,50 €
Ma note : 14/20

Crédit photo couverture : éd.Albin Michel.

Commenter cet article

Claire 19/01/2010 15:36


Merci Laure !


Claire 19/01/2010 14:08


Toujours en décalage, j'ai lu Les belles choses que porte le ciel, ce week-end. Le train était censé me conduire à Paris et je me suis retrouvée dans un petit quartier américain où la vie pourrait
être monotone et triste si elle n'était éclairée par des espoirs sans cesse ravivés par la mémoire du passé africain. Le rythme est lent, bien accordé, je trouve, à la difficulté des personnages
d'ajuster la réalité à d'anciens rêves. Il en reste une impression de tristesse et en même temps d'admiration pour le courage d'aller de jour en jour. L'auteur a-t-il publié un autre roman depuis ?
L'avez-vous lu ?


Laure 19/01/2010 15:19


bonjour claire
pas de nouveau roman de mengestu à ma connaissance...


Marie 01/04/2008 15:07

Je n'ai pas encore de préférence pour le grand prix des lectrices de ELLE (je n'ai pas tout lu, je ne fais pas partie du jury, je suis juste lectrice du magazine), mais en polar, c'est sûr, je suis aussi enthousiaste que vous sur "Garden of love" de Marcus malte.  Comme je le disais sur un autre blog, il sera au salon du livre de Neuilly Plaisance ce samedi 5 avril et il faut lui faire de la pub'.Marie.

Laure 01/04/2008 16:20


Dommage que votre pub n'ait pas de rapport avec le livre de Mengestu.


kathel 01/04/2008 12:47

Je suis très tentée également !

Frisette 01/04/2008 02:04

Oh que ça m'inspire!!!  Même si la note est assez moyenne, le thème m'interpelle.  Je note!

Karine 31/03/2008 22:54

Je l'ai noté il y a peu de temps, l'histoire me semblait prenante!  Un jour, un jour, je le lirai!

Marie 31/03/2008 21:07

Mes impressions sont les mêmes pour ce beau roman..  (côté note, je lui ai mis 15/20..) L'âge de l'auteur m'épate !Alors, bientôt ton pronostic pour le Prix ELLE ? J'espère aussi que tu t'en sors avec toutes tes critiques à rendre (entre ELLE et Le Livre de Poche..) Bon courage !Moi, ça me fait tout drôle de me dire que ELLE, c'est fini et je ne recevrai plus de colis... mais d'un autre côté, je vais pouvoir avoir le temps de lire ce que je veux (tiens, j'ai fait une commande chez mon libraire.. pour... KER VIOLETTE !! ;-)Bonne lecture !

Laure 01/04/2008 16:10


Promis, je ferai mon bilan avec prix perso (mes choix), et un pronostic avec le restant (parce que déjà, le meilleur roman pour moi n'a même pas franchi les sélections
de septembre !)
Je t'avais répondu longuement hier soir et puis apparemment over-blog bouffe toujours qquns de mes commentaires, ça m'énerve !
J'avais d'abord mis 13 à Mengestu, mais quand même, il y a de beaux passages et une belle ambiance générale, malgré des longueurs...
PS : j'ai posé mon après-midi et réservé un billet de train pour le 27 mai ;-))