Les jardins d'Hélène

Gros sur la tomate - Dominique Brisson

30 Juillet 2008, 09:17am

Publié par Laure

 

Petite découverte sympathique au hasard des rayons…

Un petit livre plein de fraîcheur, de tendresse et de fantaisie… Ferdinand est un petit garçon comme les autres, ou presque : dans sa tête, les mots et les chiffres se mélangent, il fait plein de choses à l’envers et ne comprend pas toutes ces expressions imagées de la langue française, du coup, il crée souvent les siennes et s’exprime dans un langage très personnel, un langage qui a du sens, mais qui n’est que le sien. Il n’arrive pas à prononcer son prénom, alors il s’appelle Bob, ça a le mérite de se lire dans n’importe quel sens.

Il a beau faire un liban de connaissances et aller souvent chez l’autre phoniste, sa mère est souvent convoquée à l’école, et ce sont toujours les mêmes mots qui reviennent : caprice, entêtement, problématique, confusion, dessins à l’envers, délibérément, mauvaise volonté, psychologue, spatialisation, destructuré, autonomie, … selon le point de vue de celui qui s’exprime. Mais tout cela n’empêche pas Bob d’être un petit garçon vif et intelligent, amoureux d’Anna, même que Bob + Anna, c’est un super palindrome qui se lit dans n’importe quel sens, et quand la maîtresse dit qu’il vont créer une pièce de théâtre à partir d’une histoire d’un anglais qui s’appelle Drôle de Dalle, un bon grand géant, Bob déborde d’enthousiasme. Et qu’importe s’il prend ses ciseaux pour découper le livre quand la maîtresse dit qu’il va falloir découper l’histoire en dix scènes.

Et puis Bob peut toujours compter sur sa maman qui elle, sait bien les difficultés qu’il a, d’ailleurs à la fin du livre (qui se termine un peu trop vite d’ailleurs), elle lui a rédigé un cahier d’expressions rien qu’à lui, pour plus tard, quand il aura 20 ans et que tout cela sera loin derrière, par exemple il y a : « en avoir gros sur la tomate : devenir tout rouge de déception ». Et surtout, il y a ce magnifique préambule de la maman : « Petit dyslexique, petit dysphasique, petit dyscalculique, petit dysgraphique, mais qui a toujours eu dys/10 dans mon cœur… »

 

A lire dès 9/10 ans, c’est aussi un superbe travail sur le langage, car tout fait sens, mais pas dans l’ordre académique habituellement attendu. L’auteur a animé des ateliers d’écriture et on en retrouve bien là toute la créativité.

Un beau petit livre plein d’humour et de tendresse que je dédie à une maman en particulier J

 

Syros jeunesse, coll. Tempo, juillet 2007, 89 pages, prix : 5,90 €

Ma note : 4,5/5

Crédit photo couverture : © Irène Schoch et éd. Syros

Commenter cet article

Karine 31/07/2008 05:24

Je veux ça!!! Absolument!!!  Pour moi et pour le boulot.  Je pense même que je vais commander direct parce que je n'ai jamais vu cette maison d'édition au Québec.  J'imagine que je vais reconnaître plusieurs de mes petits pous dans ce livre et il me le faut!!!

Laure 31/07/2008 14:07


dommage, c'était un emprunt à  la bibli, sinon je te l'aurais volontiers envoyé !


Véro 30/07/2008 16:19

Celui-là, je le mets direct dans mes LAL!