Présentation

  • : Les jardins d'Hélène
  • Les jardins d'Hélène
  • : 45 ans, bibliothécaire, mère de 3 enfants de 22 ans, 20 ans et 16 ans. Je dépose ici les marques que mes lectures ont tracées.
  • Contact

Des livres, et plus encore

Je suis tombée dans la lecture à l’âge de 6 ans, je n’en suis jamais ressortie.

Je suis tombée dans les fils de la Toile en 1999, et j’y ai fait de belles rencontres. Des échanges sur feu le libraire en ligne bol.fr repris ensuite par Amazon, des jurys littéraires à la pelle, des plumes magnifiques sur les premiers journaux intimes en ligne initiés par Mongolo et la Scribouilleuse, …, dix-sept ans (?!) plus tard, il en reste une belle toile joliment tissée, des amitiés nées ici ou là, et toujours, l’envie de partager mes lectures.

Bienvenue à vous,

 

Recherche

Et la vie dans tout ça

Je n'arrive plus à trouver de temps pour le blog, alors je poursuis ... à mon rythme !

Archives

21 septembre 2011 3 21 /09 /septembre /2011 09:11

camille-aime-pas-danser.jpgCamille, 14 ans, en classe de 3ème, vit dans l’ombre de sa sœur Anastasia, 15 ans, en classe de 2nde, « brillante, belle, gracieuse ». Elles vivent seules avec leur mère depuis le départ de leur père, qui a fondé une nouvelle famille ailleurs. Mais la tante Mathilde et la grand-mère sont très présentes. Un jour de shopping, Mathilde s’exclame sur le petit ventre à peine rond d’Anastasia : l’adolescente est enceinte, mais s’est voilée la face.

La tante Mathilde va prendre la situation en main, planning familial, avortement en Espagne car les délais légaux français sont dépassés, tout cela sous le regard attentif de Camille, qui nous raconte l’histoire.

Ce qui est extrêmement surprenant dans ce roman, c’est l’attitude de la mère : elle fuit, ne veut rien savoir de tout cela, laisse les autres se débrouiller, part faire une cure de silence on ne sait où, mais ne veut surtout pas affronter le problème, ni même en entendre parler. Immature et irresponsable. Personne ne la juge ni ne cherche à comprendre, aucune tentative d’explication : on la laisse à sa petite vie, les autres gèrent à sa place, et tout paraît si normal et si facile. C’est agaçant et l’on reste sur sa faim.

Que ce soit sur le personnage de la mère ou le parcours de l’avortement, le récit est extrêmement détaché, reste en surface des choses, suit un fil logique et sans embûche, où tout semble à la fois simple et hors du monde. Camille tente bien d’avoir un regard plus réaliste (notamment sur le fait que sa sœur ne reprenne pas sa scolarité immédiatement), mais elle ne fait pas le poids. Trop de questions sans réponses, de distance, de chevaliers servants (la tante, la grand-mère, le père qui débarque du Japon) m’ont laissée sur le bord de la route. Le personnage de la mère était intéressant mais l’on n’en fait rien, le reste me paraît « trop facile », sans véritable questionnement psychologique. 16 ans, enceinte, c’est trop tard pour avorter, bah on va à l’étranger tout de suite, et puis voilà. S'agissant d' un roman jeunesse, j'ai du mal à percevoir s'il y avait un message à faire passer et lequel.

 

J’avais commandé ce livre parmi d’autres auprès de ma libraire jeunesse (le commentaire enthousiaste de Clarabel sans douteJ), et puis en récupérant ma commande, elle a laissé échapper cela : « ah celui-ci je l’ai lu. C’est un roman sur l’avortement, mais …bof quoi. » Déstabilisée, je n’ai pas osé le retirer de mon panier, mais après lecture, je crois que j’ai la même conclusion qu’elle.

 

Ed. Thierry Magnier, août 2011, 110 pages, prix : 8 €

Etoiles : stars-3-0__V7092079_.gif

Crédit photo couverture : © Véronique Figuière et éd. Thierry Magnier.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par Laure - dans Livr'ados
commenter cet article

commentaires

bouma 24/01/2012 11:58


je viens de le finir, et moi aussi BOF !

Fantasia 24/09/2011 13:29



Bon, vous m'avez donné envie de le lire, maintenant ! Mais après le terrible Tarja de Jean-Noël Sciarini, je vais faire une p'tite pause entre deux...



Laure 24/09/2011 14:15



on attend ton avis éclairé !   


(enfin celui-ci n'a rien de terrible malgré le sujet)



Clarabel 21/09/2011 11:00



la réponse : http://blogs.lexpress.fr/all-access/2011/09/13/la-reponse-de-jeanne-cherhal-a-aurelie-de-colonel-reyel/



Laure 21/09/2011 11:02



Merci ! je vais aller voir



Clarabel 21/09/2011 10:59



c'est pas de notre faute ! on nous impose tellement d'être des parents supers et exemplaires ... pouah ! :D



Laure 21/09/2011 11:01



et au final on ne fait jamais que ce que l'on PEUT :-)



Clarabel 21/09/2011 10:43



je comprends, ce ne sera pas facile de "glisser" ce livre entre les mains de son public (lequel ?). 


tu as vu la petite polémique suscitée par la chanson d'un certain colonel, qui parle d'avoir un enfant à seize ans, et c'est beau de donner la vie, blablabla, au secours ! jeanne cherhal a
répondu en chanson, elle a tout bon ! :)



Laure 21/09/2011 10:54



ah j'ai pas vu la réponse de Jeanne Cherhal, je vais chercher ça !


Sinon pour le public, je crois qu'on se pose toujours trop de questions. Les jeunes prennent très bien ce qu'ils veulent dans un roman, certains voudront en
discuter, d'autres ne se poseront même pas de question, c'est nous qui cherchons toujours un côté sécuritaire ou éducatif non ? ;-)


 



Clarabel 21/09/2011 10:26



suis d'accord pour la mère, quelle attitude choquante ! et puis, à la fin, je me suis dit que c'était fait exprès, qu'il fallait s'en contenter et ne pas émettre de jugement, chacun a ses défauts
et il faut les accepter.


je crois que le roman avait juste besoin de focaliser sur le ressenti de l'héroïne, spectatrice du naufrage familial, et le lecteur aussi est spectateur, il prend ce qu'on lui donne, il n'y pas
de message caché, ni rien à comprendre.


du moins je pense. :/ c'est surtout un roman qui met en avant les relations entre les membres de cette famille... et la grossesse accidentelle, finalement, sert de catalyseur. c'est un gros
sujet, et il est juste effleuré, je comprends que ça déconcerte. et je me demande ce que peut penser un ado lecteur vis-à-vis de ça.



Laure 21/09/2011 10:37



Oui, pour le fait que l'attitude de la mère ne soit pas expliquée, je pense aussi qu'il y a une volonté de neutralité du regard de Camille sur tous les
personnages, elle prend les gens comme ils sont et ne juge pas. Tous ont leurs défauts dans le roman.


Maintenant sur un roman destiné aux adolescents, cela me gêne un peu... Bien sûr il est dit qu'un avortement c'est pas rien, qu'on est toujours dans le doute, mais
qu'à 16 ans on est trop jeune, que ça peut arriver à tout le monde, et finalement tout se passe bien, même au milieu d'adultes un peu paumés, il y aura toujours qq'un de réactif (et c'est celle
qui a l'image sulfureuse côté coeur qui prend les choses en main), mais je ne sais pas, il y a qqch de trop neutre et de trop léger (trop rapide, trop facile) dans ce roman... enfin pour moi hein
!



Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -