Présentation

  • : Les jardins d'Hélène
  • Les jardins d'Hélène
  • : 44 ans, bibliothécaire, mère de 3 enfants de 22 ans, 20 ans et 16 ans. Je dépose ici les marques que mes lectures ont tracées.
  • Contact

Des livres, et plus encore

Je suis tombée dans la lecture à l’âge de 6 ans, je n’en suis jamais ressortie.

Je suis tombée dans les fils de la Toile en 1999, et j’y ai fait de belles rencontres. Des échanges sur feu le libraire en ligne bol.fr repris ensuite par Amazon, des jurys littéraires à la pelle, des plumes magnifiques sur les premiers journaux intimes en ligne initiés par Mongolo et la Scribouilleuse, …, dix-sept ans (?!) plus tard, il en reste une belle toile joliment tissée, des amitiés nées ici ou là, et toujours, l’envie de partager mes lectures.

Bienvenue à vous,

 

Recherche

Et la vie dans tout ça

Je n'arrive plus à trouver de temps pour le blog, alors je poursuis ... à mon rythme !

Archives

10 novembre 2010 3 10 /11 /novembre /2010 15:32

nous-on-n-aime-pas-lire.jpgDanièle Sallenave est une militante de la lecture. Normalienne, agrégée de lettres, elle a longtemps enseigné. Elle est aussi écrivain.

Dans « Nous, on n’aime pas lire », elle retrace son expérience dans un collège « ambition réussite » en zone d’éducation prioritaire, le collège de la Marquisanne à Toulon. Il s’agissait de faire parrainer une classe de 3ème par un écrivain, vaste opération médiatique et politique. Trente écrivains se sont engagés. Libres à eux de s’organiser comme ils voulaient. Danièle Sallenave a finalement rencontré deux classes à trois reprises au cours de l’année 2007-2008 et a choisi de leur faire lire une de ses pièces de théâtre, courte, et mettant en scène des ados. Les élèves écrivent à leur tour des dialogues… On n’en saura pas beaucoup plus sur cette expérience, et c’est là où le bât blesse : en quoi cette expérience a pu inciter (ou non) à avoir envie de lire, a-t-elle réussi peu ou prou, qu’en a-t-elle tiré sinon le constat habituel que l’on fait des banlieues ? On reste un peu sur sa faim quant aux échanges avec les jeunes au cours de cette expérience. Trois séances, n’était-ce pas trop court non plus pour un projet si ambitieux ?

 

Néanmoins, il y a pas mal de choses intéressantes dans son récit. C’est un fait, une donnée sociale et collective, ces enfants-là n’aiment pas lire, dit-elle. Peut-être tout simplement parce que la lecture reste pour eux extrêmement difficile, ils ne maîtrisent pas l’acte de lecture, et quand ils ânonnent, ils ne comprennent pas ce qu’ils lisent. Ils sont fatigués et découragés d’avance. Leur environnement, c’est le foot, la télé, les consoles de jeux, et la cité, bref, tout ce qu’on lit d’habituel sur le sujet. L’Etat met davantage de moyens dans ces établissements, alors pourquoi ça ne marche pas ? des moyens matériels certes (belles bibliothèques, rénovations, matériel informatique) mais pas tellement de moyens humains. Il faudrait réellement pouvoir faire de tous petits groupes d’élèves, et donc, disposer de beaucoup d’enseignants.

 

Elle a une position critique et engagée sur un certain nombre de points évidents, notamment la société consumériste, le « pédagogisme » qui essaie tout un tas de trucs et méthodes, mais aussi sur la formation des enseignants : plutôt qu’une formation extrêmement pointue dans un domaine universitaire, ne faudrait-il pas leur offrir une culture plus générale dans tous les domaines et plus de temps pour lire et travailler sur cet axe ? Beaucoup d’enseignants disent ne pas avoir le temps de lire (comme beaucoup de gens !), ce à quoi elle répond que lire ne devrait pas être une question de temps, quand c’est avant tout un besoin, une nécessité, ce qu’approuveront tous les convaincus et boulimiques de lecture.

 

Là où je ne la rejoins pas, c’est sur la littérature jeunesse, qu’elle fustige sévèrement. Elle intrigue notamment quand elle dit que « beaucoup de carrières d’écrivains se sont construites à bon compte sur la littérature jeunesse » (ah oui, lesquelles ? je suis curieuse !) et qu’elle semble juger simpliste la littérature dite de jeunesse, qu’elle trouve trop moraliste. Il y a  un demi-siècle peut-être, mais aujourd’hui cela me semble erroné et dépassé !

 

Une interview de l’auteur au magazine littéraire  

Ainsi que sur le blog de Didier Jacob, du Nouvel Obs 

 

Gallimard, janvier 2009, 156 pages, prix : 11,50 €

Etoiles : stars-3-5__V45687331_.gif

Crédit photo couverture : © éd. Gallimard

 

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par Laure - dans Essais - documents
commenter cet article

commentaires

Melanie B 16/11/2010 14:10



Je n'ai pas lu ce livre en particulier, mais je connais le constat de D. Sallenave sur le niveau scolaire (et de culture générale) des étudiants pour avoir lu "Lettres mortes" (lecture qui
m'avait beaucoup intéressée, d'ailleurs). Ma remarque ne la vise donc pas particulièrement, simplement je trouve dommage la critique récurrente faite par des écrivains, critiques, etc. à l'égard
de la "littérature jeunesse", comme si celle-ci ne formait qu'un tout uniforme et médiocre. Pour moi, cela trahit surtout des préjugés et une méconnaissance de la richesse de ce domaine, même si,
comme partout, on trouve des oeuvres mauvaises (mais si c'était propre à la catégorie jeunesse, on le saurait ! :-))



Laure 16/11/2010 19:50



Ta dernière phrase est juste parfaite :-)


bcp ne lisent pas (ou plus) de littérature jeunesse, ou s'arrêtent à ce qu'ils voient vite fait en supermarchés (où l'offre jeunesse est souvent assez médiocre
en effet), et ignorent donc tout de sa richesse, de sa diversité et de sa qualité.


 



alain 11/11/2010 16:07



Danielle Sallenave a souvent, je trouve un point de vue un peu réactionnaire sur l'école.



Laure 11/11/2010 19:15



je crois que c'est le premier titre que je lis d'elle. Elle n'avance pas non plus que "c'était mieux avant" et reconnaît le grand engagement des enseignants, leur
dévouement, mais on ne peut nier les constats assez généraux qu'elle fait sur le "niveau" des élèves actuellement.


(je suis élue au CA du collège et fais pas mal de conseils de classes, il y a tant et tant d'élèves dont on ne sait ce qu'ils deviendront.... c'est juste
un constat ... alarmant. Je n'ai pas plus de solutions que d'autres !) 


 



niki 11/11/2010 14:19



j'aime beaucoup le titre en tout cas 



Laure 11/11/2010 19:05



C'est aussi le titre d'un doc jeunesse de Marie-Aude Murail   : http://www.amazon.fr/Nous-naime-pas-lire/dp/2732422363/ref=sr_1_1?ie=UTF8&qid=1289498600&sr=8-1 (je
n'arrive pas à faire le lien direct dans le corps du message, grr)



sylire 11/11/2010 11:19



Pourquoi les enfants n'aiment pas lire ? Grand mystère pour moi. Chez nous, pas de foot, ni console et une maman qui lit...et pas qu'un peu et qui a raconté beaucoup d'histoires à ses enfants. Ma
fille aînée aime lire (ouf !), mon fils très peu, et ma dernière pas du tout. Pourquoi ??? Visiblement je ne trouverai pas la réponse dans ce livre.



Laure 11/11/2010 19:10



il y a aujourd'hui beaucoup plus d'activités qu'avant (télé, ordi, internet, etc.) mais ça n'explique pas tout... Et puis lire n'est pas une obligation non plus !
mais qqun qui maîtrise bien la lecture n'aura pas de difficultés à lire ... de la doc professionnelle, la presse, etc. Le contexte du livre de Sallenave est un peu différent, lié à des
difficultés scolaires fortes... (ma dernière non plus n'aime pas lire, pourtant, elle grapille une BD de temps en temps, ou un petit doc jeunesse.... elle lit quand même, même si elle dit ne pas
aimer ça, et je ne la force pas !)



Richard 10/11/2010 19:08



Excellent bouquin pour le pédagogue que je suis ...


Je suis d'accord avec toi, la littérature pour la jeunesse est un outil extrèmement intéressant pour développer le plaisir de lire et en plus, la qualité augmente d'année en année.


Il est devenu aussi plaisant aux adultes de lire cette littérature ...


Combien de nouveaux lecteurs J. K. Rowling a-t-elle convaincu avec son Harry Potter ?



Laure 11/11/2010 19:20



Je lisais récemment un peu par hasard un conte traditionnel dans une version très courte d'album animé à des élèves de 7-8 ans, venus avec le centre de loisirs. Le
livre s'adressait plus à des élèves de 3-4 ans mais il était beau, on venait de le recevoir, j'avais envie de le lire avec eux... et de découvrir à la fin que les 3/4 de ces enfants n'avaient
jamais entendu parler du Petit Poucet dont il était question... Mais quelle avidité ensuite dans leurs yeux, "tu lis encore stp ? une autre !"  et j'ai lu, et j'ai lu, des tas d'autres
histoires. C'est tout simple parfois, mais ils étaient dans une demande de ce qu'ils n'ont plus (tous) chez eux... Là je me suis sentie utile dans mon travail, pas juste considérée
comme une libraire gratuite pour qui veut le dernier best-seller sans l'acheter  ;-)



Clarabel 10/11/2010 16:34



Encore moi ! ;)


J'ai lu ceci (source zozone), comme je trouve ça juste et bon, je copie - colle : Mme Sallenave doit faire d'urgence une cure de littérature jeunesse. Elle sera surprise. Ça lui fera même du
bien. Car c'est une littérature chaleureuse, charnelle, qui parle aujourd'hui de toutes les époques, de la sienne comme de la nôtre. A consommer sans modération à tous les âges de la vie.


Et toc. :)



Laure 10/11/2010 17:03



oui, j'ai failli faire un lien vers cette (très bonne) critique, car c'est vraiment cela !


sinon je l'ai vu parler de son livre jeunesse chez Busnel, et c'est vrai qu'elle a des propos intéressants et est vraiment militante et engagée. De plus quand tu lis
ses interviews, elle dit bien qu'elle n'aime pas la distinction jeunesse / vieillesse, elle doit donc plus viser un groupe d'auteurs précis dans ses accusations ;-)



Clarabel 10/11/2010 16:31



Très intéressant ! J'ai fini la lecture de ton billet dans un soupir, tu t'en doutes... L'auteur a publié dernièrement un ouvrage, Pourquoi on écrit des
romans..., tiens, chez Gallimard jeunesse ! Passons. Je n'avais pas trouvé le livre très abouti. Il me semble l'avoir lu dans tes envies, un jour je te le prêterai ou emprunte-le
en bibliothèque (cela ne vaut pas un investissement). Quoi ?! Non, non, je ne m'acharne pas non plus ! ;)



Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -