Les jardins d'Hélène

A leurs bons coeurs - Régis Momenteau, Anna Gavalda

17 Juin 2006, 16:15pm

Publié par Laure

Anna Gavalda est connue, elle a du succès. Et j’aime beaucoup ce qu’elle écrit. Aussi quand le site Amazon annonçait dans ses futures parutions un livre d’Anna Gavalda, je me suis empressée d’en savoir plus. Il s’appelle à leurs bons cœurs et il est publié chez Cheminements. Connaissant un peu les publications de cet éditeur, je suis d’abord surprise : Gavalda, un roman chez Cheminements ? Non, il s’agit d’un document, et Gavalda ne fait qu’y collaborer. Alors j’ai laissé passer le temps, et lâchement je l’ai emprunté en bibliothèque. Ce livre est une sacrée leçon d’humilité. Recueil de photos prises par Régis Momenteau, accompagnées de dialogues retranscrits, et de temps à autre d’une notule de Gavalda, elles montrent combien ceux que l’on appelle communément les SDF sont abîmés par la vie, les ravages de l’alcool et le manque d’hygiène. Mais il y a aussi du cœur dans ce livre.

Elle le dit en parlant d’eux : « C’est difficile de se faire adopter par ces gens-là. Ils n’osent plus s’attacher. A rien ni à personne. Ils ont peur. Ils ne veulent plus montrer le moindre signe de faiblesse parce qu’ils se sont pris trop de beignes dans la figure. Alors ils rigolent, ils picolent, ils biaisent et gueulent un peu. C’est leur façon de se protéger. » Elle dit d’emblée aussi que les préfaces, elle n’aime pas ça. Ça ne sert à rien et ça gâche le plaisir. Personne ne les lit de toute façon. Alors pourquoi avoir écrit celle-ci, contre son credo ? « A cause du cœur bien sûr ».

Régis Momenteau a su les approcher, les écouter et les photographier. Mais il a su transmettre aussi la tendresse, la fraternité, les joies simples et l’amour qu’il y a aussi chez « ces gens-là ». Rien n’est plus précieux que leur liberté alors que nous croyons ou voulons bien faire. Non, ce n’est pas simple. Ce livre, c’est une sacrée leçon de vie (et d'humilité). Mais qui l’achètera ? Et pourquoi ? Parce qu’il y a le nom de Gavalda ? Si c’est cela qui doit le faire découvrir, alors oui, fi du jeu commercial ! Quand je croiserai l’un de ces hommes (ou femmes) dans la rue, j’aurai ces textes et ces photos en tête et je ne les regarderai plus pareil. Un sourire, ça ne coûte rien.

Cheminements, nov. 2005, 148 p., ISBN 2-84478-384-8, prix 23 €

Ma note : 4/5

 

Commenter cet article

sylvie 20/01/2008 14:03

Pour celles et ceux qui n'auraient pas la patience d'attendre le prochain roman d'anna Gavalda...j'ai trouvé un jeune auteur qui pourrait être le cousin de GAVALDA dans le style, les histoires et le plaisir de lire... c'est Gaël Chatelain et son bouquin Les Solitudes Additionnées sorti chez Lafon début janvier.

Ca se lit avec autant de plaisir et de facilité qu'Anna Gavalda... donc, je vous conseille, pour patienter avant mars et le nouveau Gavalda : les solitudes additionnées de Gael Chatelain.

L'histoire :

sabelle, femme célibataire, bien dans sa peau, prend le métro chaque matin à la même heure... et elle observe, elle imagine la vie de ces gens qu'elle croise : riches, pauvres, heureux, cassés de la vie, jeunes, vieux.... son existence est sereine, réglée comme du papier à musique. Elle est pédiatre, habite dans un bel appartement, ne se prend pas la tête sur sa "non maternité"... tout va bien...

Dans son entourage, sa jeune soeur, mariée, 2 enfants, femme au foyer et sa meilleure amie, Sophie, 35 ans, délurée... les solitudes additionnées raconte l'histoire de ces trois femmes, et comment ces vies vont être radicalement changées par le suicide d'un homme, un seul... sans qu'elles n'imaginent un seul instant avoir cette partie de leur destin en commun.

Un (petit) brin de Lelouch, un (gros) poil d'humour anglais, un (énorme) zest de cynisme... c'est la recette de ce bouquin... enfin, je crois !

Laure 20/01/2008 18:58

Merci du conseil Sylvie, je note. Sinon, mars va vite arriver, allez, patience, pour le nouveau Gavalda :-))

queenkelly 17/06/2006 18:51

Moi, le nom de Gavalda me fait fuir...Et je n'ai pas attendu qu'elle nous la joue Petite soeur des Pauvres pour sourire aux "gens du dehors", comme je les appelle...Grrr!!

Laure 17/06/2006 23:17

voilà qui a le mérite de la franchise !