Présentation

  • : Les jardins d'Hélène
  • Les jardins d'Hélène
  • : 45 ans, bibliothécaire, mère de 3 enfants de 22 ans, 20 ans et 16 ans. Je dépose ici les marques que mes lectures ont tracées.
  • Contact

Des livres, et plus encore

Je suis tombée dans la lecture à l’âge de 6 ans, je n’en suis jamais ressortie.

Je suis tombée dans les fils de la Toile en 1999, et j’y ai fait de belles rencontres. Des échanges sur feu le libraire en ligne bol.fr repris ensuite par Amazon, des jurys littéraires à la pelle, des plumes magnifiques sur les premiers journaux intimes en ligne initiés par Mongolo et la Scribouilleuse, …, dix-sept ans (?!) plus tard, il en reste une belle toile joliment tissée, des amitiés nées ici ou là, et toujours, l’envie de partager mes lectures.

Bienvenue à vous,

 

Recherche

Et la vie dans tout ça

Je n'arrive plus à trouver de temps pour le blog, alors je poursuis ... à mon rythme !

Archives

20 mai 2009 3 20 /05 /mai /2009 20:09

Véronique de Bure est éditrice chez Stock, où elle a publié notamment le dernier livre de Jean-Louis Fournier, où on va, papa ?, prix Femina 2008. Elle a longtemps été très proche du philosophe, écrivain et peintre Jean Guitton, mort à l’âge de 97 ans en 1999. Elle a publié chez Payot l’un de ses derniers livres, Lettres ouvertes (1993).

Une confession est le premier roman de Véronique de Bure, qui mêle souvenirs et anecdotes du temps de ses rencontres avec Jean Guitton au jardin secret d’une femme emportée dans le tourbillon d’une passion adultère.

Quoi de plus banal qu’un énième roman sur l’adultère d’une bourgeoise qui s’ennuie, me direz-vous ? Et si on ne s’intéresse pas spécialement à Jean Guitton ? Et que vient-il faire là-dedans ? (La confession est postérieure à sa mort et lui est destinée). Chut… ouvrez, et laissez-vous simplement bercer par la douceur du récit.

J’ai aimé particulièrement cette douceur mélancolique qui imprègne tout le livre, on sent le réel attachement de la jeune femme pour l’intellectuel académicien, son admiration et sa grande tendresse pour l’homme. D’une relation de travail qui a duré six ans est née une intimité protectrice et confiante : Guitton était un véritable ami. En parallèle aux souvenirs de ces quelques années d’entrevues régulières, elle narre une passion adultère, de ses débuts tremblants à sa fin destructrice, laissant entrevoir sa nature angoissée et perpétuellement inapaisée.

Si les souvenirs avec Jean Guitton sont uniques et réels, l’histoire confessée n’est que fiction, dit-elle, mais au fond, quelle importance… ce sont bien deux histoires d’amour qui sont données à lire, même si point n’est besoin qu’elles soient toutes charnelles.

 

p. 176 : « Quand ça ne va pas, il m’arrive de repenser à vous. Lorsque j’étais triste, vous souffriez avec moi, vous vous donniez un mal fou pour que cesse ma peine et vous trouviez toujours les mots qui me faisaient du bien. Quand j’étais heureuse, vous vous réjouissiez. Le véritable amour n’est pas toujours fait de chair et de sang. »

 

Et le livre achevé, je retrouve ici et là en bordure de pages une dizaine de petits post-it colorés qui marquent les passages que je voulais noter, il y en a plus que je ne l’aurais cru. Cette confession que j’abordais sceptique s’est révélée une histoire douce et précieuse, intime et pudique à la fois.

 

p. 73 : « Je vous aimais. Certains étaient assez sots pour s’en amuser et rire grassement de notre relation, avec des plaisanteries d’un goût douteux. Mais je vous aimais. D’une manière rare, unique. Vous n’étiez pour moi ni un père, ni un grand-père, ni un vieil époux, ni un amant. Je vous aimais d’un amour étrange, désincarné, et qui, curieusement, me comblait. […] Je vous aimais paisiblement. »

 

éd. Stock, mai 2009, 199 pages, prix : 16 €

Ma note :

Crédit photo couverture : © Hubert Michel et éd. Stock.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

fidji 05/07/2010 10:39



j'ai beaucoup aimé aussi...



Lequenne 19/06/2009 10:58


Ce livre est une vraie révélation. Jean Guitton a été pour moi plus qu'un philosophe, un ami dont les livres m'ont aidé à mieux vivre. Il faut lire et relire Le Travail Intellectuel; l'évangile dans ma vie; Portraits et circonstances; Apprendre à vivre et à penser, l'amour humain etc.. J'écris : "un ami'. En fait mes relations se sont limitées à une conversation téléphonique de trente minutes avec lui mais j'en garde un souvenir tendre et ébloui. Je ne suis pas surpris qu'il ait pu susciter une telle émotion chez une femme; une disciple?   Marc

Mango 16/06/2009 11:39

Cathulu a aimé aussi. Ce livre me tente beaucoup après ces présentations élogieuses! 

Laure 16/06/2009 20:23


oui, j'ai vu.... tu peux donc te laisser tenter :-)


Hambre 21/05/2009 16:07

Eh mais c'est un très beau livre dont tu nous parles là !!!! je me rends dans ma librairie samedi, j'ai déjà 2 titres à acheter et je crois que je vais y mettre celuit-ci !!! je ne sais pas il m'attire beaucoup !!!!

Leiloona 21/05/2009 12:22

Je lirai les premières pages afin de fixer ou non mon envie de le lire. Mais vu ce que tu en dis, c'est un livre dont l'écriture a été travaillée. Il devrait donc me plaire.

Laure 23/05/2009 20:08


oui, j'ai été sensible surtout à l'écriture je crois !


Karine:) 21/05/2009 05:19

Le thème ne me tentait pas particulièrement (comme tu dis, une histoire adultère et un philosophe que je ne connais pas...) mais si tu dis que ça vaut le coup, je le prends tout de même en note!!

Véro 20/05/2009 22:03

Que dire après cette belle critique, à part je note précieusement!

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -