Les jardins d'Hélène

Elle fait les galettes, c'est toute sa vie - Karine Fougeray

3 Avril 2006, 17:59pm

Publié par Laure

Ah… les galettes de Karine ! Ce livre a tout une histoire pour moi, longtemps désiré, rapidement arrivé, je l’ai laissé mûrir sur ma table de chevet.

D’abord, la couverture : en vrai, elle est beaucoup mieux que sur n’importe quelle photo du web, y compris sur ce blog. Légèrement granuleuse, on y voit la maille de la marinière marine. En revanche, le titre, le nom de l’auteur et celui de l’éditrice se font discrets, ce n’est pas très lisible, pas du tape-à-l’œil, c’est un livre qui se fait désirer !

Et puis, le titre : elle fait les galettes, c’est toute sa vie. Comme beaucoup je citerai cette phrase de la nouvelle éponyme : « Elle nous nourrit de galettes. C’est sa façon à elle de donner de l’amour», qui traduit à merveille et le recueil, et la Bretagne. Baignée du dernier album de Thomas Fersen, il m’évoque aussi cette chanson que je fredonne « Je n’ai pas la gale » :

« Son jardin donne des ronces,

son chien montre les dents,

ne réveillez pas l’eau qui pionce

ou gare aux accidents.

Elle fait rarement sa toilette,

Elle est sans religion,

Mais elle fait les meilleures galettes

De Lanmeur à Lannion.

(…)

Son jardin donne des ronces

et des fruits qui sont aigres,

Elle me tâte et elle m’annonce

Qu’elle me trouve un peu maigre.

Je vais pouvoir sans danger

me donner à l’ogresse,

car si elle veut me manger,

faut d’abord qu’elle m’engraisse. »

 

Les nouvelles de Karine, c’est un hymne à la mer et au pays breton. C’est un livre d’amour et de nostalgie, de souvenirs et de douceurs, de tendresse et de cruauté, un peu aussi parfois. Avec des mots simples et sans chichis, elle parle de la vie, pas n’importe laquelle, celle qui sent l’iode et la marée. Une Anna Gavalda bretonne, si si.

Quelques nouvelles cruelles toutefois, l’amour de la mer peut-il tout permettre ? Comme cette pauvre fillette soumise au mal de mer parce que tous les week-ends il faut accompagner papa en bateau (« Week-end »), cette fille larguée parce qu’elle n’aime pas les huîtres, les bulots et autres araignées (« un amour de crustacé »), ce touriste qui retrouvera sa voiture noyée parce qu’il n’a pas osé regarder dans les yeux les habitués du bar quand il a demandé l’heure de la marée (et s’il était tout simplement timide, hein ?). Je veux croire aux blagues et au second degré dans les coquillages, mais attention toutefois de ne pas faire de cet amour de la Bretagne et de la mer un chauvinisme exacerbé qui serait au final plus rédhibitoire qu’avenant… J’ai parfois craint de me sentir exclue de ces nouvelles : du genre quand on n’est pas breton on ne peut pas comprendre, ou même si on fait des efforts (j’adore les araignées, celles qui se mangent, mais je ne goûterai jamais aux huîtres ni aux bulots), et je n’ai pas le pied marin, seuls les natifs vrais de vrais qui affrontent la mer savent de quoi ils parlent, ce qui les autoriserait à être arrogants quand on touche à leur région ? J’aime la Bretagne, à ma façon, mais je ne suis pas bretonne. Alors voilà sans doute pourquoi j’ai préféré « à la vase de chocolat », parce que ça peut être universel, tout comme « la mer a tout emporté » et « comment ne pas perdre la tête » (en essayant de ne pas chantonner Bruel).

En dépit de cette impression de m’être parfois sentie légèrement agressée (tous les « estrangers » en prennent pour leur grade, voir aussi « à la pêche » et « stage de voile » qui finissent mal), j’ai aimé ce recueil de nouvelles, qui réussit à s’équilibrer entre amour du pays et exploration sublime de la vie, du couple et des sentiments.

Attention, toutefois, à ne pas s’enfermer dans la vigueur des vagues, il serait dommage que seuls les lecteurs bretons en profitent !

Et de conclure en disant que c’est trop court, à quand un roman, Karine ?

Editions Delphine Montalant, juin 2005, ISBN 2-915779-00-7, prix : 14 €

Ma note : 3,5/5

Commenter cet article

Véro 04/06/2008 11:26

J'ai terminé la dégustation de ces galettes: un vrai délice!

Laure 04/06/2008 20:57


contente que  tu aies aimé !
je croule tellement sous toutes les piles (prix, emprunts à la bib, prêts des blogueuses, que je n'ai pas encore ouvert tes cadeaux : honte à moi !!)


Philippe 19/03/2008 10:36

j'ai super aimé ces galettes, j'en redemande !

Laure 19/03/2008 16:42

ah c'est Karine qui va être contente, allez encore un effort, pense aux violettes maintenant :-))

elfe 05/04/2006 18:28

Alors là, je crois que je vais foncer me le procurer ce petit recueil, après tous ces commentaires!! Il me donne envie. Malgré que je ne sois pas bretonne pour deux sous, n'ayant aucune origine dans le coin, j'adore y séjourner, il y règne une atmosphère que je ne retrouve nulle part ailleurs. J'ai de la chance, un membre de ma famille s'y est installée il y a quelque temps, du  coup c l'occasion d'y aller!

Plume salée 04/04/2006 13:39

Laure, merci, merci, merci !!

"Sur la cale" déclenche les polémiques depuis que le recueil est sorti…… mais après tout tant mieux. Les livres servent aussi à cela n'est ce pas ? Lancer des discussions, faire valoir des réactions opposées.
Il y a même eu un journaliste pour affirmer que l'histoire était folle, que d'une voiture ayant de l'eau jusqu'au milieu des portières, il était impossible de lire son n° de plaque. Faux, avec une Golf, c'est tout à fait crédible……
Quant au choix du département 69, c'est le hasard total : je n'ai absolument rien contre les Lyonnais, qu'on se le dise !
Et puis, j'ai juste écrit cette histoire comme cela, comme on revit une scène d'enfance, tout simplement.

Je vais vous dire la vérité, Laure. Quand je suis revenue "au pays", après 17 années parisienne, j'ai été tellement sidérée de retrouver intacte cette force de caractère, cette authenticité brute dans les rapports humains, que moi la première je me suis sentie exclue.

Et puis, très vite, de façon fulgurante même, les racines sont remontées en moi plus fortes qu'avant. Oui j'aime ma Bretagne. Oui j'aime les bretons. Oui j'aime ce qu'ils sont. Durs, graniteux, fermés. Tendres, solidaires, généreux, trempés d'humour salé.

Je crois que je suis un peu comme eux…

clarabel 04/04/2006 10:38

Je ne me suis pas sentie trop exclue, même si je ne suis pas bretonne ! Mais j'ai déjà beaucoup d'éléments pour y être acceptée : j'adore la mer, j'ai le pied marin et je dévore huitres, bulots et tout le reste !!!!!!! :D
Et je regarde toujours droit dans les yeux quand je pose une question ! :)
Pour finir, je peux être définitivement adoptée par les bretons, une branche de ma famille y a posé ses valises (il y a bien longtemps) et a développé la faïencerie (un musée porte le nom de mon ancêtre à Quimper !)... :D  :D  :D
 

Laure 04/04/2006 10:53

Et moi je suis une grande anxieuse qui a du mal avec l'humour : n'étant pas sûre de moi, j'ai toujours tendance à penser que l'autre m'agresse !! Bon, je m'améliore avec l'âge, mais y a encore du boulot ! (pour cela que la première nouvelle m'insupporte : et si le touriste n'était pas vraiment un lyonnais snobinard mais un type un peu paumé qui ose poser sa question en ayant déjà peur de passer pour un con, méritait-il cette blague ?)
Laure, la sauveuse des timides malmenés ;-))