Les jardins d'Hélène

Jours de juin - Julia Glass

10 Mars 2007, 16:16pm

Publié par Laure

J’ai traîné ce roman foisonnant de longs mois, longtemps, bien trop longtemps. J’ai attendu plus d’un mois encore avant de lire les 50 dernières pages. J’aurais pu tout aussi bien ne jamais les lire. Il y a quelque chose d’attachant dans ce livre, et en même temps, rien ne vient frapper en plein cœur pour vous marquer longtemps.

Trois mois de juin à des années d’intervalle, différents points de vue, voilà qui compose les souvenirs de la vie des McLeod. En 1989, quelque temps après la mort de sa femme Maureen, Paul part en voyage organisé en Grèce. Il y rencontre Fern, une jeune artiste peintre américaine. Alternance des souvenirs de son épouse plus empressée auprès de ses collies (elle avait un élevage de cette race de chiens) que de lui-même et des moments passés avec Fern.

Six ans plus tard, en 1995, Fenno, revient dans le domaine familial en Ecosse, pour l’enterrement de son père, qui entre temps s’était installé à Naxos, une île grecque. Fenno est libraire à New-York, il est homosexuel, et a noué une relation d’amitié très forte avec son voisin Malachy Burns. Mal se meurt du sida. Tout le monde les croyait amants alors qu’ils ne l’étaient pas, mais ce décès marque profondément Fenno. Il retrouve en Ecosse ses deux frères jumeaux, David et Dennis, tous deux mariés, et écoute la demande surprenante de l’une de ses belles-sœurs de l’aider à procréer. Enfin, dans une troisième partie, en juin 1999, on retrouve notre américaine du début, Fern, qui par le biais de connaissances, rencontre Fenno. Elle a été mariée, veuve, et se retrouve enceinte d’un homme qui n’est pas encore au courant. Fern et Fenno sont tous deux à un carrefour de leur vie. Prendront-ils le tournant ensemble ?

 

Ce roman n’est pas inintéressant dans sa construction et sa narration, ses points de vue multiples qui construisent le souvenir d’une famille différemment, mais voilà : il est long, très long, trop long, et n’aurait sans doute pas souffert de quelques coupes. Je n’en garderai pas un souvenir flamboyant, mais quelque chose a fait que quand même, je suis allée au bout des 653 pages… Un avis mitigé, donc.

L'avis plus enthousiaste de Clarabel :

Ed. des Deux Terres, avril 2006, 653 pages, ISBN 2-84893-029-2, prix : 22 €

Ma note : 2,5/5

 

Commenter cet article

Lily 14/03/2007 18:37

Je vois que les avis sont partagés... Cela fait longtemps que j'ai envie de le lire.. A chaque fois que je le croise chez un librairie  je ne sais pas pourquoi j'hésite... Un jour, je le lirai, c'est sûr !

Clarabel 11/03/2007 11:04

Je crois que j'avais trouvé que quelques pages en moins auraient été profitables, mais bonne lecture dans l'ensemble, et puis j'aime bien cette maison d'édition (et le soin apporté à leurs publications !)... :)

Moustafette 11/03/2007 10:38

Je l'ai bien aimé ce livre. Son amitié avec Mal est très émouvante et la vie de la librairie de quartier est bien vue. Mais effectivement ça peut attendre une sortie en poche, si la couverture est aussi jolie !

cathulu 11/03/2007 08:58

Quel dommage ! enfin tout est une question de sensibilité et de bon moment,  non  ?  J'ai adoré ce  roman...

Florinette 10/03/2007 20:05

Je ne sais plus quoi en penser, je l'avais noté suite à l'avis de Clara , mais bon, s'il y a beaucoup de longueur sur plus de 600 pages ça se ressent, dommage car l'histoire me paraîssait captivante ! :-(

Laure 10/03/2007 21:27

alors il faut te faire ta propre opinion Florinette ;-)) essaie de le trouver en bibliothèque, sinon attends une sortie en poche (j'ai cherché mais rien trouvé d'annoncé)