Les jardins d'Hélène

Dans la tête de Shéhérazade - Stéphanie Janicot

17 Novembre 2008, 09:35am

Publié par Laure

Shéhérazade Halshani a 30 ans, et une belle carrière télévisuelle. Elle anime une émission à succès, « ô nuit », un talk show façon Delarue ou Mireille Dumas. Lorsque son fiancé et rédac chef lui demande de préparer une émission sur le thème « rêves d’adolescents », elle revient sur sa propre histoire, et plus particulièrement sur ses 15 ans et son année de seconde dans un grand lycée parisien.

Pendant tout le roman, c’est le personnage de Shéhérazade qui s’adresse directement à son public. Alternance du présent et retours en arrière, Shéhérazade a grandi seule avec son père, un immigré marocain qui tient un bistrot dans le 5ème arrondissement, et dont on sent toute la fierté pour sa fille, leur complicité et leur amour certain. Elle a perdu sa mère très jeune. Empreinte d’une double culture, elle se sent néanmoins différente de ses amis, Aubin et Sophie, avec qui elle partagera une année scolaire et un double drame. Quelques clichés, mais on se laisse embarquer très vite par l’histoire qu’on lit d’une traite ou presque.
Toutefois, quelque chose m’a profondément gênée, au point de me focaliser dessus : anachronisme, erreurs grossières, ou volonté assumée, mais laquelle ? Je m’explique : dans le roman qui se passe au présent, Shéhérazade a 30 ans. Il n’y a pas de date donnée, mais involontairement, on le situe aujourd’hui, allez disons 2008. De nombreux retours sur les 15 ans de Shéhérazade, soit disons 1993. Et en 1993, figurez-vous que Shéhérazade surfait sur le net tout le temps et Sophie usait de son téléphone portable à tout va. Certes, c’est possible, ces medias existaient il y a 15 ans. Mais dans cet usage effréné et si évident (répandu) ? A deux reprises également, Shéhérazade nous cite des montants en euros… il y a 15 ans !! Aurait-il été choquant de parler en francs ? L’auteur a-t-elle converti pour son lectorat plus jeune ? A-t-elle inscrit son histoire dans un futur pour que cela sonne correctement dans 15 ans ? Et je vous donne un extrait qui se passe il y a 15 ans, soit en 1993 selon ma logique : p.162 : « Les photos qu’Ariane avait téléchargées sur son ordinateur depuis son téléphone portable corroboraient ses descriptions. » En 1993, moi je dis « chapeau ». Je ne vois qu’une solution : soit le roman se passe dans un futur indéfini mais au moins égal à 2015, soit le roman est truffé d’erreurs grossières. Soit le roman est volontairement un mensonge incohérent, après tout, c’est une fiction. En tous les cas ça ne colle pas. Mais personne n’a relevé cela (rien trouvé dans ce sens sur le net), et je ne peux pas croire qu’Albin Michel et ses relecteurs aient laissé passer cela, alors forcément, il y a une explication, et c’est là où j’aimerais beaucoup avoir celle de l’auteur, parce que vraiment, ces points-là m’ont dérangée. Et dans une histoire vraisemblable, j’aime qu’elle le soit totalement.

 


Albin Michel, août 2008, 312 pages, prix : 19,50 €

Ma note :



Crédit photo couverture : éd. Albin Michel
Merci à Cuné pour le prêt !

 

 

Ajout au 25 novembre : ça me poursuivait ce mystère, alors j'ai interrogé directement l'auteur sur facebook, et voici sa réponse, que je publie avec son accord, car je la trouve vraiment éclairante pour ceux qui se poseraient les mêmes questions que moi :

"C'est volontaire, oui. Je l'ai expliqué dans plusieurs entretiens : il n'y a pas de marqueurs de temps. Pas de date de naissance de Shéhérazade, pas de date pour les événements en banlieue, rien qui indique comment travaillent concrètement les salariés de cette chaine de télévision. L'histoire se passe effectivement aujourd'hui dans les deux cas. Les ados sont des ados d'aujourd'hui. Il était important pour moi qu'ils le soient puisque c'est un roman sur la société française contemporaine et non pas sur celle de la fin du XXeme siècle. Et je n'avais pas non plus envie de faire un roman d'anticipation en datant les scènes à la télévision en 2020. Je trouvais plus intéressant d'avoir un regard adulte et un regard adolescent sur la même société, exactement la même. Il est certain que si notre société change radicalement dans les 10 ans qui viennent (notamment dans sa manière d'envisager la télévision) alors ce roman sera très obsolète très vite. Si ce n'est pas le cas, dans 10 ans, la juxtaposition des temps n'aura plus aucune importance. Si vous avez lu Les faux monnayeurs, de Gide, vous avez pu constater qu' il mélange des événements ayant eu lieu à la fin du XIXème siècle avec d'autres du début XXeme. Franchement, ça n'a aucune importance, ce qui compte, il me semble dans un roman, c'est la permanence de la nature humaine, qui s'exprime notamment à travers la psychologie des personnages.
J'espère toutefois que le fait que le temps de ce roman soit cumulatif et non pas linéaire ne vous a pas complètement gâché votre lecture.
Amitiés
S.J"

Commenter cet article

Gérard 20/11/2008 17:15

Laure, mille excuses pour ce petit envoi qui, pour collectif qu'il fut, n'en était pas moins une invitation amicale. Tel en était en tout cas l'esprit. Bien cordialement à vous

Daniel Fattore 18/11/2008 10:32

Trouvé récemment, ça m'avait l'air intéressant... merci de votre avis, même s'il me refroidit un tout petit peu. Quant aux anachronismes, je m'efforcerai d'y être attentif, et peut-être de leur trouver une motivation. Peut-être simplement la même convention temporelle qui fait que Spirou et Fantasio ont l'air aussi jeunes dans leurs premières aventures que dans les dernières?

Karine :) 18/11/2008 01:31

Le thème de ce roman m'intéressait mais j,ai lu des avis mitigés dernièrement... En plus, je me connais, les anachronismes risquent de me taper sur les nerfs moi aussi!  Et quand un truc comme ça arrive, on dirait que je focalise là-dessus!  Je vais donc réfléchir un peu avant d'acheter ce roman!

Gérard 17/11/2008 16:29

Bivouac littéraire sur http://poetaille.over-blog.frVenez comme vous êtes !

Laure 17/11/2008 22:58


une pub balancée en tir groupé sur tous les blogs, sans même un tout petit mot aimable d'accompagnement, sous un article sans rapport, à part la corbeille, à
votre avis, ça mérite quoi ?