Présentation

  • : Les jardins d'Hélène
  • Les jardins d'Hélène
  • : 45 ans, bibliothécaire, mère de 3 enfants de 23 ans, 21 ans et 16 ans 1/2. Je dépose ici les marques que mes lectures ont tracées.
  • Contact

Des livres, et plus encore

Je suis tombée dans la lecture à l’âge de 6 ans, je n’en suis jamais ressortie.

Je suis tombée dans les fils de la Toile en 1999, et j’y ai fait de belles rencontres. Des échanges sur feu le libraire en ligne bol.fr repris ensuite par Amazon, des jurys littéraires à la pelle, des plumes magnifiques sur les premiers journaux intimes en ligne initiés par Mongolo et la Scribouilleuse, …, dix-huit ans (?!) plus tard, il en reste une belle toile joliment tissée, des amitiés nées ici ou là, et toujours, l’envie de partager mes lectures.

Bienvenue à vous,

 

Recherche

Et la vie dans tout ça

Je n'arrive plus à trouver de temps pour le blog, alors je poursuis ... à mon rythme !

Archives

31 mars 2011 4 31 /03 /mars /2011 14:30

replay-blondel.jpgFranck Ménard, le célèbre critique et spécialiste du rock en France doit venir donner une conférence au lycée, à l’issue de laquelle il écoutera les groupes de l’établissement. Hélas, Benjamin et ses partenaires des Frontlights se sont séparés l’année passée, amitié éclatée, amours jalouses et percutées. Mathieu tente de convaincre Benji de remonter le groupe, même sans leur chanteuse Clara, et les … Revenants s’attellent à la tâche.

 

Honnêtement, je ne me sentais pas concernée par ce roman de Blondel, parce que l’ado guitariste qui compose et les groupes en répét’, je les ai en live à la maison. Faire le taxi pour les premiers concerts dans les bars, les chèques de caution pour la salle de répé du lycée, c’est mon job de mère depuis deux ans. Alors entrer dans les pensées de Benjamin, Mathieu, Max le batteur du groupe, c’était me placer en indélicate position de voyeuse. Je n’ai qu’à changer les prénoms… Mais par ailleurs fidèle des romans de l’auteur, je savais bien que je le lirais quand même !

Si le sujet est au plus proche des lycéens, tant dans le thème que dans l’écriture même, c’est aussi un formidable roman sur l’amitié, la responsabilité, et le passage à l’âge adulte. Ce qui frappe, c’est la maturité acquise à travers les réflexions des personnages entre le début et la fin du roman. « On les découvre ados et un peu gamins, on les quitte adultes », disait Blondel à propos de ses élèves lycéens. C’est le cheminement de Benjamin et Mathieu dans ce roman, dans leur relation à Clara, ruptures et déceptions amoureuses, dans leur amitié éclatée qui se retisse. Blondel a ce je-ne-sais-quoi qui toujours frappe au cœur, la justesse des propos, sans doute.

 

Un regret sur la fin quand même, beaucoup trop guimauve à mon goût. Si je conçois bien que les fins positives sont souhaitables en littérature jeunesse, pour moi, la fin positive on l’avait quelques pages plus tôt déjà, dans la relation avec Clément, dans l’avenir avec Julie… nul besoin d’aller promettre monts et merveilles avec Franck Ménard. Cette fin s’inscrit presque en paradoxe avec ce qui précède, comme l’avait recommandé le bienveillant documentaliste, il ne faut surtout pas parler à Franck Ménard de son rôle de juré dans une émission de télé, non il est là en tant que figure du rock français, un vrai de vrai spécialiste. Alors pourquoi au final ne lui faire faire que ce qui relève de son rôle de juré de télé-crochet : évaluer et promettre des contrats ? Tsss.. Bon d’accord, dans d’autres circonstances, d’autres détails, mais non… j’aurais préféré que ça s’arrête quelques pages plus tôt.

 

Paroles d’ados (parce que ce livre leur est quand même avant tout destiné) :

Lu par Anne-Claire, 14 ans ½, qui l’a piqué à son frère parce qu’elle n’avait plus rien à lire dans le train au retour de chez son père : - oui j’ai bien aimé. Moi avant lecture, et dans la perspective prescriptive du boulot : - ce n’est pas plutôt un bouquin pour les garçons ? – Non, non, pas du tout, c’est très bien.

Lu par JB, 16 ans ½, lycéen-guitariste-etc., qui me raconte son week-end chez son père : j’ai lu un bouquin de Gide ce week-end, c’était super ! J’voulais quand même vérifier que j’avais pas écrit trop de conneries dans ma dissert’ (ah mon fils ! il s’aventure à citer des auteurs dont il a juste glané trois citations et il va les lire APRES ! verdict éhonté : 18/20). Ah j’ai lu le Blondel aussi, c’est pas la même littérature ! C’est très bien hein, mais c’est un bouquin pour ados quoi !

Mon fils aurait-il donc décrété qu’il n’était plus un ado ?

 

Juste un lycéen musicien.

 

Moralité : un roman qui parle de jeunes de 17-18 ans, mais qui plaira d’abord aux 12-15.

 

Actes Sud junior, mars 2011, 125 pages, prix : 10 €

Etoiles : stars-4-0__V7092073_.gif

Crédit photo couverture : © plainpicture / Daniel Sadrowski et éd. Actes Sud.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Laure - dans Livr'ados
commenter cet article

commentaires

yueyin 10/04/2011 20:17



Au moins il les lit après :-) Le blondel, je le lirai de toute façon, j'ia aimé tout ce que j'ai lu de lui jusqu'à maintenant :-)



Vero 04/04/2011 11:46



J'ai un train de retard, comme d'habitude et là suis excitée à l'idée de récupérer mon exemplaire de Blog que quelqu'un m'a ramené du Salon du Livre (impossible de le trouver ni en
librairie ni en médiathèque, pfffff!)



Laure 04/04/2011 12:34



chanceuse que tu es, tu en as encore 2 à découvrir



alain 03/04/2011 11:12



je viens de découvrir Blondel.Et j'ai envie de continuer..



Laure 03/04/2011 12:05



Et comme il est souvent sélectionné dans les prix ados, il se déplace beaucoup dans les CDI à la rencontre des élèves, avec qui il a immédiatement un bon
contact ! pas encore rencontré de déçus des rencontres avec Blondel !



Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -