Les jardins d'Hélène

Moka - Tatiana de Rosnay

4 Juin 2006, 17:43pm

Publié par Laure

Malcolm, 13 ans, se fait renverser sur un passage piéton par une vieille Mercedes couleur Moka qui prend la fuite. Il est dans le coma. Ses parents Andrew et Justine, couple mixte qui nous offrent un délicat tableau franglais, vont réagir différemment. Justine a besoin de savoir et de comprendre, vite, car l’enquête menée par la police n’avance guère…

Jusqu’au deux tiers du livre, je me sentais un peu gênée, car oui c’était bien écrit, bien amené et bien conduit, mais non je n’étais pas aussi enthousiaste que mes amies blogueuses Clara, Cuné et Amandine. Je ne réussissais pas à trouver cela réaliste, je restais extérieure, pas d’empathie pour les personnages, ou alors pour Andrew. Peut-être ne suis-je pas capable de prendre le recul nécessaire avec le roman, j’ai plutôt envie de crier « vous pouvez imaginer tout ce que vous voulez, vous ne savez pas de quoi vous parlez ». Peut-être que sur ce sujet de la perte de l’enfant, ou de l’accident grave, je ne tolère que les récits vécus.

Moka me paraissait convenu, sans surprise, même la fin, je l’avais vite comprise (bon sauf l’identité réelle de Lisa, mais le ressort de l’intrigue, oui) or j’aime qu’un roman me surprenne et me bouscule. Mais cette dernière partie justement ranime un rythme quelque peu ronronnant (dans ce genre de situation, le couple va-t-il tenir ou éclater, ça aussi c’est … si entendu ici et là) et au final, force m’est de reconnaître qu’il y a beaucoup de choses justes dans ce livre, (ah si je pouvais avoir une belle-mère comme celaJ) C’est juste que je n’ai pas réussi à être émue par le personnage de Justine.

Moka est le deuxième roman que je lis de l’auteur, après Spirales. Je garde un faible pour Spirales, que j’avais trouvé plus haletant, même si Moka est bon aussi. Mais il m’en reste d’autres à découvrir, et ça c’est chouette !

Plon, déc. 2005, 249 p., ISBN 2-259-20213-6, prix : 18 €

Ma note : 3,5/5

Commenter cet article

yansor 06/06/2006 18:22

clara, j'adore quand tu fais  huuuuuuuuuuu !!
LN, merci encore pour cet echange. a tres vite.
T

clarabel 06/06/2006 15:43

Que de confidences ! ... huuuu !... :)
;-p

Laure 06/06/2006 16:40

Et vi, que du top secret ;-)) mais je te rassure je ne sais rien de rien sur son prochain roman !

yansor 06/06/2006 11:35

merci  beaucoup pour ce commentaire, je le trouve courageux et lucide.
mais je t'ai envoyé un petit mail, pour mettre une chose au point...
MOKA, c'est du vécu. mon fils en sait quelque chose.
et je t'explique comment et pourquoi.
amitiés !
TR

Laure 06/06/2006 13:42

Je t'ai répondu en privé aussi ;-))

Florence 05/06/2006 11:28

Moi non plus je ne l'ai pas ressenti comme toi, même si je m'attendais à cette fin. Le sentiment de la mère est tellement fort qu'il m'a bouleversé, elle ne veut pas se sentir inutile face au coma de son fils et fait tout pour essayer de comprendre ce qui c'est réellement passé. Elle refuse et ne peut imaginer la perte de son fils, elle se bat corps et âme et ça c'est la plus belle preuve d'amour qu'une maman peut donner à son enfant et dans ce livre le désespoir de la mère m'a vraiment émue.

Et j'ai aussi beaucoup aimé Spirales et comme toi, je suis en quête des autres livres de Tatiana. ;-)


Cuné 04/06/2006 20:30

Une rencontre qui ne s'est pas faite, ça arrive ! Je ne l'ai pas du tout du tout ressenti comme toi, j'ai adhéré dès le départ. Par exemple, les cochons d'inde : nantie de 2 grosses mémères (Mesdemoiselles Chou et Crème : des amours), j'ai connu les soirs de déprime où la petite boule de poil qui fait un bruit de chaudière nous rattache à leur petit propriétaire absent...J'imagine comme tu as du galérer pour livrer ton avis honnêtement sans tomber dans l'excès, bravo à toi, et j'espère que tu auras plus de plaisir à lire les autres romans de Tatiana ! (Un nouveau qui arrive au prochain printemps, d'ailleurs !)

Laure 04/06/2006 20:47

Le printemps prochain, c'est encore loin ça non ? ;-)) mais c'est quand même une bonne nouvelle !!