Présentation

  • : Les jardins d'Hélène
  • Les jardins d'Hélène
  • : 45 ans, bibliothécaire, mère de 3 enfants de 23 ans, 21 ans et 16 ans 1/2. Je dépose ici les marques que mes lectures ont tracées.
  • Contact

Des livres, et plus encore

Je suis tombée dans la lecture à l’âge de 6 ans, je n’en suis jamais ressortie.

Je suis tombée dans les fils de la Toile en 1999, et j’y ai fait de belles rencontres. Des échanges sur feu le libraire en ligne bol.fr repris ensuite par Amazon, des jurys littéraires à la pelle, des plumes magnifiques sur les premiers journaux intimes en ligne initiés par Mongolo et la Scribouilleuse, …, dix-huit ans (?!) plus tard, il en reste une belle toile joliment tissée, des amitiés nées ici ou là, et toujours, l’envie de partager mes lectures.

Bienvenue à vous,

 

Recherche

Et la vie dans tout ça

Je n'arrive plus à trouver de temps pour le blog, alors je poursuis ... à mon rythme !

Archives

20 août 2010 5 20 /08 /août /2010 09:44

bons-baisers-de-la-montagne.jpgVoici l'accroche de l'éditeur telle qu'elle était présentée sur le site de Blog-O-Book et que j'ai trouvée très tentante, puisque j'ai participé à ce partenariat :

 

"Ne jamais faire confiance à quiconque souhaiterait faire votre bonheur malgré vous, sous peine d’être expédié en enfer ! Démonstration dans ce premier roman drôle, grinçant, loufoque, décalé, et totalement ébouriffant !

Rien de plus ennuyeux qu’une station de sports d’hiver quand on n’a pas les moyens de se payer ni les remontées mécaniques ni la location de skis. Pourtant, « Péril rouge », ainsi que la surnomme ses amis, a fini, faute de mieux, par accepter l’invitation de ses cousins. Un soir, elle apprend l’existence d’un garçon étrange, vivant dans un chalet non loin de là, que ses parents ont tenu enfermé dans un placard depuis sa naissance. Le jour de sa délivrance, à la mort de ses tortionnaires, Paul K., devenu adulte, a choisi de continuer à vivre seul dans sa ferme alpine, sans jamais mettre le pied dehors. Auprès des habitants de la région, il jouit désormais d’une réputation de sage et malgré son isolement, on lui prête une connaissance profonde des sentiments humains ; on vient le consulter dans la détresse et chacun en ressort réconcilié avec lui-même. La jeune femme, elle, a toujours été attirée par les mystiques. C’est décidé : Paul K sera son guide. Au terme d’une expédition calamiteuse, bien qu’exaltante, Péril rouge parvient enfin à rencontrer l’énigmatique ermite de la montagne. Mais rien ne se passe comme prévu…

Si dans un premier temps on est séduit par la cruauté, l’autodérision et l’humour (noir) qui conduisent ce récit, on s’aperçoit très vite qu’une réflexion profonde se cache derrière le comique de situation. Bons baisers de la montagne évoque le rôle du fantasme dans la rencontre amoureuse, interroge les limites de la prise de pouvoir sur la vie d’autrui. Des thèmes d’une grande originalité qui font de ce roman une comédie à la fois haletante et subtile dont le dénouement inattendu n’a pas fini de nous faire réfléchir !"

 

 

Par acquit de conscience, j'ai lu ce livre jusqu'au bout. Hélas, trois fois hélas, j'ai beau tourner le problème dans tous les sens, je ne trouve absolument rien de positif à écrire sur ce roman. Ah, si : la couverture est jolie.

Sérieusement je n'ai rien trouvé de « drôle, grinçant, et totalement ébouriffant ». Décalé, certes, sans doute est-ce une démonstration par l'absurde que l'auteur a voulu faire, je ne vois rien d'autre... Exploitation d'un fait divers racoleur (l'enfant du placard), sous-psycho-philosophie de bazar façon Coehlo puissance moins 10, personnages tous plus superficiels les uns que les autres, grossièrement caricaturaux, jamais creusés, l'auteur reste toujours en surface, situations abracadabrantesques mais jamais drôles, (je n'ai pas souri une seule fois), logique d'enchaînement totalement farfelue (mais toujours pas drôle), j'ai beau chercher le xième degré, à part répondre par une kyrielle d'adjectifs péjoratifs, je ne trouve rien. Car un style ou une écriture particulière aurait pu offrir un souffle à l'ensemble, là non, le vocabulaire ne doit pas dépasser les 2000 mots sur tout le roman, les mots s'alignent pour former des phrases qui sont censées faire sens, l'ensemble n'est même pas joyeusement simple, il est tristement simpliste.

 

Un livre qui pourtant me tentait bien dans sa présentation éditeur et découvert grâce à logo bob

 

 

rentree litt sept10

 

 

Julliard, août 2010, 201 pages, prix : 18 €

Etoiles : stars-1-0__V45690734_.gif

Crédit photo couverture : Maxime Reychman et éd. Julliard.

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

AP 21/08/2010 10:35



Whaaaaa ! ça casse, par ici ! Y'a abus d'Orangina rouge ("mais pourquoi est-il aussi méchant ?")  Remarque,
ça venge un peu des 4ème de couv dithyrambiques qui, personnellement, m'énervent un peu... Attenton, amis auteurs, Laure is back and she's very, very angry :-)



Laure 25/08/2010 14:40



ah mais non, là je suis sous le soleil un peu trop chaud de l'Ardèche méridionale et je me régale avec des romans ados et le dernier Martin Page de l'année dernière
(la disparition de Paris et sa renaissance en Afrique), je suis pas angry du tout ;-))



lagrande stef 20/08/2010 13:37



Et voilà mon avis ; j'ai passé un très bon
moment avec ce livre



Laure 20/08/2010 15:38



oui, effectivement, un avis à l'opposé ! Justement j'étais curieuse de savoir ce qu'en pensaient les autres blogolecteurs ayant reçu ce livre et je ne trouvais pas
d'avis sur le net.


(ceci dit je persiste et signe) :-)



Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -