Présentation

  • : Les jardins d'Hélène
  • Les jardins d'Hélène
  • : 45 ans, bibliothécaire, mère de 3 enfants de 22 ans, 20 ans et 16 ans. Je dépose ici les marques que mes lectures ont tracées.
  • Contact

Des livres, et plus encore

Je suis tombée dans la lecture à l’âge de 6 ans, je n’en suis jamais ressortie.

Je suis tombée dans les fils de la Toile en 1999, et j’y ai fait de belles rencontres. Des échanges sur feu le libraire en ligne bol.fr repris ensuite par Amazon, des jurys littéraires à la pelle, des plumes magnifiques sur les premiers journaux intimes en ligne initiés par Mongolo et la Scribouilleuse, …, dix-sept ans (?!) plus tard, il en reste une belle toile joliment tissée, des amitiés nées ici ou là, et toujours, l’envie de partager mes lectures.

Bienvenue à vous,

 

Recherche

Et la vie dans tout ça

Je n'arrive plus à trouver de temps pour le blog, alors je poursuis ... à mon rythme !

Archives

5 juillet 2013 5 05 /07 /juillet /2013 15:16

planete-maths.jpgMathilde est gauchère mais avant son entrée au CP, sa mère la force à « contrarier sa nature » pour la rendre droitière. Mathilde obtempère à contre cœur et c’est le début des ennuis et des difficultés en maths. Autant Mathilde aime les mots et composer avec, autant elle a du mal avec les maths, elle se dit « amatheuse ». Joli mot juste construit avec un a privatif.

 

Mathilde nous raconte son parcours de son entrée en CP à son entrée en 6ème, ses tourments intérieurs, les adultes en qui elle n’a pas confiance (surtout ses parents !), ses relations avec ses frères, le grand matheux et le petit plus fragile, son copain de classe Samuel, le maître qu’elle aime un peu en secret (à quelle époque est-on pour que le maître la choisisse pour aller lui acheter ses cigarettes après l’école et lui laisser la monnaie ? certainement pas de nos jours !)… mais si le récit intime est apaisé, égayé d’un poème de Jacques Roubaud qui rythme les chapitres, tout cela me semble un peu vain et ne va pas plus loin. La colère entrée, le théâtre d’ombres avec les mains, les dialogues avec  Peter Pan pour se libérer un peu de ses tourments intérieurs, Mathilde est intelligente et réfléchie, malgré toutes les qualités de ce roman du sentiment intérieur, je suis déçue par ce livre, qui ne me semble pas aller au bout de ses idées (l’absurdité qui consistait à contrarier les gauchers sous prétexte qu’il y aurait des bonnes et des mauvaises mains, l’incompréhension dans la relation parents-enfants ? , l’impuissance à supporter d’être nul en maths sans pouvoir agir (et avec ou sans lien à la latéralité contrariée ?), la toute-puissance des filières scientifiques ? Je ne comprends pas bien où l’auteur voulait réellement en venir, et cela m’a un peu gênée de rester sur cette faim (fin).

 

Je ne résiste pas à l’envie de citer le joli poème :

 

« Quand on est chat on n’est pas vache

On ne regarde pas passer les trains

En mâchant les pâquerettes avec entrain

On reste derrière ses moustaches

(quand on est chat, on est chat) 

 

Quand on est chat on n’est pas chien

On ne lèche pas les vilains moches

Parce qu'ils ont du sucre plein les poches

On ne brûle pas d'amour pour son prochain

Quand on est chat on n’est pas chien

On passe l'hiver sur le radiateur

(Quand on est chat, on n’est pas chien).

 

On passe l'hiver sur le radiateur

A se chauffer doucement la fourrure

Au printemps on monte sur les toits

Pour faire taire les sales oiseaux

On est celui qui s'en va tout seul

Et pour qui tous les chemins se valent

(Quand on est chat, on est chat). »      - Jacques Roubaud

 

(roman à partir de 10 ans)

 

L’école des loisirs, coll. Neuf, septembre 2012, 152 pages, prix : 9,20 €

Etoiles : stars-2-5__V7092076_.gif

Crédit photo couverture : © Séverin Millet et éd. L’école des Loisirs

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -