Présentation

  • : Les jardins d'Hélène
  • Les jardins d'Hélène
  • : 44 ans, bibliothécaire, mère de 3 enfants de 22 ans, 20 ans et 16 ans. Je dépose ici les marques que mes lectures ont tracées.
  • Contact

Des livres, et plus encore

Je suis tombée dans la lecture à l’âge de 6 ans, je n’en suis jamais ressortie.

Je suis tombée dans les fils de la Toile en 1999, et j’y ai fait de belles rencontres. Des échanges sur feu le libraire en ligne bol.fr repris ensuite par Amazon, des jurys littéraires à la pelle, des plumes magnifiques sur les premiers journaux intimes en ligne initiés par Mongolo et la Scribouilleuse, …, dix-sept ans (?!) plus tard, il en reste une belle toile joliment tissée, des amitiés nées ici ou là, et toujours, l’envie de partager mes lectures.

Bienvenue à vous,

 

Recherche

Et la vie dans tout ça

Je n'arrive plus à trouver de temps pour le blog, alors je poursuis ... à mon rythme !

Archives

23 mars 2010 2 23 /03 /mars /2010 07:33

Traduit de l'américain par Carine Chichereau


c-ets-ici-que-l-on-se-quitte.jpgPrésentation de l'éditeur : Qu'y a-t-il de pire que d'enterrer son père ? Réponse : passer la semaine qui suit enfermé avec sa propre famille de dingues... Morton Foxman s'en est allé. Mais avant de mourir, il a exprimé une dernière volonté : que sa famille célèbre la shiv'ah. Sept jours de deuil, ensemble, sous le même toit. Une perspective peu réjouissante pour ce clan qui ne s'est pas retrouvé ainsi réuni depuis... depuis quand déjà? Judd, qui nage en pleine déprime après avoir découvert sa femme en flagrant délit d'adultère, s'apprête à vivre ce qui pourrait être la pire semaine de sa vie. Il rejoint sa mère, aux talons et décolleté vertigineux; sa soeur Wendy accompagnée de ses gosses hyperactifs et de son mari continuellement scotché à son BlackBerry; son frère aîné, Paul, atrabilaire, et sa charmante épouse, avec qui Judd a pris un peu de bon temps par le passé; et enfin Phillip, le vilain petit canard, qui se fait aussi rare que discret sur ses activités... Des caractères diamétralement opposés contraints de cohabiter pendant sept jours et sept nuits. Les non-dits, les rancoeurs couvent. Et chacun de prendre sur lui pour ne pas péter les plombs. Famille, je vous hais! Heureusement, il y en a au moins un qui n'est plus là pour voir ça...


C'est une histoire de deuil et pourtant c'est drôle du début à la fin... ou presque, car il y a aussi quelques séquences émotions... C'est bien souvent complètement déjanté aussi, comme seuls peut-être les Américains savent le faire, dans une extravagance qui évacue tout complexe.

J'avais beaucoup entendu parler de cet auteur sans jamais l'avoir lu (le livre de Joe, Perte et fracas, ...), j'ai donc fait un essai avec son dernier titre paru. Et j'avoue que le début est saisissant, la scène où Judd surprend sa femme au lit avec son patron à lui est à mourir de rire, interminable et pourtant très très forte dans l'humour. Et là je me suis dit : il est très fort ce type. Hélas, j'ai un peu déchanté par la suite, car j'ai trouvé trop de longueurs au roman, ça me paraît assez inévitable au vu de le construction choisie : 7 jours enfermés dans une maison, avec des couples complètement barges, en égrenant les chapitres jour après jour et parfois presque heure par heure... même si l'on fait le tour des histoires folledingues de chacun, pas facile de se renouveler.

Ce n'est sans doute pas un roman inoubliable mais c'est roman divertissant et amusant, un roman de vacances ou de plage, un roman détente. Assez cru par moments, vous êtes prévenus. (mais ça fait partie des personnages décomplexés !)

p. 304 : "Je ne me sentirais pas à l'aise si j'essayais d'emballer une fille devant les frères de la femme mariée avec qui je viens de passer une nuit. Il faut un bon GPS pour suivre la vie sexuelle des membres de cette famille. Je me demande si les relations amoureuses sont aussi tordues chez les autres, ou si notre famille possède un don particulier pour tout compliquer".

p. 354 : "Noyer l'émotion sous la logistique. Voilà ce que nous faisons. Papa vit en chacun de nous. Eh oui, les parents peuvent continuer à vous emmerder même après leur mort : en ce sens, ils ne disparaissent jamais tout à fait. Mes frères, ma soeur et moi aurons toujours du mal à faire face à nos vrais sentiments. Avec les autres, nous arrivons à gérer jusqu'à un certain point, mais entre nous, ce sont des échecs à répétition - parfois spectaculaires. Nos connexions profondes sont trop chaotiques, c'est comme au coeur des murs de cette maison : les plombs sautent pour un oui, pour un non."


Fleuve noir, octobre 2009, 370 pages, prix : 19 €

Etoiles : stars-3-0__V7092079_.gif

Crédit photo couverture : Bec Parsons / Getty Images / et éd. Fleuve Noir

Partager cet article

Repost 0
Publié par Laure - dans Romans étrangers
commenter cet article

commentaires

jp 03/04/2010 18:48



bon, je n'ai pas aimé celui-là...ne suis même pas parvenu à le finir. J'avais (on s'en souvient) adoré Le livre de Joe et Perte et Fracas ( moins Tout peut Arriver)



Laure 03/04/2010 18:50



oui, je me souviens de mon enthousiasme à te parler de celui-ci au début, mais vite retombé ! je l'ai traîné longtemps. Mieux vaut lire les deux autres je
crois.



Karine :) 27/03/2010 00:19


Je suis une de celle qui avait vraiment aimé Le livre de Joe... mais comme plusieurs ont été déçue par ses autres romans, j'hésitais... Mais si c'est complètement déjanté... why not!


Laure 27/03/2010 16:38


J'ai quand même ri pas mal de fois, c'est juste un peu long ou pas assez renouvelé... mais tout à fait lisible quand même!


Brize 24/03/2010 11:59


J'avais beaucoup aimé "Le livre de Joe", pas du tout "Tout peut arriver", mais je relirai cet auteur, avec celui-ci (pour lequel tu nous as prévenus : ce n'est pas d'une finesse à toute épreuve !)
ou bien "Perte et fracas".


Laure 24/03/2010 14:26


oui, je pense que je lirai ses autres romans à l'occasion, même si In cold blog aussi dans le comm' précédent dit que ça manque de profondeur pour être vraiment bon,
mais en lecture de vacances, ou à un moment où on a envie d'un truc léger ça peut être pas mal !


In Cold Blog 23/03/2010 09:08


Ce que tu dis de celui-là rejoint otalement ce que j'avais pensé du Livre de Joe.Pas mal mais sans plus. Il manque toujours cette profondeur qui en ferait un super roman.


Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -