Les jardins d'Hélène

La dernière licorne - Eva Kavian

7 Mai 2008, 05:20am

Publié par Laure

Voici une auteure belge francophone dont je n’avais jamais entendu parler, et son dernier roman (pour adolescents, mais pas seulement), m’a été conseillé par Nicoletta. Nicoletta n’a pas de blog, mais elle est fidèle lectrice de ces jardins, et j’ai eu l’occasion de la rencontrer au Salon du Livre de Paris il y a quelques semaines car elle est aussi jurée cette année pour le Grand Prix des Lectrices de Elle.

 

Une bien belle découverte donc, surprenante, touchante.

 

Anna et Paula sont deux sœurs que deux petites années séparent. C’est Paula, la plus jeune des deux (14 ans), qui nous raconte l’histoire.

Tout commence à la mort de son grand-père, âgé, aphasique, euthanasié par sa grande sœur, à la demande de ce dernier. J’avoue que là, nous Français pas encore très clairs sur cette question de l’euthanasie active, on tique un peu. Retour en arrière : Anna et Paula, alors respectivement âgées de 8 et 6 ans, jouaient à la poupée quand Paula a basculé. Anna a perdu l’équilibre. Toutes deux ont chuté dans l’escalier. Si Paula s’en est tirée avec une vilaine bosse, Anna est restée handicapée, aphasique, ne pouvant que très peu s’exprimer verbalement. Après l’accident, leur mère a tout arrêté pour se consacrer à la rééducation de sa fille.

Paula souffre beaucoup de ne plus se sentir exister pour sa mère, tout ne tourne qu’autour d’Anna, son quotidien, sa différence. Mais quand il s’agit d’éviter à Anna d’aller en centre psychiatrique pour calmer le jeu du côté de l’enquête sur l’euthanasie du grand-père, Paula, qui a appris avec le temps à comprendre le fonctionnement de sa grande sœur, se fait passer pour elle.

Et ce sont là les pages les plus troublantes du roman. Cet univers psychiatrique que l’auteur décrit à merveille, empreint d’humanité incomprise. Paula ressortira transformée de cette expérience. (Là aussi, un peu surprenant pour le lecteur, mais on joue le jeu d’y croire).

Roman sur le handicap, la différence, la vie qui continue, le sentiment d’abandon d’une petite fille par sa mère que la sœur différente accapare, la culpabilité d’être à l’origine de l’accident, et puis dans tout cela, des préoccupations bien légères d’adolescentes râleuses et du positif : les garçons, le premier amour, les profs, les cours, Anna qui réussit à vivre seule, sortir, travailler...

Vraiment, un roman touchant sur un sujet pas si courant, et bien cerné, humainement et respectueusement décrit par son auteur. Un univers que l’auteur a approché en travaillant comme ergothérapeute dans une institution psychiatrique, avant d’écrire et d’animer des ateliers d’écriture.


(Merci Nicoletta pour ce conseil !)

 

 

 

Le site de l’auteur

Sur le blog de Brice Depasse

 

Mijade, fév. 2008, 212 pages, prix : 9 €

Ma note : 4/5

Crédit photo couverture : © Guy Servais et éd. Mijade

Commenter cet article

cathulu 08/05/2008 06:09

Comme j'avais lu d'autres romans de cette auteure, j'ai acheté celui-ci. Tu viens de le faire remonter dans ma PAL!

Karine 08/05/2008 05:30

Je note ce livre aussi... Je suis très curieuse car c'est très très près de mon domaine professionnel (en fait c'est en plein dedans!) et j'ai hâte de voir comment l'auteur va traiter le sujet.   Quand ça touche des sujets avec lesquels je jongle quotidiennement au boulot... j'ai petite tendance trop critique... il faut que je me  corrige!

La Nymphette 07/05/2008 19:34

le sujet me tente beaucoup... je retiens!

zazimuth 07/05/2008 18:45

ça me semble très intéressant...

saxaoul 07/05/2008 08:23

C'est le genre de livre qui mériterait peut être d'être connu en France, histoire de faire avancer le débat sur l'euthanasie.En tous les cas, je pense que tu dois sortir bouleversé de cette lecture.

Laure 07/05/2008 17:08



En même temps l'euthanasie n'est pas le sujet du livre, ce n'est que l'élément prétexte à la suite du déroulement de l'histoire. L'aphasie et le milieu psychiatrique
en revanche sont très bien analysés...