Présentation

  • : Les jardins d'Hélène
  • Les jardins d'Hélène
  • : 44 ans, bibliothécaire, mère de 3 enfants de 22 ans, 20 ans et 16 ans. Je dépose ici les marques que mes lectures ont tracées.
  • Contact

Des livres, et plus encore

Je suis tombée dans la lecture à l’âge de 6 ans, je n’en suis jamais ressortie.

Je suis tombée dans les fils de la Toile en 1999, et j’y ai fait de belles rencontres. Des échanges sur feu le libraire en ligne bol.fr repris ensuite par Amazon, des jurys littéraires à la pelle, des plumes magnifiques sur les premiers journaux intimes en ligne initiés par Mongolo et la Scribouilleuse, …, dix-sept ans (?!) plus tard, il en reste une belle toile joliment tissée, des amitiés nées ici ou là, et toujours, l’envie de partager mes lectures.

Bienvenue à vous,

 

Recherche

Et la vie dans tout ça

Je n'arrive plus à trouver de temps pour le blog, alors je poursuis ... à mon rythme !

Archives

25 août 2010 3 25 /08 /août /2010 07:31

 

resplandy.jpgBertrand, prof d'arts plastiques dans un collège mais aussi auteur d'albums pour la jeunesse, rencontre une jeune femme qui va devenir son obsession, le jour de l'incinération de son père. Alors qu'il attend la fin de la crémation au bistrot du coin, il remarque « Resplandy », qui fait de même, venant de perdre sa mère. Ils vont s'aimer rapidement dans un hôtel voisin, et Resplandy va mêler les cendres des deux urnes qu'ils trimballent partout avec eux. Pourquoi ?

Bertrand va avouer son infidélité à sa femme, qui magnanime, va s'éloigner pour la forme, mais va surtout enquêter pour lui et l'aider à dénouer le secret familial de ce père qu'il a finalement si peu connu.

A trop vouloir en faire, (les ressorts sont nombreux) l'auteur a fini par faire perdre beaucoup de vraisemblance à son histoire, au profit de ce qui me semble être davantage des fantasmes masculins inutiles au récit. Etait-il indispensable de caser cette scène de triolisme entre Bertrand, sa femme et la copine de sa femme, enceinte qui plus est ? Fantasme érotique qui ne semble satisfaire que l'auteur lui-même. Quant à la scène du « Microlax » avec sa fille, nul besoin de scabreux trouble pour comprendre que l'enfant somatise et traduit par divers malaises le départ de sa mère. Le « limite scatologique » était-il indispensable quand un mal de ventre et un père désemparé aurait suffi ?

Quant à l'intrigue elle-même, elle finit par être tirée par les cheveux. Une ado devient nymphomane parce que l'amant de sa mère a refusé de céder à ses avances, une épouse aide son mari à retrouver sa maîtresse, beaucoup d'ambivalence pour mettre mal à l'aise le lecteur ?

 

L'idée de départ était bonne et captait la curiosité du lecteur, mais à trop en rajouter, il m'a tout simplement lassée. Si ce n'avait été une lecture en partenariat avecLibfly et le Furet du Nord dans le cadre de la rentrée littéraire en avant-première, j'aurais sans doute abandonné en route.

 

 

rentree litt sept10

 

Seuil, août 2010, prix : 17 €

Etoiles : stars-2-5__V7092076_.gif

Crédit photo couverture : éd. du Seuil

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

gazou 24/05/2011 19:18



J'ai lu ce livre avec plaisir, il est vrai que j'avais rencontré l'auteur avant et qu'il nous avait présenté son livre, certes...mais il avait surtout eu grand plaisir à  échanger avec le
petit groupe que nous formions, à écouter les uns et les autres..Cette conversation amicale m'avait prédisposé en sa faveur ainsi que sa grande gentillesse et sa simplicité



Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -