Les jardins d'Hélène

Millefeuille de onze ans - Isabelle Jarry

9 Septembre 2010, 08:57am

Publié par Laure

millefeuille-de-onze-ans-copie-1.jpgAprès deux ans de travail, lorsque son éditeur lui annonce qu’il n’aime pas du tout le dernier roman qu’elle lui soumet, Isabelle Jarry est évidemment très déçue. Vient alors la colère, puis la lassitude. Mais elle a signé un contrat, reçu un à-valoir, elle doit se remettre à écrire très vite. Elle revient aux origines de son écriture, remonte à son enfance, plus précisément à l’âge de onze ans, cet entre-deux entre enfance et adolescence, où déjà elle aimait la littérature.

 

Je n’avais jamais rien lu d’Isabelle Jarry, et c’est peut-être un peu dommage d’avoir commencé par ce livre, qui éclaire son parcours et son cheminement d’écrivain. Il aurait sans doute été profitable de connaître ses romans au préalable. Nul doute aussi qu’elle s’est construite en comparaison et opposition à une camarade de classe dont le nom revient constamment, très différente d’elle : Viviane Der Tomassian. Personnage qui m’est un peu sorti par les yeux, trop envahissant, trop cité, en contrepied de l’auteur, mais le renvoi m’a paru excessif.

 

p. 53-54 : « Je lisais beaucoup, absolument tout  ce qui passait à ma portée. C’était une activité que je pouvais mener à ma guise, bien que souvent l’on m’obligeât à lâcher mon livre parce qu’il fallait : - venir à table, - partir pour l’école, - aller se coucher, et la banalité consternante de ces prétextes me donnait à penser sur la manière dont les adultes manœuvraient le monde, sans la moindre exigence ni le plus petit effort d’imagination. Les livres, eux, offraient un contrepoids à la monotonie de la vie quotidienne, dont on dit qu’elle plaît aux enfants. Je ne suis pas si convaincue qu’ils raffolent du train-train et de la régularité. Ils préfèrent à mon sens la fantaisie, l’imagination, le rêve, les voyages, la rencontre de personnages fabuleux, l’aventure, l’émotion, ainsi que les réponses à certaines questions essentielles. Exactement ce que l’on trouve dans les livres… »

 

Construit en courts chapitres, la lecture de ce roman est aisée et agréable. Néanmoins si l’ouverture à la littérature et l’appétit pour la lecture sont parlants et évidents pour tous les amoureux des livres, le chemin personnel de l’auteur m’importe moins, peut-être parce que je ne la connais pas du tout justement, ou qu’il n’a rien de suffisamment universel (ou exceptionnel ?) pour me toucher. Le terme de roman me gêne un peu, l’auteur fait bien allusion à ses propres romans et semble raconter sa propre enfance. Je parlerais plutôt d’autobiographie…

 

 

Existe en poche en Folio

 

Stock, mars 2007, 230 pages, prix : 17,50 €

Etoiles : stars-3-0__V7092079_.gif

Crédit photo couverture : © Didier Thimonier et éd. stock

Commenter cet article

Karine:) 19/09/2010 02:05



J'ai lu de bons commentaires en général mais pour découvrir l'auteure, je pense que je suivrai ton conseil et que je commencerai plutôt par un de ses romans.



Melanie B 14/09/2010 14:19



Amusant, j'ai eu à peu près les mêmes sentiments que toi à sa lecture. Et ceci explique peut-être cela, je n'avais jamais ouvert un livre d'I. Jarry avant ! J'en déduis qu'il faudrait l'aborder
par ses romans, dont je n'ai lu que du bien dans la blogosphère.



Laure 14/09/2010 19:05



oui, de quoi alimenter nos LAL et PAL encore et toujours ;-) J'ai un de ses autres romans en poche, donc un jour sûrement....