Présentation

  • : Les jardins d'Hélène
  • Les jardins d'Hélène
  • : 45 ans, bibliothécaire, mère de 3 enfants de 22 ans, 20 ans et 16 ans. Je dépose ici les marques que mes lectures ont tracées.
  • Contact

Des livres, et plus encore

Je suis tombée dans la lecture à l’âge de 6 ans, je n’en suis jamais ressortie.

Je suis tombée dans les fils de la Toile en 1999, et j’y ai fait de belles rencontres. Des échanges sur feu le libraire en ligne bol.fr repris ensuite par Amazon, des jurys littéraires à la pelle, des plumes magnifiques sur les premiers journaux intimes en ligne initiés par Mongolo et la Scribouilleuse, …, dix-sept ans (?!) plus tard, il en reste une belle toile joliment tissée, des amitiés nées ici ou là, et toujours, l’envie de partager mes lectures.

Bienvenue à vous,

 

Recherche

Et la vie dans tout ça

Je n'arrive plus à trouver de temps pour le blog, alors je poursuis ... à mon rythme !

Archives

31 mai 2012 4 31 /05 /mai /2012 11:16

si-tu-existes-ailleurs.jpgRarement il m’a été donné de lire un roman aussi creux et insignifiant. Ceci dit, j’aurais dû me méfier : avec une couverture et un titre pareils, ça ne vous évoque pas nos amis Lévy et Musso ? Ajoutez une pincée de Coelho, et le cocktail est prêt.

 

Alors qu’il était enfant, Noam a assisté au décès de sa mère, renversée par une voiture sous ses yeux. Et les paroles d’une passante (« c’est la faute de l’enfant ») l’ont culpabilisé à vie. Le roman s’ouvre donc sur le récit de cette scène dans le cabinet du docteur Laurens, « psy » renommée (le fantôme de Dolto n’est pas loin), qui demande à l’enfant âgé de 6 ans de décrire un dessin. On ne saura jamais ce qu’il y a sur le dessin qui n’est pas décrit, mais le récit de l’accident est d’une précision rare avec moult détails. Hum, pas très cohérent. Plus de trente ans après, Noam peine toujours à se réaliser et à construire une vie de couple,  probablement toujours empreint du drame de son enfance. La psy n’a pas vraiment fait preuve de son efficacité, elle qui l’a suivi pendant plus de dix ans et reçu encore à l’âge adulte. Noam souffre toujours d’angoisses et ça ne va pas s’arranger quand sa nièce de 3 ans lui annonce qu’il mourra du cœur en même temps que 5 autres personnes.

La psy jette et l’éponge et l’envoie chez une étrange collègue, une « sorte de psy » (sic), qui verse dans le mysticisme. Et c’est parti pour une série d’aventures aussi grotesques qu’irréalistes. Le pire, c’est que le dénouement de l’histoire tient la route, si j’écarte la guimauve sentimentale finale, mais il est fort dommage d’avoir dû subir 300 pages aussi creuses avant d’en arriver là.

Ce qui m’a surtout agacée dans ce roman, c’est la « sauce psy » d’une superficialité éhontée, qui mêle joyeusement toutes les disciplines (psychologue, psychothérapeute, psychiatre, psychanalyste, …) d’ailleurs à quoi bon s’embarrasser, l’auteur se contente d’appeler son héroïne la psy, c’est plus simple (en précisant parfois qu’elle est psychiatre renommée pour redevenir psychologue un peu plus loin). Je bondis quand je lis un tel salmigondis d’approches à l’emporte-pièce, ainsi les crises d’angoisse ne seraient autre que « la crise de la quarantaine, de la cinquantaine, l’angoisse existentielle » «  Y a-t-il des traitements contre cette maladie ? » Ce n’est pas une maladie, Noam » (p.105) L’auteur souhaite-t-il que je lui transmette une bibliographie sur les attaques de panique / troubles anxieux, maladie qui se soigne avec un traitement adapté et un médecin compétent et dont on peut souffrir à 20 ans (elle a bon dos la quarantaine), et dont on peut guérir, aussi. Mais il faudra faire mieux qu’une « sorte de psy » de roman, ça c’est sûr.

P. 120 : « - Mon histoire vous touche ? Marrant, je croyais que les psys ne devaient pas dévoiler leurs émotions ? 

- Les psys peut-être, reconnut Linette, embarrassée. Mais je vous l’ai dit, je suis une thérapeute d’un autre genre et l’empathie fait partie de mon approche. Elle est également une des composantes de mon caractère. »

Une « thérapeute d’un autre genre », voilà autre chose… Les psy(chologues, chiatres, chothérapeutes) sont des êtres humains qui ont des émotions comme les autres, et en général pas mal d’empathie pour exercer un tel métier. Seuls les psychanalystes peut-être se doivent de rester de marbre, les autres sont dans l’échange.

Mais j’ai dû trop réduire mon âme pour comprendre :

p. 119 « Chaque âme possède sa propre dimension. Il convient simplement de ne pas la forcer à être ce qu’elle n’est pas, à aller là où elle ne veut pas aller et surtout, éviter de la réduire. » Vous remarquez comme cela veut absolument tout et rien dire. C’est quoi réduire son âme ?

p. 286 « Quant à la « communication facilitée », elle comportait une assise pseudo-scientifique suffisamment plausible pour que tu acceptes la « théorie de la prophétie des innocents ». Sarah, elle, était la passeuse, celle qui te livrait les clés d’un monde parallèle. » C’est bien là le problème de ce roman : tout est pseudo-quelque chose, pseudo-psy, pseudo-scientifique, mais surtout, surtout, n’essayons pas d’expliquer. Le lecteur décérébré se contentera de l’assise pseudo-fourre-tout, c’est juste un roman oh !

Et 300 pages plus loin on se demande toujours si la mort de sa mère est la cause de son blocage … euh, c’est ce qu’on posait dès le départ, non ? On n’a donc pas vraiment progressé.

 

Toujours est-il que je n’ai pas vu « le suspense haletant, les personnages sincères et attachants, et l’histoire envoûtante que vous n’oublierez jamais » annoncés en 4ème de couv. J’ai juste bien rigolé. (Et parfois pensé que ce genre de bouquin pouvait être dangereux pour les gens psychologiquement fragiles)

 

Flammarion, mai 2012, 327 pages, prix : 19,90 €

Etoiles : stars-1-0__V45690734_.gif

Crédit photo couverture : © Studio création Flammarion

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Benj 13/06/2012 08:00


La première partie du livre m'a vraiment plu : l'intrigue est intéressante et laisse à penser que la suite sera consacrée à la reconquête du bonheur, du savoir vivre.


Au lieu de ça l'auteur s'embarque effectivement dans des péripéties un peu réchauffées que l'on penne à croire. On apprend à la fin qu'elles n'ont pas été d'une grand utilité, ni pour le reste de
l'histoire et ni pour le lecteur (ce qui est plus embêtant).


La fin sauve les meubles.

cathe 02/06/2012 10:46


Bah tu lis de drôles de livres :-D

Laure 02/06/2012 14:41



oui hein, jusqu'où va la conscience professionnelle parfois...


 



Fantasia 02/06/2012 10:40


Je suis d'accord avec toi : ça m'a l'air bien dangereux... Un peu comme Paulo Coelho que personnellement je ne supporte pas.

Laure 02/06/2012 14:41



Je plussoie pour Coelho ;-)



Theoma 31/05/2012 18:49


j'ai lu un billet très élogieux mais la couv m'a sauvée ! En effet, Musso et Lévy, j'ai passé, tu confirmes gravement...

Laure 31/05/2012 19:43



oui, bcp de billets élogieux, le tout premier paru sur Amz, bien écrit, bien argumenté, est signé  du pseudo d'une journaliste critique littéraire blogueuse
connue, qu'il remercie nommément au titre de ses amies à la fin du roman. Bel ascenseur, mais du coup zéro crédibilité.


 



Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -