Les jardins d'Hélène

Au pays des kangourous - Gilles Paris

1 Février 2012, 17:48pm

Publié par Laure

au-pays-des-kangourous.jpgSimon a neuf ans lorsqu’il découvre un matin son papa recroquevillé dans le lave-vaisselle. Situation inhabituelle s’il en est ! Son père est écrivain (il écrit surtout des livres pour les autres), et sa mère travaille chez Danone, mais elle est très souvent en voyage, à l’autre bout du monde, à Sydney notamment, Australie. Le pays des kangourous.

Le père de Simon traverse une mauvaise passe, dépression aiguë, qui nécessite de l’hospitaliser. C’est la grand-mère Lola, libre et fantasque, qui va s’occuper de Simon, qui se pose beaucoup de questions sur la maladie de son papa, les absences de sa mère, leur amour. Le petit garçon va trouver beaucoup de réconfort auprès de Lily, une enfant qu’il rencontre régulièrement à l’hôpital, et qui lui apprend plein de choses sur la maladie de son papa, tout simplement ce que les adultes ne lui disent pas.

            J’ai aimé l’idée que pour une fois, ce soit le père qui soit dans une situation de dépression profonde, et la mère obnubilée par son travail, très peu présente, assez peu maternelle, ça fait du bien de temps en temps de voir ces rôles habituels inversés ! Si j’ai aimé le ton du livre, le point de vue de l’enfant, la vivacité des personnages qui l’entourent (Lily, sa grand-mère Lola), j’ai trouvé toutefois que le rythme était un peu lent, qu’on commençait à tournait un peu en rond (peut-être la traduction de l’enlisement profond du père dans la maladie ?), jusqu’à une révélation inattendue qui redonne un nouveau sens à l’ensemble. Si la fin est quelque peu convenue, elle fait tout simplement du bien au lecteur, et plus j’approchais de la fin, plus je l’aimais finalement ce roman, d’autant que le personnage de Lily devient de plus en plus intrigant ! Un roman positif et pas triste du tout, le sujet ne doit surtout pas vous faire peur !

 

Gilles Paris est également l’auteur de deux autres romans plus anciens : Autobiographie d’une courgette (en 2002, je ne retrouve pas de billet mais j’avais beaucoup aimé !) et Papa et maman sont morts (1991, que je ne connais pas mais que du coup j’ai envie de découvrir). Et je n’ai réalisé qu’en fin de lecture, en lisant que l’auteur travaillait dans le monde de l’édition, que j'avais été en contact avec lui il y a quelques années lors d’un accueil d’auteur. Je n’avais jamais fait le rapprochement avec les mails d'info que je reçois toujours, ou j’avais pensé à une homonymie, il faut croire que je n’imagine pas les auteurs faire autre chose qu’écrire J

 

Une interview de l’auteur sur Libfly

  

Don Quichotte, janvier 2012, 247 pages, prix : 18 €

Existe en numérique (différents formats selon librairies et liseuses) au prix de 12,99 €

Etoiles : stars-4-0__V7092073_.gif

Crédit photo couverture : © Olivier Balez et éd. Don Quichotte

Commenter cet article

Yv 22/02/2012 09:29


Bonjour


A peu près la même analyse pour moi. Beaucoup de tendresse de l'humour et l'ensemble est plaisant et parfois peut pousser à la réflexion.

Kalinka la Chtimie 13/02/2012 17:05


la prochaine fois que je vais au furet du nord j'achète ce livre, j'ai eu la chance de voir l'auteur en parler sur une chaine de tv du nord. WEO


 

clara 02/02/2012 08:00


Que d'avis positifs sur ce livre!

Richard 01/02/2012 20:58


Une chronique toute en nuances mais néanmoins fort tentante.


Je note pour plus tard !!


Merci !


Amitiés