Présentation

  • : Les jardins d'Hélène
  • Les jardins d'Hélène
  • : 45 ans, bibliothécaire, mère de 3 enfants de 22 ans, 20 ans et 16 ans. Je dépose ici les marques que mes lectures ont tracées.
  • Contact

Des livres, et plus encore

Je suis tombée dans la lecture à l’âge de 6 ans, je n’en suis jamais ressortie.

Je suis tombée dans les fils de la Toile en 1999, et j’y ai fait de belles rencontres. Des échanges sur feu le libraire en ligne bol.fr repris ensuite par Amazon, des jurys littéraires à la pelle, des plumes magnifiques sur les premiers journaux intimes en ligne initiés par Mongolo et la Scribouilleuse, …, dix-sept ans (?!) plus tard, il en reste une belle toile joliment tissée, des amitiés nées ici ou là, et toujours, l’envie de partager mes lectures.

Bienvenue à vous,

 

Recherche

Et la vie dans tout ça

Je n'arrive plus à trouver de temps pour le blog, alors je poursuis ... à mon rythme !

Archives

14 juillet 2013 7 14 /07 /juillet /2013 19:27

Traduit de l'anglais par Isabelle D. Philippe

 

« Ce qui restera de nous, c'est l'amour », extrait d'un poème de Philip Larkin cité par le narrateur.

ce qui restera de nousGraham Melton rencontre Charlotte Marshall, il est d'une famille de travaillistes, elle est issue d'une famille bourgeoise et conservatrice. Comment imposer à leurs parents leur volonté de se voir parce qu'ils s'aiment tout simplement ? C'était en 1985 en Angleterre, Thatcher était au pouvoir. Mais ils se sont aimés coûte que coûte et ils ont eu un fils, Michael. En 2009, Graham élève seul son fils, devenu adolescent qui fréquente à son tour une fille qui n'est pas du même milieu social que lui.

C'est Graham qui raconte leur histoire, histoire d'amour dramatique, histoire de papa solo, histoire de résilience, par un aller-retour maîtrisé entre passé et présent.

C'est ce que je pourrais appeler un bon roman d'été : rien de nouveau sous le soleil car l'histoire est assez attendue, mais la lecture en est rapide et plaisante. Un bon gros roman d'amour et de famille pas trop niais, qui sait placer ses ressorts, un peu de sensibilité et un fond d'actualité (il s'inscrit dans son époque, on se souvient de quelques événements). L’Angleterre n'a à mon sens que peu d'incidence sur l'histoire, les désaccords politiques et de classe, la crise économique auraient pu se trouver ailleurs dans le monde. Quant au vécu des personnages, il est universel, entre amours et malheurs, c'est la vie !

Quelques maladresses de traduction ici ou là, parfois un peu trop littérales : « C'était un tic que je lui avais déjà vu, mais j'ignorais jusqu'à ce jour qu'elle le faisait après le sexe ; (...) ». En français on dirait plutôt après l'amour, non ?. Ce premier roman, souvent comparé à ceux de David Nicholls, vaut surtout pour la qualité de sa construction et il saura toucher un large public (plutôt féminin?) en quête de romans d'amour et de société dans l'air du temps.

 

Lu dans le cadre du Club testeurs d'Amazon.

 

Belfond, mai 2013, 429 pages, prix : 20,50 €

Etoiles :

Crédit photo couverture : © Fabrice Lerouge – Onoky – Getty Images, illustration ADT et éd. Belfond.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Laure - dans Romans étrangers
commenter cet article

commentaires

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -