Présentation

  • : Les jardins d'Hélène
  • Les jardins d'Hélène
  • : 45 ans, bibliothécaire, mère de 3 enfants de 23 ans, 21 ans et 16 ans 1/2. Je dépose ici les marques que mes lectures ont tracées.
  • Contact

Des livres, et plus encore

Je suis tombée dans la lecture à l’âge de 6 ans, je n’en suis jamais ressortie.

Je suis tombée dans les fils de la Toile en 1999, et j’y ai fait de belles rencontres. Des échanges sur feu le libraire en ligne bol.fr repris ensuite par Amazon, des jurys littéraires à la pelle, des plumes magnifiques sur les premiers journaux intimes en ligne initiés par Mongolo et la Scribouilleuse, …, dix-huit ans (?!) plus tard, il en reste une belle toile joliment tissée, des amitiés nées ici ou là, et toujours, l’envie de partager mes lectures.

Bienvenue à vous,

 

Recherche

Et la vie dans tout ça

Je n'arrive plus à trouver de temps pour le blog, alors je poursuis ... à mon rythme !

Archives

23 janvier 2013 3 23 /01 /janvier /2013 11:23

Traduit de l’anglais (Irlande) par Jacqueline Odin

 

les-trois-lumieres.jpgDans le Wexford, au fin fond de l’Irlande, une petite fille est confiée par ses parents à un autre couple sans enfants, le temps que sa mère accouche d’un nouvel enfant qui vient accroître une famille déjà nombreuse. D’abord intimidée, la petite va découvrir peu à peu l’attention qu’on lui porte, l’amour qu’on peut donner, et une vie bien différente de la sienne.

L’économie de moyens ne fait pas l’aridité du texte : que de choses suggérées en si peu de pages ! Le récit laisse entendre bien plus qu’il ne dit, en laissant planer des zones d’ombre, y compris dans la famille d’accueil, si bien que le lecteur ne peut jamais relâcher son attention : un nouveau drame couve-t-il, quand cela va-t-il basculer ? ou l’apaisement heureux est-il un bonheur simple à savourer tant qu’il est présent ? Le lecteur chemine sur une route inconnue au même rythme que la réflexion de l’enfant. p. 20 : « Pourquoi est-il parti sans même me dire au revoir, sans jamais préciser qu’il reviendrait me chercher ? »

p. 52 « Alors que nous marchons sur la route, il y a dans l’air le goût d’une chose plus sombre, d’une chose qui pourrait arriver et s’abattre et changer la situation »

Jusque dans la fin qui offre tous les possibles, le lecteur ne saura jamais vraiment. A lui de choisir sans doute…

Si j’ai aimé tout particulièrement l’atmosphère de cette nouvelle, la force de ses personnages, la concision des propos qui révèle tant de non-dits, j’en demeure toutefois un peu « frustrée », il en manque trop encore, l’auteur n’en dit vraiment pas assez pour que l’histoire me satisfasse pleinement, mais c’était bien le but sans doute, laisser le lecteur troublé, séduit, mais entre deux eaux. Un très beau texte en tout cas.

  

(Première parution en français chez Sabine Wespieser en 2011)

 

Éd. 10-18, août 2012, 87 pages, prix : 6,10 €

Etoiles : stars-4-5__V7092073_.gif

Crédit photo couverture : © Mélanie Wintersdorff- Photo Ricardo Demurez / Trevillion Images / et éd. 10-18.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Laure - dans Romans étrangers
commenter cet article

commentaires

Un autre endroit 08/02/2013 18:21


Un coup de coeur pour moi aussi !

Philisine Cave 02/02/2013 13:10


oui, un texte magnifique et inoubliable.

Fantasia 28/01/2013 15:30


Je suis un peu comme toi : j'admire les auteurs capables de sobriété et j'adore être intriguée, mais la frustration de ne pas tout savoir finirait par me gâcher un peu le plaisir...

In Cold Blog 25/01/2013 13:55


A force d'entendre vanter les talents de Claire Keegan, je vais bien finir par succomber à mon tour. J'aime quand l'auteur laisse la porte ouverte à l'interprétation du lecteur.

Noukette 23/01/2013 15:21


Coup de coeur pour ce magnifique petit roman...!

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -