Les jardins d'Hélène

Le voisin - Tatiana de Rosnay

25 Avril 2010, 16:21pm

Publié par Laure

le-voisin.jpgColombe Barou emménage dans un nouvel appartement avec ses jumeaux adolescents, et son mari Stéphane, souvent absent pour son travail. Colombe mène une vie ordinaire, elle travaille dans une maison d’édition en tant que nègre (ghost writer), ainsi elle écrit des mémoires de stars et autres biographies mais son propre nom n’apparaît jamais.  Une femme de l’ombre, discrète.

Alors qu’elle pense avoir trouvé un nouveau cocon paisible pour abriter sa famille, Colombe est réveillée toutes les nuits, à 3h pile du matin, par la musique rock que met à fond son voisin du dessus… Pourtant, quand elle tente d’en savoir plus sur cet inconnu qui perturbe ses nuits, tous les habitants de l’immeuble sont unanimes et ne tarissent pas d’éloges à l’égard de Léonard Faucleroy, médecin reconnu, divorcé solitaire sans histoire,  tellement dévoué à son travail qu’on le voit à peine dans l’immeuble.

Et effet, Léonard Faucleroy est physiquement absent du roman quasi tout le temps, mais quelle omniprésence dans la vie de Colombe ! Elle en perd le sommeil et la joie de vivre, ne vit plus que dans l’ombre d’elle-même, toujours à deux doigts de la panique .

Tatiana a l’art de nous embarquer dans un thriller de plus en plus angoissant, où l’on ne cesse de se demander si son voisin du dessus est un vrai fou dangereux ou si c’est cette pauvre Colombe qui perd les pédales … l’ambiance est réellement stressante, j’avoue, sur la fin il m’a fallu faire une pause, la tension montait autant que l’envie de connaître le dénouement, mais ça devenait vraiment flippant !

J’ai passé un très bon moment avec ce roman !

Les changements qui en résulteront dans la vie de Colombe passent peut-être par des raccourcis un peu rapides (sans dévoiler l’histoire, tout ce qui est lié au couple qu’elle forme avec Stéphane), qui auraient mérité d’être davantage développés, mais Léonard prend toute la place, et c’est ce qui fait le cœur de l’intrigue !

On ne sera pas étonné de quelques éléments surprenants tels que les sauvegardes informatiques sur disquette (on peine réellement en 2010 à trouver des ordinateurs encore capables de lire des disquettes) ou les allusions aux lires italiennes et autres deutsche Mark, car ce roman a été publié pour la première fois en 2000 chez Plon. Epuisé depuis plus de 5 ans, il a été réédité par la maison d’édition désormais « historique » de Tatiana, Héloïse d’Ormesson.

Merci à toi Tatiana ! , et félicitations pour ce succès - mérité- qu'on n'arrête plus !

 

Ed. Héloïse d’Ormesson, avril 2010, 235 pages, prix : 18 €

Etoiles : stars-4-0__V7092073_.gif

Crédit photo couverture : © Gary Issac / Photonica / Getty Images / et éd. EHO

Commenter cet article

Sandrine(SD49) 09/04/2011 17:29



Je viens de le finir, et j'étais tellement à fond dedans que je n'ai meme pas tilté pour les deutsch mark, j'ai beaucoup aimé et dévoré dans l'après midi



Laure 10/04/2011 21:19



il faut dire que c'est assez flippant et qu'on oublie tout ce qu'il y a autour !



valérie 26/04/2010 12:23



Toujours pas lu cette auteure. Pourquoi n'en ai-je pas envie? Mystère!



Laure 26/04/2010 15:46



ah je ne sais pas, mystère en effet... je te conseillerais celui-ci, ou en poche, spirales et bien sûr elle s'appelait sarah...



L'Ogresse 26/04/2010 09:12



Je ne connaissais pas ce titre, il me tente bien, merci d'en avoir parle