Présentation

  • : Les jardins d'Hélène
  • Les jardins d'Hélène
  • : 45 ans, bibliothécaire, mère de 3 enfants de 23 ans, 21 ans et 16 ans 1/2. Je dépose ici les marques que mes lectures ont tracées.
  • Contact

Des livres, et plus encore

Je suis tombée dans la lecture à l’âge de 6 ans, je n’en suis jamais ressortie.

Je suis tombée dans les fils de la Toile en 1999, et j’y ai fait de belles rencontres. Des échanges sur feu le libraire en ligne bol.fr repris ensuite par Amazon, des jurys littéraires à la pelle, des plumes magnifiques sur les premiers journaux intimes en ligne initiés par Mongolo et la Scribouilleuse, …, dix-huit ans (?!) plus tard, il en reste une belle toile joliment tissée, des amitiés nées ici ou là, et toujours, l’envie de partager mes lectures.

Bienvenue à vous,

 

Recherche

Et la vie dans tout ça

Je n'arrive plus à trouver de temps pour le blog, alors je poursuis ... à mon rythme !

Archives

7 janvier 2011 5 07 /01 /janvier /2011 21:32

 

G229.jpgDans ce roman qui semble être pour bonne part autobiographique, Jean-Philippe Blondel revient sur vingt ans d'enseignement de l'anglais à des élèves de Terminale au sein du même établissement (un lycée de province) et de la même salle : 229, bâtiment G , la G229 donc. Ce n'est pas un roman sur l'Education Nationale (il y a bien quelques observations goguenardes sur le balai ballet régulier des réformes et quelques grèves, mais point de « c'était mieux avant » ni d'épisodes récurrents de violence et autres débats sur le niveau des élèves), non, c'est un roman sur le temps qui passe, inexorablement, et sur les liens qui se nouent entre un prof et des ados chaque année, au cœur du U que forment les tables de la salle de cours.

 

Le temps qui passe, inéluctable, car si la salle est immuable, si seul le rétroprojecteur est devenu vidéoprojecteur, les élèves ont toujours 17 ans. Tous les ans ils changent et tous les ans ils ont toujours 17 ans. Ce ne sont jamais les mêmes et pourtant, ils ont toujours les mêmes rêves, font toujours les mêmes bêtises ou les mêmes blagues. Les années qui passent, seul le prof les additionne. Il a commencé à 25 ans, il en a aujourd'hui 45, sera-t-il toujours dans cette même salle quand sa fille dans quelques années viendra s'y asseoir ? Ne devrait-il pas bouger, changer de poste, viser l'université, comme certains le lui conseillent ? Quand les nouveaux élèves sont les enfants de ses premiers anciens élèves ? Quand les collègues partent, en retraite, mutés, morts... Et oui, le temps passe, seule la salle reste, à peine repeinte, toujours la même, une faveur de jeunesse faite à un prof qui assumait plus d'heures de cours que prévues et qui méritait bien ça. Mais même ces élèves qui rêvent d'ailleurs ne finissent-ils pas par revenir, parce que c'est plus facile, parce que la vie etc. alors pourquoi après tout ne pas rester où l'on est bien ?

C'est le constat d'un homme à un tournant de sa vie (ou pas), sans employer les grands mots de la middle life crisis, c'est bien la deuxième moitié qu'il entame, et on peut juger sain de s'interroger sur son métier et son parcours. Il les aime ces élèves, même si bien souvent ils le font tourner en bourrique. Enseigner, ça ne s'improvise pas, et ce prof là semble le faire très bien, alors … n'a-t-elle pas raison cette inspectrice qui au hasard d'un départ en retraite lui dit : (p. 167) « (…) vous n'avez pas l'impression de faire du sur place ?

- Si, mais j'aime bien.

- Vous êtes resté coincé dans votre adolescence, n'est-ce pas ?

- Pardon ?

- Il y a un morceau de vous qui a toujours dix-sept ans et l'autre qui avance. Alors il y a un morceau de vous qui aime bien être avec les gens de dix-sept ans, et l'autre qui avance. Vous n'avez pas peur d'être écartelé ?

- Je ne suis pas sûr de comprendre.

- Je crois que vous comprenez très bien. Ce n'est pas un reproche, hein ! C'est juste un constat.(...) »

 

Ce lien (et retour) à l'adolescence si souvent tissé dans ses romans (cf Blog entre autres)... On retrouve dans G229 quelques fils de ses romans précédents, le Soukhoumi de Qui vive ?, l'ancien élève devenu pion surveillant assistant d'éducation mais aussi baby-sitter, l'accident des dernières pages et Blog..., petites et grandes joies et souffrances se rejoignent au fil des textes.

 

Ce que j'aime dans l'écriture de Blondel, c'est sa simplicité, sa réalité, cette émotion à fleur de peau assumée, cet amour du métier qui ne semble pas s'émousser, tout simplement parce qu'à travers ces liens tissés avec les jeunes, et sans cesse renouvelés, c'est la vie dans tout son bouillonnement qui s'expose. Et tant qu'il y a de la vie ...

 

Rentrée littéraire d'hiver,

Buchet Chastel, janvier 2011, 239 pages, prix : 14,50 €

Etoiles : stars-4-0__V7092073_.gif

Crédit photo couverture : ©Stephen Stickler / Corbis et éd. Buchet-Chastel

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Isa 18/01/2011 18:52



J'aime beaucoup JP BLONDEL et ce roman là je l'ai dévoré.



Laure 20/01/2011 16:03



oui, il se lit vraiment tout seul, en même temps il n'a pas le "romanesque" de ses autres titres, on sent bien plus le vécu ici... mais positif et attachant !



Pyrénnées116 08/01/2011 15:02



Celui-ci je me suis loupée sur sa date de sortie, je file chez mon libraire de suite, et avec un billet pareil , comment résister ? Merci Laure



Laure 08/01/2011 19:26



ah je me suis demandée qui tu étais, le pseudo ne me disait rien... et j'ai vu ton adresse email dans l'admin du blog, ça y est, je te re-situe :-)


(j'ai même vu passer une offre d'emploi il y a qqs temps  à la BDP81 il me semble ;-)



Vero 08/01/2011 12:56



Si, si, si bien sûr! Vais aller guetter la rentrée littéraire d'hiver dans les librairies en s'armant juste d'un peu de patience (mais ça va arriver, hein!)



Laure 08/01/2011 13:42



ah oui, j'oublie toujours qu'il faut juste un peu plus de temps pour que ça arrive tout là-bas chez vous  mais ça arrivera



Finette 08/01/2011 11:20



Merci tu me donnes très envie de le lire. Mais avant, je vais essayer de lire "Baby-sitter" dont tu avais parlé ici.


Bon week-end!



Laure 08/01/2011 12:49



surtout que baby-sitter est sorti en poche en même temps je crois :-)



AP 08/01/2011 09:34



Le balai des réformes ? Intéressant lapsus... Ou jeu de mots volontaire ? En principe on parle davantage de leur ballet, ce qui est une métaphore un peu trop poétique pour ce que
c'est...


 



Laure 08/01/2011 10:25



Eclats de rire ! tu as raison Anne, intéressant lapsus ! je cherchais depuis un moment le truc qui clochait dans cette phrase, et je ne voyais pas... genre la poutre
dans l'oeil



Vero 08/01/2011 07:25



Ah, tu fais ta tentatrice encore une fois! J'étais déjà convaincue par le style de monsieur Blondel et tu achèves de me convaincre avec ton billet. Je note donc "à lire dans la rentrée de
janvier". Bises



Laure 08/01/2011 12:50



tu n'as pas des billets à faire pour ton boulot et donc un petit passage par chez le libraire ? allez zou



Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -