Les jardins d'Hélène

Un écart de conduite - Michèle Halberstadt

3 Avril 2010, 10:08am

Publié par Laure

ecart-de-conduite.jpgEn 1974, Laure, 19 ans, est arrêtée pour trafic de drogues. Comme elle refuse de dénoncer les commanditaires, elle écope de six ans de prison, à la maison d’arrêt de Pau. Déjà seule dans la vie, elle n’a plus que son grand-père Dada pour prendre soin d’elle via les visites au parloir.

Un grand-père qui trouve insupportable cette condamnation pour ce qui n’est au fond qu’une erreur de jeunesse, un écart de conduite, et qui trouve la sentence bien lourde. Il organise alors son évasion et sa nouvelle vie.

Je suis restée extérieure à ce court roman, très bref, trop bref. J’ai eu le sentiment constant de lire un résumé de roman, tout va trop vite, et si tout est dit, rien n’est approfondi. Je n’ai pas eu le temps d’être touchée par les personnages. Quant à l’intrigue, sans vouloir trop en dévoiler, c’est une fable, un conte de fées amer mais où tout toujours se déroule parfaitement, simplement, rapidement, et comme prévu. Question réalisme : zéro. Parce qu’une évasion, un changement d’identité, des faux papiers, une nouvelle vie, tout ça aussi facilement et sans anicroches, ce n’est guère imaginable. Sans doute parce que le propos du livre n’est pas là, mais dans la solitude et la cassure irrémédiable de Laure. Doit-on payer toute sa vie ce qui n’était somme toute qu’une bêtise de jeunesse ? Certes l’évasion n’était pas maligne et n’a fait que conforter l’intranquillité, certes tout se passe toujours bien jusqu’à la fin, grâce à l’intervention toujours miraculeuse de gentils personnages, mais « on ne change pas brutalement de trajectoire. Elle avait pris des habitudes. Le secret, le remords, la solitude, la peur. C’était de vieux compagnons. Elle les avait apprivoisés. Elle ne saurait plus vivre sans eux. », car là est bien le sujet du livre.

Je reste partagée sur ce roman, entre la relation grand-père / petite-fille que je trouve très belle, et la brièveté du propos, trop synthétique, qui ne m’a pas permis de m’installer vraiment dans l’histoire. J’aurais réellement aimé en lire plus.

 

SP mis en don à la bibliothèque.

 

Albin Michel, Avril 2010, 138 pages, prix : 12,50 €

Etoiles : stars-3-0__V7092079_.gif

Crédit photo couverture : © Mark Owen / Plainpicture / Arcangel et éd. Albin Michel

Commenter cet article

Annie 17/05/2010 12:06



J'ai bien aimé même si je le trouve pas vraiment réaliste...en tout cas, il pose la bonne question: peut-on se remettre jamais d'un écart de conduite? et à cela, je dirai non...la prison n'efface
pas l'erreur...quelquesoit la prison.



Karine :) 23/04/2010 13:58



Moi aussi j'avais bien aimé Mlle Paradis mais j'avais aussi une impression de trop bref... je ne suis donc pas certaine que j'irai vers ce livre...



Brize 04/04/2010 20:46



De l'auteur, j'avais bien aimé "L'incroyable histoire de Mademoiselle Paradis", si bien que j'ai tourné l'autre jour autour de ce titre en librairie, mais sans franchir le pas. J'attendrai plutôt
de le trouver en bibliothèque  !