Les jardins d'Hélène

Délit de fuite - Christophe Léon

5 Octobre 2011, 09:28am

Publié par Laure

delit-de-fuite.jpgSébastien, 14 ans, a des parents divorcés. Un week-end sur deux, il part avec son père dans leur maison de campagne. Parce que celui-ci a un rendez-vous avec le plombier et qu’il craint d’être en retard, il fait fi de la prudence, et percute à vive allure une femme qui venait de sortir de sa voiture, sur le bord de la route.

A la grande surprise de son fils, il fuit, et lui demande de tout oublier et de ne plus en parler. Ce que bien sûr ne peut supporter Sébastien. La femme est-elle morte, ou juste blessée ? Il réussit à la retrouver, elle est hospitalisée, et il sympathise avec son fils Loïc, 17 ans, seul à affronter la situation.

La construction est intéressante et habile : par alternance des chapitres, on a le récit de Sébastien, à la première personne, et celui de Loïc, plus surprenant, à la deuxième personne. Ce « tu » crées une mise à distance étonnante mais plaisante. Même si les ressorts de la construction sont un peu trop visibles, ça fonctionne, et l’on ne peut s’empêcher d’aller au bout quasi d’une traite, pour savoir jusqu’où va pouvoir se nouer cette amitié, et si Sébastien va avouer ou non ce qui le bouleverse.

Un roman intéressant sur l’image qu’on peut avoir d’un père, et qui se trouve chamboulée du jour au lendemain, et si le roman aborde la question de la sécurité routière, il n’est absolument pas moralisateur, il évoque des faits, et les réactions des personnages qui doivent « faire avec ». Car même avec une idée arrêtée sur la question, on ne peut s’empêcher de se dire « et moi, qui sait ce que j’aurais fait dans un moment de panique ? »

Le roman aborde aussi la question d’une amitié improbable qui néanmoins triomphe, quand l’autre est peut-être avant tout une bouée de secours.

Un bémol sur la fin, bien trop ouverte à mon goût (les habitués de ce blog savent que je déteste les fins ouvertes, genre on a tout bien fait jusque là, maintenant débrouillez-vous, imaginez ce que vous voulez. Non, j’ai l’impression qu’on me laisse en plan et que l’auteur n’a pas eu le courage de faire un choix), même si ici, on peut imaginer sans trop se tromper une partie des conséquences, mais absolument ce qu’on veut au sujet de la mère.

Pour conclure, un roman inhabituel et vraiment prenant, qui mérite largement qu’on s’y arrête !

 

Des avis (enthousiastes aussi) ici : les riches heures de Fantasia (Sophie), Oceanicus in folio (Bladelor), ...

 

 

La joie de lire, coll. Encrage, janvier 2011, 175 pages, prix : 14 €

Etoiles : stars-4-0__V7092073_.gif

Crédit photo couverture : © Hervé Tullet et éd. La Joie de Lire

 

 

Commenter cet article

Agathe! 10/01/2012 18:44


C'est vrai que je suis pas très vieille! A peine 13 ans! ^^ Je crois que j'ai de la marge! =)


Bon, en tout cas merci pour ta visite, ça me fait plaisir! =)


Je reviendrai : c'est sûr et certain!! A bientôt! =)

riviere-de-mots 07/01/2012 15:07


Hey!


J'ai adoré ce roman!


Moi aussi je l'ai fiché sur mon blog, si ça t'intéresse...


http://riviere-de-mots.overblog.com


Voilà, laisse un petit commentaire en me donnant ton avis sur mon blog! =)


Il est encore tout jeune : septembre 2011!


Ce qui est bien avec le tien, c'est qu'il y a plein de livres!! Merci pour les idées!


A bientôt! ;)

Laure 09/01/2012 22:33



Je suis passée voir ton blog, super dis-donc, d'autant que tu as l'air toute jeune !! Je te souhaite plein de bonnes lectures et de partage sur ton blog pour 2012
!



bladelor 05/10/2011 11:35



Moi non plus je ne suis pas adepte des fins ouvertes mais pour une fois cela ne m'a pas gênée plus que cela. Contente que tu aies apprécié cette lecture.