Présentation

  • : Les jardins d'Hélène
  • Les jardins d'Hélène
  • : 45 ans, bibliothécaire, mère de 3 enfants de 23 ans, 21 ans et 16 ans 1/2. Je dépose ici les marques que mes lectures ont tracées.
  • Contact

Des livres, et plus encore

Je suis tombée dans la lecture à l’âge de 6 ans, je n’en suis jamais ressortie.

Je suis tombée dans les fils de la Toile en 1999, et j’y ai fait de belles rencontres. Des échanges sur feu le libraire en ligne bol.fr repris ensuite par Amazon, des jurys littéraires à la pelle, des plumes magnifiques sur les premiers journaux intimes en ligne initiés par Mongolo et la Scribouilleuse, …, dix-huit ans (?!) plus tard, il en reste une belle toile joliment tissée, des amitiés nées ici ou là, et toujours, l’envie de partager mes lectures.

Bienvenue à vous,

 

Recherche

Et la vie dans tout ça

Je n'arrive plus à trouver de temps pour le blog, alors je poursuis ... à mon rythme !

Archives

31 janvier 2011 1 31 /01 /janvier /2011 07:38

 

jardin-sur-le-ventre.jpgDès les premières pages de cette histoire annoncée comme ordinaire et banale dans son prologue, l'écriture vous happe pour ne plus vous lâcher. Les phrases courtes à la deuxième personne du singulier sont efficaces pour décrire le tableau de cette femme en train de mourir d'un accident vasculaire cérébral tandis que le portrait d'un mari vil et insupportable s'esquisse simultanément. Puis c'est au tour des flash-backs de reconstituer l'histoire triste de Suzanne, quelque temps sauvée par l'amour d'une grand-mère et d'une tante, mais vite rattrapée par le désamour d'une mère. Si on lui souhaite de retrouver une certaine douceur de vivre, c'est pour la voir plonger dans un mariage tout aussi affligeant d'irrespect.

On en arrive à penser qu'il y a quand même un peu trop de surenchère dans le malheur, mais l'ensemble reste parfaitement cohérent dans la personnalité abjecte et paumée des personnages créés, et toute la force du récit tient dans son écriture parfaitement adéquate et maîtrisée.

Un très beau roman, qu'on ne peut plus lâcher une fois commencé, qu'on lit donc d'une traite ou presque, avec le cœur qui parfois se serre, et l'on en ressort avec la promesse à soi-même de lire d'autres livres de cet auteur !

 

Lu dans le cadre du Club Testeurs d'Amazon

 

 

Jbz et Cie, janvier 2011, 286 pages, prix : 19,50 €

Etoiles : stars-4-5__V7092073_.gif

Crédit photo couverture : © Valérie Delis et éd. Hugo & cie

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Karine:) 13/02/2011 03:53



Je l'ai noté il y a quelques jours, celui-ci.  L'idée de surenchère dans le malheur me fait un peu peur, par contre... c'est quelque chose qui a le don de m'énerver.  La narration
est-elle au "tu" tout le long?



Laure 13/02/2011 17:51



C'est ce que j'ai pensé à un moment, mais comme je l'ai dit aussi, tout se tient, c'est logique et ça fait partie de la construction aboutie des personnages. 
Il y a une bonne part de "tu" mais pas que, en tout cas ils s'oublient vite, ça ne gêne pas la lecture.



Theoma 02/02/2011 16:04



J'ai jusqu'ici résisté, je craque !



mango 31/01/2011 11:14



Je suis curieuse  de ce qu'elle décrit de cette maladie mais je crains que ça ne me rappelle de mauvais souvenirs. C'est l'horreur quand ça arrive à quelqu'un de tes proches! 



Laure 02/02/2011 21:51



En fait ce n'est que le tout début du livre, car ce n'est pas vraiment l'objet du roman...



sylire 31/01/2011 11:04



De la surenchère, non je ne crois pas. C'est hélas une spirale vers le bas qui est logique. Comme toi j'ai beaucoup aimé ce roman, qui happe littéralement, tu as raison de le souligner.



Laure 02/02/2011 21:50



effectivement, ce n'est pas de la surenchère (je me suis peut-être mal exprimé), car si on peut penser que la barque est un peu chargée, tout est cohérent et se
tient parfaitement, dans une triste logique hélas. Et c'est aussi la force du roman.



Vero 31/01/2011 10:41



Oh ben je le note alors!



Sandrine(SD49) 31/01/2011 07:44



UN coup de coeur pour moi



Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -