Présentation

  • : Les jardins d'Hélène
  • Les jardins d'Hélène
  • : 45 ans, bibliothécaire, mère de 3 enfants de 22 ans, 20 ans et 16 ans. Je dépose ici les marques que mes lectures ont tracées.
  • Contact

Des livres, et plus encore

Je suis tombée dans la lecture à l’âge de 6 ans, je n’en suis jamais ressortie.

Je suis tombée dans les fils de la Toile en 1999, et j’y ai fait de belles rencontres. Des échanges sur feu le libraire en ligne bol.fr repris ensuite par Amazon, des jurys littéraires à la pelle, des plumes magnifiques sur les premiers journaux intimes en ligne initiés par Mongolo et la Scribouilleuse, …, dix-sept ans (?!) plus tard, il en reste une belle toile joliment tissée, des amitiés nées ici ou là, et toujours, l’envie de partager mes lectures.

Bienvenue à vous,

 

Recherche

Et la vie dans tout ça

Je n'arrive plus à trouver de temps pour le blog, alors je poursuis ... à mon rythme !

Archives

30 décembre 2009 3 30 /12 /décembre /2009 07:42

origine-de-la-violence.jpgLors d'un voyage scolaire en Allemagne, en visite au camp de concentration de Buchenwald, le jeune professeur qui accompagne ses élèves reste stupéfait par la photographie d'un détenu qui ressemble trait pour trait à son père. Pourtant son nom est différent et l'homme sur la photo est décédé en 1942. Obsédé par cette ressemblance, de retour en France, il va enquêter sur ce déporté, et reprendre l'histoire de sa famille. A l'Histoire avec un grand H va se mêler une histoire plus intime, celle de sa famille et de ses secrets, pas si cachés que cela, mais dont on n'aime pas parler.


J'ai failli abandonner la lecture de ce roman, car très vite j'ai eu l'impression de lire un ouvrage très documenté et très précis sur les camps de concentration, non pas que je refuse cette lecture, mais je pensais m'embarquer dans un roman et je me retrouve dans un long documentaire. Ce n'est pas ce que j'attendais, pas ce que je voulais lire. Sans compter qu'avant cela il m'a fallu passer par un arbre généalogique complexe (j'ai dû le reconstituer sur un carnet à côté pour y comprendre quelque chose dans les amours de jeunesse et les filiations), qui lui, relevait bien de la fiction. C'est cette cassure roman / documentaire qui m'a gênée. Et puis la partie romanesque reprend... et j'ai suivi jusqu'à la fin, pour reconnaître que c'est un roman habile et bien construit, moins artificiel qu'il n'y paraît, complexe et exigeant, qui pose les questions de la filiation, du souvenir et de l'acceptation.


p.264 : « L'essentiel c'est l'oubli, tout savoir pour oublier parce que la vie est dans l'oubli, la vie est dans l'oubli et pas le ressassement. »


Quelques lectures : Clarabel, Cathulu, Cuné, Fashion, ….


Le Passage, février 2009, 314 pages, prix : 18 €

Etoiles : stars-4-0__V7092073_.gif

Crédit photo couverture : Jean Grisoni et éd. Le Passage

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Cécédille 14/10/2010 19:45



Assez d'accord avec les réserves que vous exprimez. Voir dans ce sens


http://diacritiques.blogspot.com/2010/07/lorigine-de-la-violence-de-fabrice.html



escampette 26/07/2010 16:44



Ouf, je n'ai lu jusq'à présent que des commentaires flatteurs alors que je n'ai pas aimé ce livre et je me demandais si j'étais la seule. Trop scoalire pour moi, des citations qui font devoir de
terminale un peu érudit. Un début artificiel, on devine tiut de suite ce que va découvrir l'auteur. Ce prof qui s'écroule en ZEP mais fait de la boxeune idylle avec un ancien chef nazi un peu
artificielle. Un manque de passion auss ipour un roman, il le dit lui même, je me demande si "mes références livresques ne sont pas le masque de mes émotions canalisant et détournant..." parce
qu"'être écrivain ce n'est pas fouiller dans la vie des autres c'est avoir de l'imagination c'est inventer"


En fait il aurait pu écrire trois ouvrages : un livre historico/pédagogique, un roman sur fond historique une auto-biographie psychologisante et cathartique, d'où un fouilli dans un style sans
originalité.



Cécile de Quoide9 17/01/2010 05:17


Je te trouve un peu sévère et je n'ai pas du tout ressenti le côté documentaire que tu évoques ni la complexité généalogique... après tout on s'en moque si on oublie une tante ou un cousin dans le
lot...


Laure 17/01/2010 10:04


il ne s'agit pas des tantes et des cousins, mais vraiment de ce qui fera les couples de l'histoire, et puis au final tu vois j'ai beaucoup aimé ce livre, il fallait
juste que j'insiste un peu.... pour l'aspect documentaire, c'est mon ressenti, je me suis vraiment cru dans un doc sur les camps, pas dans un roman...


Liliba 03/01/2010 16:35


Celui-ci est sur mon étagère en pool-position...


Karine :) 30/12/2009 23:29


J'hésite encore à propos de ce roman... j'ai peur de ne pas être capable de rentrer dedans...


Laure 31/12/2009 10:49


Comme tu le vois, les avis sont divergents : certains adorent, d'autres ont abandonné (Philippe, Michel aussi), c'est un roman exigeant qu'il faut aborder en période
reposée je crois !


sylire 30/12/2009 19:17


Un de mes coups de coeur 2009. Un roman très intelligent et comme tu le soulignes très bien construit.


Philippe 30/12/2009 17:32


Moi je n'ai pas eu ton courage... et ne suis pas allé jusqu'au bout...


Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -