Présentation

  • : Les jardins d'Hélène
  • Les jardins d'Hélène
  • : 45 ans, bibliothécaire, mère de 3 enfants de 22 ans, 20 ans et 16 ans. Je dépose ici les marques que mes lectures ont tracées.
  • Contact

Des livres, et plus encore

Je suis tombée dans la lecture à l’âge de 6 ans, je n’en suis jamais ressortie.

Je suis tombée dans les fils de la Toile en 1999, et j’y ai fait de belles rencontres. Des échanges sur feu le libraire en ligne bol.fr repris ensuite par Amazon, des jurys littéraires à la pelle, des plumes magnifiques sur les premiers journaux intimes en ligne initiés par Mongolo et la Scribouilleuse, …, dix-sept ans (?!) plus tard, il en reste une belle toile joliment tissée, des amitiés nées ici ou là, et toujours, l’envie de partager mes lectures.

Bienvenue à vous,

 

Recherche

Et la vie dans tout ça

Je n'arrive plus à trouver de temps pour le blog, alors je poursuis ... à mon rythme !

Archives

15 février 2010 1 15 /02 /février /2010 07:07

blessure-d-amour-propre.jpgEn 1983, Martin Veyron publiait un album érotique sur le point G (fameux point G qui fait polémique aujourd’hui !), dont il tirait même un film deux ans plus tard, album qui semble lui avoir collé à vie une image de pornographe, dont il souhaiterait bien se débarrasser.

Un quart de siècle plus tard, il se met donc en scène dans un album pseudo autobiographique pour apporter une suite à l’affaire, qui peut tout à fait se lire indépendamment aussi. (Pour ma part, j’avais découvert Martin Veyron à travers un autre album, je ne sais plus lequel !)

Vieillissant, il accuse comme beaucoup d’hommes de son âge des problèmes de prostate, et restant pour les médias et le public l’auteur d’un seul livre, il galère financièrement. Une jeune journaliste le contacte pour un reportage sur le point G. Il l’envoie d’abord bouler, il en a marre, il voudrait enfin en sortir, de cette vieille histoire. Et puis le récit prend une tournure un brin loufoque, car quand on a besoin d’argent, jusqu’où peut-on aller surtout quand c’est si facile ? A un nouveau job juteux se mêle les problèmes du héros qui a dû choisir lors de son opération de la prostate entre incontinence ou impuissance.

Le scénario reste sympa et surprenant, dérangeant aussi, mais je ne suis pas très sensible au dessin, les femmes sont toutes très laides chez Veyron je trouve, ce n’est pas leur rendre hommage ! Et quelle idée aussi d’avoir choisi une police de caractère aussi grande et envahissante (pour le coup ça fait vraiment papy prostatique et presbyte) ! J’aime bien la couverture quand même : ces escaliers d’immeuble où se retrouvent exceptionnellement et simultanément toutes les femmes de l’histoire…

 

Dargaud, octobre 2009, 82 pages, prix 14,50 €

Etoiles : stars-3-0__V7092079_.gif

Crédit photo couverture : © Martin Veyron et éd. Dargaud.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Laure - dans Boite à BD
commenter cet article

commentaires

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -