Les jardins d'Hélène

C'est égal - Agota Kristof

11 Mars 2006, 09:24am

Publié par Laure

Il y a des livres dont j’ai du mal à parler. Ou pas envie sur le moment. Ou je ne vois pas ce que je pourrais ajouter qui n’ait déjà été dit. Alors après ma lecture ils rejoignent leur étagère et je ne les partage pas, c’est-à-dire que je n’en parle pas ici ou ailleurs sur le net.

Que je les aie aimés ou non n’a rien à voir, parfois c’est juste un manque de temps, ou pas un emballement suffisamment grand quoique j’en dise ?

C’est le cas de ces courtes nouvelles d’Agota Kristof, que j’ai lues très vite tant le recueil est mince. Elles n’atteignent pas pour moi le talent de la trilogie du Grand cahier, en même temps le genre étant différent, elles ne supportent pas la comparaison.

C’est égal, c’est donc un ensemble de 25 nouvelles, très courtes, à peine deux pages pour certaines, toutes finalement noires ou désespérantes, malgré une ironie et un humour qui percent régulièrement. Les portes de la folie ne sont pas toujours pas bien loin.

Ce qui m’a gênée dans ce livre je crois, c’est la brièveté des textes : à peine le temps d’entrer dans un univers que déjà il faut en sortir : c’est frustrant !

Et puis il faut avoir le moral bien accroché, c’est quand même assez plombant, tout ce désespoir. Je citerai la même phrase que beaucoup, parce que c’est une évidence qui ressort de ce livre : « c’est égal, de toute façon, on n’est bien nulle part ».

 

A noter : bien qu’elle soit de nationalité hongroise, Agota Kristof écrit en français… d’où son « rangement » dans les romans francophones.

Seuil, janv.2005, 106 pages, ISBN 2-02-078764-4, prix : 12 €

Ma note : 3/5

Commenter cet article

Amelie 27/05/2007 11:12

J'ai lu ces nouvelles il y a quelques années et j'ai beaucoup aimé. Contrairement à toi, la brieveté des textes ne m'a pas dérangé, au contraire, j'ai trouvé ça très fort, l'auteur réussit à transmettre quelque chose en seulement quelques lignes.