Les jardins d'Hélène

Frère animal - Arnaud Cathrine et Florent Marchet

6 Mars 2009, 10:20am

Publié par Laure

Textes d’Arnaud Cathrine et Florent Marchet

Compositions et arrangements de Florent Marchet

Voix : Arnaud Cathrine, Florent Marchet, Valérie Leulliot, Erik Arnaud, Nicolas Martel, Antoine Lhouillier.

 

Le concept peut dérouter, mais se révèle au final agréablement surprenant et réussi.

Frère animal est un roman musical écrit à quatre mains par Arnaud Cathrine et Florent Marchet. D’une part, le texte, 19 chapitres, de nature diverse, à la manière d’une pièce de théâtre parfois. C’est l’histoire de la Mère Nourricière, la SINOC, Société Industrielle Nautique d’Objets Culbuto, une entreprise qui nourrit 600 personnes, dans une ville imaginaire, et des 600 personnes qui lui doivent tout. Du moins elle le leur fait croire, effaçant leur entité, sauf pour Thibaut, qui refuse de marcher dans les pas de son père et cette aliénation à l’entreprise, cruelle, dure, qui licencie les quinquas et se montre raciste à l’embauche. D’autre part, le CD, ces 19 textes en musique plutôt pop, en chansons, qui forment un tout indissociable.

C’est une fiction déprimante mais qui ressemble cruellement à la réalité…
C’est un objet littéraire nouveau, original, qui s’il me laissait vraiment dubitative, m’a réellement séduite. Je ne dis pas que je lirai/écouterai des romans musicaux tous les jours, mais une fois de temps en temps, comme avec celui-ci, c’est une bonne surprise.

 

p. 71. Thibaut : « C’était l’hiver. Je venais d’avoir vingt ans. On avait décidé pour moi : je finirai chez toi, sainte Mère de mes couilles. Mon père avait dit : « Tu crois quoi ? Que j’aime mon métier ? Je n’ai que ça. Mais c’est déjà une chance ! » Il avait dit : « Tes livres. Toujours tes livres. » Parfois il rentrait dans des colères noires. Il s’emparait d’un bouquin et m’assénait un coup sur le crâne. Il m’aime, mon père. Mais je sais bien ce que ça signifiait, de me frapper le crâne avec ces putains de livres qui ne servent à rien et ne mènent nulle part, ça signifiait : tu ne nous échapperas pas, tu resteras des nôtres, tu n’iras pas avec les bourgeois, tu ne trahiras pas »

 

La critique de Télérama 

 

L’article d’Olivier Combes sur Benzine.mag 
 

Verticales, mars 2008, 88 pages, avec 1 CD, prix : 15 euros

Ma note :



Crédit photo couverture : © Julien Baumgartner et éd. Verticales.

 

Commenter cet article

Claire 20/03/2009 20:28

Lorsque la bibliothèque municipale m'a proposé le livre sans le CD que les employés ne trouvaient plus, j'ai refusé. Je crois que j'ai bien fait.Quelques jours plus tard le CD était retrouvé et il est vraiment le trésor de ce livre, sa mise en scène.La fiche de recrutement m'a bien fait rire. Je crois qu'on ne réalise pas assez combien l'absence de réponse à ce style de questionnaire met en panne tout un service... Celui-ci est, en tout cas, plein d'humour comme l'ensemble du livre qui cultive la dérision de manière intelligente.Du coup, un tout petit peu de mise à distance, pour goûter simplement la prouesse de l'exercice, évite de sentir solidaire des six cents enfants de Mère SINOC et de leur dépression.Oui, je le verrais bien en spectacle...

Laure 21/03/2009 07:52


oui, livre et CD sont indissociables !


Daniel Fattore 11/03/2009 17:30

La collection "Verticales" publie des titres exigeants, qui en valent la peine. Quant à celui-ci, j'aurais apprécié d'aller en voir une mise en scène dans le cadre de la Fête du livre de Saint-Etienne l'an dernier ou il y a deux ans (d'autant plus que le nom d'Arnaud Cathrine ne m'était pas totalement inconnu - cf. le blog de wrath, http://wrath.typepad.com ), mais la représentation a été annulée... :-(

leafar 11/03/2009 16:45

Je suis tombé sur ta critique par ulike.net/newsJ'avais lu la nouvelle d'Arnaud Catherine dans 10 ans 10 auteurs 10 nouvelles et j'avais bien aimé son style, cela me donne envie de tester cette etrange oeuvre à la frontière de la musique et de la littérature. Par ailleurs je suis tombé sur une vidéo youtube qu'ils ont fait pour la promo du livre : http://fr.ulike.net/Frère_Animal_(Book) 

bill 08/03/2009 19:42

Ma fille me l'a fait découvrir l'an dernier (elle a assisté deux fois au spectacle : une vraie fan !) J'ai beaucoup aimé ce livre moi aussi ...et Rio Baril, le disque de Florent Marchet, sorti en 2007, mérite égaleemnt le détour. 

Laure 08/03/2009 21:32


ça doit être intéressant à voir en spectacle aussi !
je vais essayer de trouver les autres titres de la collection en bibliothèque


Véro 08/03/2009 15:57

Tiens tu me donnes envie de le réécouter! Hop dans mon ordi... puisque je suis obligé de bosser ce dimanche :-(

Laure 08/03/2009 16:13


ah oui, la fameuse journée de la femme :-)) fais-nous de beaux reportages / articles !


Véro 06/03/2009 16:05

J'en ai déjà trois dans la collection et j'avoue avoir un vrai coup de coeur pour celui-ci. J'aime particulièrement la lettre au frère.

Laure 07/03/2009 13:12


Je ne connaissais pas la collection, juste ce titre de nom. c'est une bonne surprise. Et c'est vrai que la lettre au frère est plutôt marquante... mais on pourrait
citer plein de passages en fait !