Présentation

  • : Les jardins d'Hélène
  • Les jardins d'Hélène
  • : 45 ans, bibliothécaire, mère de 3 enfants de 22 ans, 20 ans et 16 ans. Je dépose ici les marques que mes lectures ont tracées.
  • Contact

Des livres, et plus encore

Je suis tombée dans la lecture à l’âge de 6 ans, je n’en suis jamais ressortie.

Je suis tombée dans les fils de la Toile en 1999, et j’y ai fait de belles rencontres. Des échanges sur feu le libraire en ligne bol.fr repris ensuite par Amazon, des jurys littéraires à la pelle, des plumes magnifiques sur les premiers journaux intimes en ligne initiés par Mongolo et la Scribouilleuse, …, dix-sept ans (?!) plus tard, il en reste une belle toile joliment tissée, des amitiés nées ici ou là, et toujours, l’envie de partager mes lectures.

Bienvenue à vous,

 

Recherche

Et la vie dans tout ça

Je n'arrive plus à trouver de temps pour le blog, alors je poursuis ... à mon rythme !

Archives

10 mars 2010 3 10 /03 /mars /2010 22:29
attendre.jpgLola, 16 ans, attend dans un café la venue de son père qu’elle n’a jamais vu. Du genre envolé à sa naissance. Elle lui a envoyé ce simple texto : « Je suis votre fille. Si vous avez envie de me voir, je vous attendrai demain à dix-huit heures au Zinc » et espère qu’il y répondra par sa présence.
L’auteur a construit son roman en trois parties clairement annoncées : Elle donne d’abord sa voix à Lola, 16 ans, 1er mai 2009, à la recherche de son père, puis elle donne la parole à sa mère, Marie, quatre plus tôt, le 30 avril 2005, pour finir par le père, Pierre, 12 ans plus tôt encore, le 1er mai 1993, à la naissance de sa fille, alors qu’il n’avait lui-même que 17 ans.
Que s’est-il réellement passé dans l’esprit de chacun et dans leurs relations ?
Attendre est un premier roman que j’aurais aimé aimer. (Parce que le roman est arrivé dans ma boîte aux lettres, dédicacé à mon nom, alors que je ne connais personne chez Flammarion. Je fais bien quelques supputations de liens mais voilà, c’est toujours une bonne surprise). Parce que le thème me semblait intéressant, et si la construction n’est pas particulièrement nouvelle, elle me semblait prometteuse d’explorations intérieures différentes. Alors dommage, car pour moi il y a quand même du bon dans ce premier roman, notamment dans la voix du père, qui me semble être la partie la plus aboutie, la mieux travaillée, la plus réaliste en tout cas, et la plus émouvante aussi. Mais il y a aussi beaucoup de maladresses. Un tic de langage qui m’a vite insupporté : l’auteur use et abuse des comparaisons, ok, mais des comparaisons souvent étranges et à mon avis totalement inutiles. Passe encore qu’elle les attribue à un personnage, mais aux trois, qui sont censés user de voix différentes, ça ne passe plus.
Exemple :
p. 33 « Un souffle chaud vient cogner sur mes joues comme un fumet de gambas flambées » (quand son père lui parle, je ne vois pas le rapport avec les gambas)
p. 34 « je vois passer dans ton regard une émotion fugace comme un effluve de cigarette » (la cigarette est un truc qui pue longtemps non ? alors émotion fugace...enfin ça c’est ma réaction de non-fumeuse !)
p. 35 « Tes paroles tombent, mal, dans mes oreilles, mais je me reprends et essaie de les évacuer comme l’eau trouble dans une baignoire qu’on vient d’utiliser » (là encore, j’ai du mal avec l’association paroles douloureuses et bain à vider mais ça doit être moi…il est si sale que ça votre bain à vous ? oui je sais les produits cosmétiques machin tout ça c’est pas de la crasse ! et il se vide si mal que vous ne pouvez qu’essayer d’évacuer l’eau sans être sûr d’y parvenir ?)
p. 38 « Tu es bourré, visiblement alcoolique avec tes petites veines explosées sur le visage comme des vers rouges dégueulasses » (oui ça c’est vraiment dégueulasse comme comparaison, on est d’accord, mais les vers, ça bouge, ça grouille, ça remue, la couperose, non)
p. 39 « Alors je laisse tes questions glisser sur moi comme sur le capot huileux de la vieille Clio de maman. » (Vous laissez glisser beaucoup de choses sur le capot de votre voiture vous ? et pourquoi huileux ? crasseux sans doute, mais pas huileux, il ne pleut pas de l’huile dehors, même par chez moi)
p. 44 « Mais j’avais le ventre chiffonné comme un vieux chemisier… » (on ne parle pas de vergetures hein mais de malaise intérieur)
p. 45 « Tandis que j’essuie une goutte de transpiration sur mon front comme sur une vitre sale… »
p. 48 « alors que les étoiles brillaient encore dans le ciel comme des petites mains d’enfant »
p. 50 « Une mère habillée en jean et chemisier blanc avec un serre-tête épais en velours bleu marine traîne un bébé comme un Caddie derrière elle »
p. 51 « Tout s’est enchaîné comme dans un poème sans virgule, … »
 
Etc. etc. A la relecture comme ça, ça ne choque presque plus, mais sur le moment, je les ai trouvées trop nombreuses, trop rapprochées, trop lourdes, trop « cliché », ces comparaisons, et surtout, inutiles.
La deuxième partie se passe presque totalement dans la voiture de la mère, quand Lola avait 12 ans, à la sortie du collège. Sa mère passe la chercher pour lui dire enfin la vérité sur son père, lui ouvre la portière avant de la voiture, fait basculer le siège pour qu’elle puisse aller s’asseoir derrière (apparemment c’est une Clio 3 portes et non 5), et toute la discussion va avoir lieu la mère à moitié retournée sur son siège conducteur et la fille sagement assise à l’arrière. A 12 ans ??? Laissez-moi rire. Vous savez à quoi ressemble une enfant de 12 ans ? Vous savez que les enfants ont le droit de s’asseoir sur le siège passager AVANT dès 10 ans ? Vous savez que je n’ai jamais vu aucun enfant en âge de monter DEVANT aller s’asseoir derrière quand la place de devant est libre ? Et pourtant, j’en vois beaucoup des collégiens descendre des voitures tous les matins ! Est-ce volontaire, cette invraisemblance totale, pour je ne sais pas moi, infantiliser sa fille ? Remarquez, quitte à parler dans une voiture, espace clos, autant coincer la gamine derrière, sans portières par où elle pourrait s’enfuir. C’est peut-être ça l’astuce ?
Ah si, un dernier truc dans la troisième partie que je trouvais pourtant meilleure : à la naissance, Lola pesait 3,6 kg  (beau bébé donc) et mesurait 59 cm. Oui, 59 cm. La moyenne va plutôt de 48 à 52 cm, même mes maousses de 3,9 kg ne faisaient que 52 cm, alors wouah, Lola, superbe bébé géant, taille 3 mois à l’accouchement.
Allons, c’est pas sérieux tout ça.
(Et c’est bien dommage…)


Flammarion, mars 2010, 122 pages, prix : 14 €,
Etoiles : stars-2-5__V7092076_.gif
Crédit photo couverture : éd. Flammarion

Partager cet article

Repost 0

commentaires

ferdi 12/08/2011 21:57



Bonjour, je viens de terminer la première partie de ce roman, que j'ai trouvé nulle.  Non seulement le thême de l'ado qui retrouve son père est banal, mais en plus il est très mal traité.
J'ai noté comme vous l'abus de comparaisons pour le moins destabilisantes, mais ce qui m'a choqué aussi c'est qu'on a même pas l'impression de rentrer dans l'univers d'une ado de 16 ans, mais
dans celui d'une adulte. A titre d'exemple, elle dit adorer le cinéma et Resnais, assez surprenant pour un ado non ?


 Après une rapide recherche sur internet je suis tombé sur votre critique, j'arrête la lecture là.


 J'ai également fait des recherches sur l'auteur, elle a travailé notamment dans le milieu de l'édition en tant que photographe, je ne peux m'empêcher de me faire la réflexion que ça a du
bien l'aider pour publier son premier roman...


 


 Merci pour votre avis sincère et détaillé.



Anne 17/03/2010 09:17


Comparaisons inutiles mais franchement marrantes tes remarques derrières!


Laure 17/03/2010 12:01


ah je ne sais pas si mes remarques sont franchement marrantes, mais en discutant de ce livre en club lecture et en lisant pas mal d'extraits, la remarque qui est le
plus souvent revenue dans la bouche des participantes a été : ils n'ont pas de relecteurs chez Flammarion ?  (éditeur, correcteur, comité de lecture, appelons ça comme on veut
- les trois devraient exister d'ailleurs, mais je suis d'accord avec le groupe pour dire que ceci ne devrait pas arriver tel quel à la vente, 14 euros sur une table de libraire.
C'est pas sérieux, au risque de me répéter. 
Ceci dit on comprend bien aussi que les journalistes, les partenaires etc. sont édités plus facilement. Un conseil d'ami en cours de route leur permettrait toutefois de garder leur
crédibilité.


Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -