Présentation

  • : Les jardins d'Hélène
  • Les jardins d'Hélène
  • : 45 ans, bibliothécaire, mère de 3 enfants de 22 ans, 20 ans et 16 ans. Je dépose ici les marques que mes lectures ont tracées.
  • Contact

Des livres, et plus encore

Je suis tombée dans la lecture à l’âge de 6 ans, je n’en suis jamais ressortie.

Je suis tombée dans les fils de la Toile en 1999, et j’y ai fait de belles rencontres. Des échanges sur feu le libraire en ligne bol.fr repris ensuite par Amazon, des jurys littéraires à la pelle, des plumes magnifiques sur les premiers journaux intimes en ligne initiés par Mongolo et la Scribouilleuse, …, dix-sept ans (?!) plus tard, il en reste une belle toile joliment tissée, des amitiés nées ici ou là, et toujours, l’envie de partager mes lectures.

Bienvenue à vous,

 

Recherche

Et la vie dans tout ça

Je n'arrive plus à trouver de temps pour le blog, alors je poursuis ... à mon rythme !

Archives

29 mars 2011 2 29 /03 /mars /2011 16:16

je-pars-a-l-entracte.jpgAprès l’autre fille d’Annie Ernaux, je poursuis ma découverte de la collection épistolaire Les Affranchis. Cette fois, c’est l’écrivain et journaliste Nicolas d’Estienne d’Orves qui écrit une lettre à son ami de jeunesse, Nicolas (aussi), qui s’est suicidé quelques années auparavant.

Souvenirs de leurs quatre cent coups et de leur culture commune (fous de musique, d’opéra, de cinéma et de littérature), du décalage permanent de ce Nicolas disparu qui ne veut pas s’adapter au monde (gagner sa vie, avoir un salaire, une famille), de cet ami de trente ans qui ne lit pas les livres que son meilleur ami écrit, en tout cas ne lui en parle jamais, de cet artiste maudit qui préfère mourir seul et pour celui qui reste, paradoxalement, c’est un soulagement.

Belle lettre hommage à l’amitié, ce court texte frappe fort une fois encore, de par sa sincérité et sa justesse.

 

Un extrait (p.29) : « Mais la désinvolture avec laquelle je décrivais mes activités ne t’en agaçait que davantage. Pour moi, tout semblait si facile, si antitragique, alors que tu prenais la vie comme une épreuve, comme une journée constamment prométhéenne. Moi, je me laissais porter. Du moins j’en donnais l’impression (question de pudeur). Je suis de ceux qui se lèvent à 6 heures et pissent de la copie avant de donner l’illusion de tout faire en un claquement de doigt. C’était contraire à ton esthétique, ta philosophie.  L’artiste doit en chier et le faire savoir. Le créateur doit souffrir, quitte à en crever. Mais je n’étais pas encore créateur, juste journaliste ; critique, même (toi qui m’as si bien appris à aiguiser mon sens critique ; alors que j’écrivais des papiers chaleureux sur des livres médiocres et pas lus. Quelle ironie !). »

 

Nil éd. collection Les affranchis, mars 2011, 72 pages, prix : 7 €

Etoiles : stars-3-5__V45687331_.gif

Crédit photo couverture : © Joël Renaudat et éd. Robert Laffont

Partager cet article

Repost 0

commentaires

In Cold Blog 30/03/2011 19:56



Ah ben naaan..... Encore un ! Si tu continues, je vais finir par acheter chacun des volumes de la collection !!!!



Laure 31/03/2011 10:33



et elle est prometteuse au vu des auteurs à paraître !



Vero 29/03/2011 20:12



Décidément, elle a l'air vraiment bien cette petite collection!


Et puis dès qu'il s'agit de lettres, ça m'intrigue et m'attire forcément! ;-)



Laure 29/03/2011 20:20



Il y a aussi un texte de Bruno Tessarech dédié à Vincennes, et à paraître je crois Yves Simon, Linda Lê, et je ne sais plus qui... :-)



alain 29/03/2011 18:22



J'ai bien aimé le texte d'Annie Ernaux. Je vais essyaer de trouver celui-ci..



Laure 29/03/2011 20:18



J'ai quand même préféré celui d'Annie Ernaux, question de sujet abordé sans doute



Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -