Présentation

  • : Les jardins d'Hélène
  • Les jardins d'Hélène
  • : 44 ans, bibliothécaire, mère de 3 enfants de 22 ans, 20 ans et 16 ans. Je dépose ici les marques que mes lectures ont tracées.
  • Contact

Des livres, et plus encore

Je suis tombée dans la lecture à l’âge de 6 ans, je n’en suis jamais ressortie.

Je suis tombée dans les fils de la Toile en 1999, et j’y ai fait de belles rencontres. Des échanges sur feu le libraire en ligne bol.fr repris ensuite par Amazon, des jurys littéraires à la pelle, des plumes magnifiques sur les premiers journaux intimes en ligne initiés par Mongolo et la Scribouilleuse, …, dix-sept ans (?!) plus tard, il en reste une belle toile joliment tissée, des amitiés nées ici ou là, et toujours, l’envie de partager mes lectures.

Bienvenue à vous,

 

Recherche

Et la vie dans tout ça

Je n'arrive plus à trouver de temps pour le blog, alors je poursuis ... à mon rythme !

Archives

29 novembre 2009 7 29 /11 /novembre /2009 18:43

J’ai toujours eu un faible pour la collection 1er/mille chez Arléa. Aussi quand l’auteur m’a proposé de m’envoyer son livre, j’ai accepté sans hésiter. Et j’ai bien fait car je retrouve bien là le ton de la collection.

Une femme à la vie apparemment épanouie, mariée, des enfants, un bon job, découvre qu’elle est atteinte d’une maladie curieuse dont elle ne comprend pas bien l’issue, mais toujours est-il que cette histoire de taches blanches dans le cerveau lui fait peur. Sans réfléchir et parce que cela s’impose à elle, elle fuit. Elle part, laissant tout, pas même un mot au mari et aux enfants. Elle part avec le chien, quand même, pour finalement le laisser lui aussi.

Ce roman se compose (pour moi !) de trois parties distinctes, bien qu’il n’y ait pas de coupure particulière dans la mise en page, ni même de chapitres. La première partie, la découverte et la fuite, captive et entraîne le lecteur. Surprise, désaccord, on a envie de réagir face au personnage et l’on ne peut laisser là la lecture. L’auteur décrit bien cette urgence de fuir et ces hésitations malgré tout. Une deuxième partie, plus intérieure, aborde toute la réflexion de la femme sur son sentiment de vacuité. On ne connaît pas encore les raisons de tout cela, mais j’ai trouvé des résonances intéressantes dans cette réflexion, me disant que ce livre méritait d’être gardé précieusement et relu. Puis la troisième et dernière partie, celle de la lettre qu’écrit le personnage à sa mère. Une lettre unique, définitive, et qui dénonce enfin tout ce qui a fait le malheur et le vide intérieur de cette femme. Une lettre accusatrice, sur la cruauté d’une mère. Cette partie m’a un peu déçue (je ne vais pas dévoiler le mobile de l’histoire) parce que justement, il est un peu convenu, un peu trop vu et revu dans la littérature contemporaine. Comme si aujourd’hui on expliquait tout malheur intérieur par ce seul élément, et c’est ce qui tempère mon avis sur roman. J’aurais sans doute aimé quelque chose de plus innovant ! La fin, néanmoins, reste surprenante et inattendue.

Si j’ai parlé de trois parties distinctes, c’est parce qu’il m’a semblé que ces trois parties du roman ne s’enchaînaient pas sur le même ton, comme si la cassure entre chacune était trop marquée, du point de vue du style, et c’est ce qui m’a gênée un peu, dommage.

Mais c’est un premier roman qui mérite d’être remarqué (avant la proposition de l’auteur je n’en avais jamais entendu parler, pourtant il date de mai 2009), et c’est un auteur qu’on a désormais envie de suivre, car ce premier roman, malgré quelques faiblesses, est prometteur.

 

D’abord remarqué par Jérôme Garcin du Nouvel Obs,

 

et lu aussi par Leiloona, Antigone, …(et d'autres bientôt sans doute)
 

Arléa, coll. 1er mille, mai 2009, 89 pages, prix : 13 euros

Etoiles :

Crédit photo couverture : éd. Arléa

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Géraldine 05/12/2009 15:31


Je l'achève tout juste, une très belle lecture, très émouvante sans être larmoyante.


Hambre 01/12/2009 22:47


A ce qu'il paraît il est bien, je l'ai noté alors j'attends de le lire...


sylire 30/11/2009 19:11


Je l'ai lu également mais je n'ai pas trouvé la révélation convenue. Je ne m'attendais pas à cela et j'ai lu assez peu de romans qui évoquaient ce thème, tel qu'il est évoqué là. J'ai commencé
une deuxième lecture, pour être plus attentive cette fois à la forme.
J'ai été surprise aussi par la fin.
C'est un très bon premier roman, à mon sens.


Leiloona 30/11/2009 16:21


Oui, ce fameux épisode est peut-être convenu, voire même attendu (c'est terrible d'écrire ça, mais on retrouve ce thème dans pas mal de littérature contemporaine.).


In Cold Blog 30/11/2009 09:54


D'accord avec toi, il y a souvent de très bonnes choses dans cette colletion Premier Mille. Ce roman m'était inconnu avant que je ne lise le billet de Cathulu. Le tien entretien ma curiosoté



antigone 30/11/2009 07:09


Je suis de ton avis, l'écriture de cette lettre m'a gênée aussi, moins le convenu des révélations...même si tu as raison, il y a quelque chose de moins fluide à ce moment là !!


cathulu 30/11/2009 06:18


J'adhère entièrement à ce que tu écris ! "Comme si aujourd'hui, on expliqait tout malheur intérieur par ce seul élément" J'en suis encore à chercher les mots pour expliquer ça!!:)


Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -