Les jardins d'Hélène

La dameuse - Alina Reyes

19 Juillet 2008, 10:48am

Publié par Laure

Ce très court roman d’Alina Reyes (52 pages, petit format) m’a laissé un sentiment d’inachevé. Pourtant il y a matière et densité qui font une vraie histoire dans ce livre, mais pour moi encore trop d’ellipses, j’en aurais voulu plus.

Le texte est construit en trois parties : Viol, Vengeance, Vie. On imagine assez bien que l’une conditionne la suivante. Marie-Rosellina vit dans une station de ski des Pyrénées, où elle aide ses parents qui tiennent un café et aime son amant, Baptiste, qui dirige une meute de chiens de traîneaux. Marie-Rosellina n’a que 17 ans, mais on ne le sait pas encore quand l’auteur nous offre une scène érotique des plus classiques et des plus gourmandes, on se dit que la dame a déjà de la bouteille. Gilles, un ancien prétendant qui lui avait promis monts et merveilles revient pour une émission télé, et le soir de Noël, avec un collègue, c’est le viol. Suivra la vengeance nécessaire à Marie pour aller de l’avant, vengeance dans laquelle la dameuse – engin qui tasse la neige sur les pistes -  a le premier rôle. Marie-Rosellina se retrouve enceinte : de Baptiste, de Gilles ? On ne le saura jamais. Le dernier chapitre court sur un temps long, donne un dénouement mais pas toutes les clés de l’histoire. Les fallait-il vraiment ? Ce texte dense et ramassé se suffit à lui-même, mais pour ma part, je le trouve trop riche de possibilités pour le museler autant. Un sentiment d’incomplétude.

(note sur la catégorie : Alina Reyes est une auteure connue pour ses textes érotiques. Ce texte me semble s'inscrire dans une démarche plus large de littérature tout court, mais quand une image vous colle à la peau...)

Zulma, mai 2008, 52 pages, prix : 7,50 €

Ma note : 3/5

Crédit photo couverture : éditions Zulma

 

Commenter cet article

Titi 10/11/2015 13:45

envie de le lire aussi

Nina 06/03/2009 19:34

Je viens de finir de lire ce petit livre, au début j'ai été un peu déroutée et puis peu à peu emballée par ce véritable roman noir. La tension monte, au fil de ces pages, on assiste à une confrontation entre les gens de la ville qui veulent régler les problèmes à leur façon, ils ont l'argent, les techniques modernes, une IVG et on en parle plus, et puis les gens d'en haut qui vivent près de la nature qui ont eux aussi leur façon de régler les problèmes, ils vont donc faire justice eux-mêmes, mais vont garder l'enfant. Lesquels sont les plus immorals dans cette histoire ? "La dameuse" est une très beau texte, en très peu de pages Alina Reyes soulève beaucoup de questions qui font réfléchir et j'ai vraiment adoré.