Présentation

  • : Les jardins d'Hélène
  • Les jardins d'Hélène
  • : 45 ans, bibliothécaire, mère de 3 enfants de 22 ans, 20 ans et 16 ans. Je dépose ici les marques que mes lectures ont tracées.
  • Contact

Des livres, et plus encore

Je suis tombée dans la lecture à l’âge de 6 ans, je n’en suis jamais ressortie.

Je suis tombée dans les fils de la Toile en 1999, et j’y ai fait de belles rencontres. Des échanges sur feu le libraire en ligne bol.fr repris ensuite par Amazon, des jurys littéraires à la pelle, des plumes magnifiques sur les premiers journaux intimes en ligne initiés par Mongolo et la Scribouilleuse, …, dix-sept ans (?!) plus tard, il en reste une belle toile joliment tissée, des amitiés nées ici ou là, et toujours, l’envie de partager mes lectures.

Bienvenue à vous,

 

Recherche

Et la vie dans tout ça

Je n'arrive plus à trouver de temps pour le blog, alors je poursuis ... à mon rythme !

Archives

2 janvier 2010 6 02 /01 /janvier /2010 06:46

assez-parle-amour.jpgHervé Le Tellier est membre de l’Oulipo et construit ici un roman d’amour rempli de contraintes stylistiques, à la manière d’un jeu de dominos abkhazes dont voici la règle : « un double posé donnera naissance à un chapitre à un seul personnage, un simple à un chapitre à deux personnages, exceptionnellement trois si l’un des personnages n’agit ni ne parle. » ça a l’air compliqué ? Ne cherchez pas, ça vient tout seul. Prenez six personnages en quête d’auteur, six personnages de haut vol intellectuel, tous liés au langage de par leur métier, et faites les vivre ensemble. Thomas Le Gall est psychanalyste et reçoit dans son cabinet Anna Stein, pédopsychiatre, mariée à Stan, chirurgien. Mère de famille, elle a tout pour être heureuse. Mais la quarantaine et l’amant surgissent et l’on  croit voir venir une histoire vieille comme le monde. Oui, elle l’est, cette histoire, banale, mais poursuivez, car sa structure en fait une sacrée réussite. Ainsi Anna s’ouvre à Thomas de son nouvel amour pour Yves Janvier, écrivain (et double de l’auteur, un peu ?). Thomas, lui, devient l’amant de Louise Blum, avocate, mariée à un grand scientifique, Romain Vidal, mère de famille, tout pour être heureuse également. N’ayez crainte, vous ne serez pas perdus, les chapitres sont très courts, et tourne la roue…

Bien sûr il faudra passer les invraisemblances (toutes les situations sont quasi idéales, les amants fréquentent sans crainte les domiciles et les enfants de leurs maîtresses, les maris devinent et sont un peu jaloux mais tout s’arrange, et comme dans la vie, des couples tiennent d’autres pas)

Assez parlé d’amour est la dernière phrase du livre, mais d’amour bien sûr on vous parlera tout le livre. Simplement, intelligemment, souvent. Vous l’aurez compris, l’histoire à mon goût ne tient que pour son jeu stylistique et sa construction en « dominos » ; originalité qui sauve brillamment de la banalité des amours adultères entrecroisées.

A lire pour le jeu, et pour le plaisir.

 

 

Lu aussi par Cuné, Antigone, Cathulu, Papillon, ... 


Les grandes critiques presse réunies sur le site de l’Oulipo

 

JC Lattès, août 2009, 279 pages, prix : 17 €

Etoiles : stars-4-0__V7092073_.gif

Crédit photo couverture : éditions Jean-Claude Lattès

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Luocine 27/03/2010 07:53


J'ai apprécié votre critique alors j'ai mis un lien vers votre site après la mienne, amicalement
Luocine


Laure 27/03/2010 16:33


Merci, et ainsi j'ai pu aussi découvrir votre blog, à bientôt !


Sylvie 04/03/2010 23:16


Ah enfin un commentaire différent de tout ce que j'ai lu sur le web et qui correspond mieux à ce que j'ai ressenti, pour moi ce livre est plus un exercice de style (oulipien forcément) qu'un roman
d'amour, bien sûr l'amour en est le fil conducteur mais les situations sont trop  invraisemblables pour que je me laisse aller à y croire ( rencontres entre les amants au domicile, avec
les enfants, escapades amoureuses sans contraintes professionnelles ni familiales), de plus certains chapitres arrivent comme " des cheveux sur la soupe" maladie du frère, enterrrements des
parents, j'ai plus l'impression que Le Tellier a écrit ce roman pour épater les oulipiens que pour faire plaisir à des lecteurs, qu'il a d'ailleurs embobinés en mettant le mot "amour" dans son
titre.


Laure 05/03/2010 16:27


on est d'accord sur les invraisemblances et l'exercice de style (réussi), je vous suis un peu moins sur la toute dernière phrase, peut-être un peu trop catégorique sur
l'embobinement et l'épate... (un peu sévère, non ?)


Hambre 09/02/2010 09:40


3 avis très intéressants en tout cas !!! c'est à lire apparemment, ainsi je le note dans mon grand carnet !!!


antigone 02/01/2010 10:00


Un livre très agréable à lire et que n'alourdit en rien le jeu stylistique...


Cuné 02/01/2010 07:36


On n'est pas assez nombreuses à avoir lu ce livre, je suis ravie que tu aies aimé toi aussi ! :)


Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -