Présentation

  • : Les jardins d'Hélène
  • Les jardins d'Hélène
  • : 45 ans, bibliothécaire, mère de 3 enfants de 22 ans, 20 ans et 16 ans. Je dépose ici les marques que mes lectures ont tracées.
  • Contact

Des livres, et plus encore

Je suis tombée dans la lecture à l’âge de 6 ans, je n’en suis jamais ressortie.

Je suis tombée dans les fils de la Toile en 1999, et j’y ai fait de belles rencontres. Des échanges sur feu le libraire en ligne bol.fr repris ensuite par Amazon, des jurys littéraires à la pelle, des plumes magnifiques sur les premiers journaux intimes en ligne initiés par Mongolo et la Scribouilleuse, …, dix-sept ans (?!) plus tard, il en reste une belle toile joliment tissée, des amitiés nées ici ou là, et toujours, l’envie de partager mes lectures.

Bienvenue à vous,

 

Recherche

Et la vie dans tout ça

Je n'arrive plus à trouver de temps pour le blog, alors je poursuis ... à mon rythme !

Archives

8 juillet 2008 2 08 /07 /juillet /2008 21:34

Sylvain Vasseur, le plus ancien employé du département marketing de chez Air Hexagone, est mis en préretraite forcée. Avant son départ, il peaufine ses dernières lettres « relations clientèle » qu’il porte à la signature du grand patron, Noël Delorgey. Celui-ci voit déjà en lui un futur grand écrivain, et lui offre en cadeau de départ le PC portable qui ne pourra qu’encourager son talent…

 

Osez passer la couverture quelque peu austère de ce (premier) roman et succombez vite au vertige des auteurs, le gouffre est aussi profond que drôle et … douloureux. Sylvain est un personnage détestable et pourtant je ne compte plus le nombre de fois où j’ai éclaté de rire toute seule : plus il est pitoyable, plus c’est hilarant ! Il faut le voir tenter de résumer son grand roman de science-fiction métaphysique dont il n’a pas encore l’ombre d’une brindille d’idée… C’est moqueur, manipulateur, et assez réjouissant ! Même Arlette, sa chère et tendre, va vite comprendre que femme d’écrivain, c’est un calvaire qui n’était pas dans le contrat de mariage, et qu’elle fait bien mieux de se consacrer à la broderie J

Si le premier tiers du roman est empli de rires sarcastiques, la suite est plus triste et presque déprimante. Sylvain Vasseur va tout écluser : les concours de nouvelles, les photocopies « au thon », « au mérou » ou « à la baleine », les lettres de refus des éditeurs, l’édition à compte d’on ne sait trop quelle arnaque, mais toujours, toujours, il caressera ce doux vertige d’être enfin reconnu pour son œuvre, fut-ce par la seule bibliothécaire de Plesson-Châtillis qui semble mieux s’y connaître en tantrisme qu’en littérature… Il mérite la médaille de la ténacité, ce Sylvain – écrivain.

Si l’on a beaucoup ri, il y a quelques jeux de mots un peu vaseux, qu’on aurait pu oublier : ainsi Plesson-Châtillis ne ravira peut-être pas les habitants lecteurs du Plessis-Robinson ou de Châtillon, Cartier et Mauboussin n’aimeront pas la collection Cartoussin de la place Vendôme et Graal-Limeuil aurait pu rester GalliGrasSeuil sans qu’on y perde au change. 5tout le reste était quand même beaucoup plus fin !) Hormis ces petits détails, j’ai aimé l’humour caustique qui finit en véritable pitié pour ce pauvre type : c’est vrai, quoi, pourquoi vouloir à tout prix écrire quand on n’a déjà pas assez d’une vie pour lire ?

George Flipo nous démontre avec humour et semble-t-il une bonne connaissance du milieu qu’écrire rend fou : voilà qui devrait calmer bon nombre d’écrivaillons en herbe le temps d’une lecture, celle de son roman !

 

PS : Ouf, Sylvain Vasseur a oublié un truc dans son parcours : c’est d’envoyer son roman en PDF à toutes les blogueuses de la place, et pour ça, je ne vous remercierai jamais assez, Monsieur Flipo, parce que déjà, la science-fiction, j’ai du mal, mais si en plus elle est métaphysique et sur écran, hein… J

 

Pour finir, cet extrait, parce qu’il fonctionne aussi pour les lecteurs :

p. 191 : « Le médecin, après lui avoir prescrit un traitement, l’avait raccompagné, embarrassé. En regardant s’éloigner Sylvain, le praticien avait pensé que la littérature était sans doute le plus implacable des virus, une sale maladie, incurable : plus on est contaminé, moins on a envie d’en guérir. »

 

Lu aussi par Cuné, Essel, Turquoise, Florinette, ...

 

Un petit tour sur le site de l’auteur , ou encore, sur son blog

 

 

 

Le castor astral, janv. 2007, 272 pages, prix : 15 €

Ma note : 4/5

Crédit photo couverture : © Philippe Roux et éd. du castor astral

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Daniel Fattore 25/10/2008 00:10

... et merci de me lire sur A*A*O*N! Il est rare qu'on ait des retours de ce côté-ci; le vôtre me fait donc chaud au coeur.

Laure 26/10/2008 13:23


j'ai ces petites manies d'explorer les profils des premiers du classement et quand je tombe sur quelqu'un qui a des lectures qui me plaisent, je le suis ! (dixit la
n°7 du classement)


Daniel Fattore 25/10/2008 00:09

Gosh, une lectrice! ;-) Merci de vos visites... et merci de m'avoir repéré! Je vais glisser sans tarder un lien de mon blog vers le vôtre, afin de faciliter les échanges. Encore bravo pour votre blog!

Daniel Fattore 24/10/2008 16:07

Une pure merveille, en effet - je suis encore plus enthousiaste que vous. J'ai acheté, le week-end passé, son recueil "La Diablada", dédicace en prime. On verra ce que ça donne, mais j'attends beaucoup de plaisir de lecture. J'ai par ailleurs commenté chez moi "Qui comme Ulysse", également très beau: http://fattorius.over-blog.com/article-23047330.html.Et je vais continuer d'explorer votre blog, fort intéressant et fécond d'idées.

Laure 24/10/2008 18:21


Ah je suis heureuse de vous retrouver ici ! Je vous avais repéré sur Am*az*on où j'allais lire régulièrement vos commentaires et voter pour vous ;-) Je n'avais pas
pris le temps de mettre votre blog dans mes favoris, donc je ne vous lisais plus régulièrement, faute de clic facile à trouver.
J'ai rencontré G. Flipo plusieurs fois, au salon du Mans récemment mais le libraire avait mal calculé, il n'y avait plus de Diablada !


Florinette 09/07/2008 08:27

Rien qu'en lisant ton billet, cela m'a remis en mémoire certains passages qui m'ont fait beaucoup rire. Je garde un très bon souvenir de cette lecture ! :-D

Martine Galati 09/07/2008 07:54

Je suis justement en train de le lire suite à l'avis de Florinette! J'en parle bientôt!!! Bonne journée! Martine

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -