Présentation

  • : Les jardins d'Hélène
  • Les jardins d'Hélène
  • : 44 ans, bibliothécaire, mère de 3 enfants de 22 ans, 20 ans et 16 ans. Je dépose ici les marques que mes lectures ont tracées.
  • Contact

Des livres, et plus encore

Je suis tombée dans la lecture à l’âge de 6 ans, je n’en suis jamais ressortie.

Je suis tombée dans les fils de la Toile en 1999, et j’y ai fait de belles rencontres. Des échanges sur feu le libraire en ligne bol.fr repris ensuite par Amazon, des jurys littéraires à la pelle, des plumes magnifiques sur les premiers journaux intimes en ligne initiés par Mongolo et la Scribouilleuse, …, dix-sept ans (?!) plus tard, il en reste une belle toile joliment tissée, des amitiés nées ici ou là, et toujours, l’envie de partager mes lectures.

Bienvenue à vous,

 

Recherche

Et la vie dans tout ça

Je n'arrive plus à trouver de temps pour le blog, alors je poursuis ... à mon rythme !

Archives

5 décembre 2010 7 05 /12 /décembre /2010 08:27

Traduit de l’américain par Jacques Martinache

 

freres-de-sang.jpgEcrit dans les années 1970, ce roman de Richard Price, connu notamment pour être le scénariste de La couleur de l’argent de Martin Scorsese, n’a été traduit en France que cette année. Extrêmement cru et violent, il est difficile de passer les cent premières pages, tant les hommes de cette famille d’origine italienne, les De Coco, ne semblent vivre que pour l’alcool et le sexe dans sa toute vulgarité. Les femmes n’y sont que des objets. Pourtant, on ose imaginer que tout cela n’est pas gratuit, et dès lors qu’on a le courage de s’accrocher, on finit le livre un peu sonné, mais conscient d’être indéniablement face à un grand roman.

 

Stony De Coco, 17 ans, semble un avoir un avenir tout tracé comme électricien, comme son père, Tommy. Comme lui, alcool, drogues et femmes sont son quotidien. Il est très proche également de son oncle Chubby. Tous vivent à Co-op City, vaste cité du Bronx. Stony a un lien très fort avec son petit frère Albert, anorexique et souffre-douleur de sa mère.

Mais peut-on jamais échapper à son milieu social et au destin promis par sa famille ? Stony est confronté à un difficile dilemme entre la voie toute tracée par son père et faire ce qui lui plairait vraiment, mais le couperait un peu de cette famille tentaculaire.

 

Richard Price est un sacré raconteur d’histoires, au réalisme noir et brutal, mais avec une force qui rendent les personnages terriblement présents et attachants. Jusqu’à la fin on accompagne le jeune Stony dans son cheminement à travers famille et amis (tous les personnages secondaires ont leur importance et une présence forte), avec l’espoir fragile que la raison l’emportera. Un livre dont on ne sort pas complètement indemne.

 

 

Presses de la Cité, août 2010, 390 pages, prix : 21 €

Etoiles : stars-4-5__V7092073_.gif

Crédit photo couverture : éditions Presses de la Cité

 

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par Laure - dans Romans étrangers
commenter cet article

commentaires

Melanie B 20/01/2011 14:08



Il est aussi scénariste de la géniale série The Wire (Sur écoute), In Cold Blog.



Laure 20/01/2011 16:04



décidément, il a gagne à être connu ce Richard Price !



Vero 11/12/2010 14:13



A noter donc car tu donnes vraiment envie de le découvrir!



In Cold Blog 05/12/2010 17:27



Je me disais bien que ce nom ne m'était pas totalement inconnu : son roman Ville noire, ville blanche figure depuis un moment sur ma LAL. Malgré cela, j'ignorais totalement qui il était
et encore moins qu'il était scénariste.
Ce roman me semble tout aussi valoir le détour que Ville noire, ville blanche. Je le note donc consciencieusement à côté de celui-ci.



Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -