Les jardins d'Hélène

Un jour avant Pâques – Zoyâ Pirzâd

29 Août 2008, 07:54am

Publié par Laure

 

Traduit du persan (Iran) par Christophe Balaÿ

 

Edmond a 12 ans, jeune garçon arménien qui vit simplement dans sa famille, entre l’école et l’église. Il s’émerveille de choses simples, comme une coccinelle qui passe et qu’il capture. Il est très ami avec la petite Tahereh, la fille du concierge de l’école, mais celle-ci est musulmane, et les relations entre adultes des deux communautés ne sont pas faciles. Puis un jour avant Pâques à nouveau, mais après un grand saut dans le temps. Edmond est devenu directeur de l’école dans laquelle il allait étant enfant. Il est marié avec Marta et il a une fille, Alenouche, laquelle leur annonce son mariage avec Behzad, un non-arménien, c’est toujours aussi contrariant. Nouveau saut dans le temps, nouvelle veille de Pâques, fête des œufs peints, cela n’a pas changé. Edmond est seul, il ne reste plus que Danik, la surveillante du collège, une femme « déshonnête » parce qu’elle était amoureuse d’un musulman, chassée de son village elle est venue vivre à Téhéran.  Sa fille Alenouche est partie vivre au loin.

Par des allers-retours constants entre passé et présent, on reconstitue l’histoire d’une vie, celle d’un amour et de petits riens, celle d’une communauté faite de traditions, celle d’un pays cosmopolite, c’est un récit fin et délicat qui aborde aussi la liberté d’aimer qui l’on veut face au poids des traditions. Des regrets quand même, face aux ellipses, trop grandes et trop nombreuses : même si l’on comprend bien l’histoire, il y a des manques : qu’est devenue Tahereh ? Pourquoi si peu sur la fin de Marta ? Les personnages sont attachants, on aimerait en savoir plus sur eux, et on les quitte à regrets. Quelques jours avant Pâques, à trois époques différentes, et un flacon d’encre verte qui fait entre autres, le lien entre les trois pour nous livrer l’histoire d’Edmond et des siens. Une auteur à suivre, ou à rattraper, si comme moi, l’on n’a pas encore lu ses précédents titres : On s’y fera, ou Comme tous les après-midi.

 


La présentation de l’éditeur : ici
D’autres lectures : shyankarClarabel, Cuné ...
 

Zulma, août 2008, 136 pages, prix : 16,50 €

Ma note : 3,5/5

Crédit photo couverture : © David Pearson et éd. Zulma

Crédit tout court : merci à Cuné pour le prêt

Commenter cet article

kathel 30/08/2008 09:00

Il me tarde de découvrir cet auteur, avec tous les bons commentaires que j'en ai lu et les troooop beaux objets-livres de chez Zulma !

Karine 30/08/2008 00:35

Au début, j'avais dit non parce que je risquais d'être frustrée de ne pas connaître l'histoire de Tahareh... puis je me suis dit peut-être... et vu que tu fais le même commentaire qui m'avait fait hésiter au début... c'est définitivement non maintenant!!! (c'est pas toujours simple le fonctionnement de mon cerveau... je sais!)

Laure 30/08/2008 07:41


tant qu'il fonctionne, peu importe ! :-))


yueyin 29/08/2008 20:22

Décidement il me tente celui-là :-))

saxaoul 29/08/2008 12:34

Je garde un très bon souvenir de ma lecture d'"On s'y fera" et je pense que je me laisserai tenter par celui-ci.

Clarabel 29/08/2008 12:18

Oui, il faut rattraper le temps et lire Zoyâ Pirzâd ! Et oui aussi, c'est une prise de tête de ne pas connaître l'avenir de Tahereh... Son deuxième roman sort en poche.

Anne-Sophie 29/08/2008 11:18

Moi aussi je l'ai dans ma pile. Je le lis demain et après tous les avis positifs, je suis plus que motivée, même si en feuilletant les premières pages, j'avais l'impression que le style était un peu simple, pour ne pas dire plus...

Flo 29/08/2008 09:02

J'ai été déçue par "on s'y fera", je l'ai trouvé trop lent, trop superficiel et pas réellment abouti.

Laure 29/08/2008 09:22


je ne l'ai pas encore... j'ai l'autre (comme tous les après-midi) dans ma PAL ...